Accueil » Nouvelles imprimantes 3D » Fusion : Ultimaker et Makerbot dévoilent leur nouvelle identité

Fusion : Ultimaker et Makerbot dévoilent leur nouvelle identité

Nadav Goshen (MakerBot) et Juergen von Hollen (Ultimaker)

Nadav Goshen (MakerBot) et Juergen von Hollen (Ultimaker) (crédits photo : UltiMaker)

Quatre mois après l’annonce fracassante de leur fusion, les deux poids lourds de l’impression 3D de bureau que sont Ultimaker et MarkerBot, nous fournissent plus de détails quant aux contours de leur accord. On en sait désormais un peu plus sur la façon dont les deux partenaires entendent tirer parti de ce rapprochement pour relever plus facilement les défis de ce marché.

Aussi subtil soit-il, le premier changement incarnant la finalisation de cette fusion, porte sur le choix du nom. Sur ce genre de décision où chacune des entreprises peut être tentée de conserver son nom pour en créer un qui soit composé (ex: ArcelorMittal), le choix a été beaucoup plus simple ici. Là où on aurait imaginé un changement d’identité plus radical, les deux partenaires ont profité du fait qu’une partie du nom de MakerBot soit déjà présent dans celui d’Ultimaker, pour simplement symboliser sa présence par un M majuscule : UltiMaker. Un changement qui passe plus inaperçu à l’écrit qu’en logo (voir ci-dessous), mais qui a le mérite de faire simple.

À la question de savoir comment ces deux marques emblématiques de l’impression 3D FFF de bureau veulent articuler leurs offres actuelles, on apprend que la nouvelle entité proposera les gammes de produits précédentes des deux sociétés. Concrètement, cela signifie que les marques bien établies d’Ultimaker et Markerbot continueront d’être proposées distinctement, telles que les imprimantes 3D MakerBot METHOD®, MakerBot SKETCH® et MakerBot Replicator®, et MakerBot CloudPrint™ ainsi que l‘Ultimaker 2+ Connect, l’Ultimaker S3, l’Ultimaker S5 et l’Ultimaker S5 Pro Bundle. Quant aux communautés ouvertes, Ultimaker Cura et MakerBot Thingiverse®, celles-ci continueront d’être gérées par la nouvelle société.

Au-delà de la volonté des deux partenaires de maintenir leurs gammes de produits respectives, tournées vers l’éducation, les professionnels et l’industrie, rappelons que dans son premier communiqué ces derniers avait émis l’envie de retourner à leur marché d’origine, à savoir celui du grand public. Une décision ambitieuse au regard de la concurrence chinoise, mais dont on a hâte de voir ce qu’elle va donner avec les armes dont dispose cette nouvelle entité. Plus excitante encore dans ce qu’elle promet en terme d’innovations, l’autre ambition des deux sociétés est de s’inviter sur un marché qu’ils jugent sous exploité et qu’ils appellent le marché « light industrial » : celui de la production de biens de consommation.

« …faire progresser la disponibilité de solutions d’impression 3D accessibles et faciles à utiliser »

logo Ultimaker

(crédits photo : UltiMaker)

Si peu de nouveaux éléments ont filtré sur les ambitions novatrices d’UltiMaker, on sait néanmoins ce que les deux sociétés d’origines sont prêtes à investir dans cette aventure commune. Selon les termes de l’accord, chacune s’engage à injecter 62,4 millions de dollars, soit un total de plus de 124 millions de dollars. Une somme qui ira alimenter l’accélération de la croissance d’UltiMaker, ainsi que son innovation, et sa recherche & développement. Des fonds qui visent également à renforcer sa présence en Amérique, dans la région Europe, Moyen-Orient et Afrique et dans la région Asie-Pacifique par l’expansion des marchés.

Sur la répartition des pouvoirs enfin, et contrairement à l’annonce initiale stipulant que chacun des deux CEO allait conserver la direction de leur entité respective, on apprend que c’est Nadav Goshen qui prend les rênes de la nouvelle société en tant que PDG. Quant à l’ancien PDG d’Ultimaker, Jürgen von Hollen, celui-ci a décidé de quitter l’entreprise après avoir aidé à l’intégration et aux plans de transition de la nouvelle société au cours des prochains mois.

« Alors que nous entamons le prochain chapitre ensemble en tant qu’UltiMaker, nous continuerons à nous concentrer sur le développement d’innovations en matière d’impression 3D afin de faire progresser la disponibilité de solutions d’impression 3D accessibles et faciles à utiliser », a déclaré Nadav Goshen, PDG d’UltiMaker. « En combinant nos équipes et notre expertise technique, nous pouvons travailler au développement et à la livraison d’un portefeuille complet de produits pour soutenir les applications professionnelles, éducatives et de l’industrie légère. »

« L’achèvement de la fusion étant derrière nous, nous pouvons maintenant nous concentrer sur la poursuite de l’intégration des deux entreprises et commencer à créer une valeur significative pour les clients avec des solutions d’impression 3D de pointe », conclut Jürgen von Hollen. « Au cours des prochains mois, je suis impatient d’aider les équipes à démarrer et à tirer le meilleur parti des opportunités nouvellement offertes. »

Alexandre Moussion