Accueil » Marché de l'impression 3D » Ultimaker et MakerBot décident de fusionner

Ultimaker et MakerBot décident de fusionner

C’est une annonce aussi inattendue que fracassante pour le monde de la fabrication additive qui a été annoncée ce jeudi. Deux des plus grands noms de l’impression 3D personnelle, l’américain MakerBot et le néerlandais Ultimaker, ont annoncé leur fusion. Une décision de rapprochement particulièrement excitante dans ce qu’elle promet en termes d’innovations, dont comprend qu’elle devrait permettre aux deux pionniers de l’imprimante 3D de bureau de relever plus facilement les défis de ce marché.

Véritables précurseurs, Makerbot et Ultimaker ont chacun à leur manière joué un rôle important dans la démocratisation de cette technologie. Fondée en 2009 par le charismatique Bre Pettis et ses acolytes Adam Mayer et Zach Smith, la société américaine Makerbot Industries s’est faite connaître avec sa gamme d’imprimantes 3D de bureau open source Replicator. Malheureusement, comme beaucoup de fabricants la pépite new-yorkaise n’est pas ressortie indemne du tsunami de l’impression 3D grand public de 2013 et de la concurrence chinoise. Bre Pettis réalisera néanmoins un très beau coup financier en vendant l’entreprise 400 millions de dollars au géant de l’impression 3D Stratasys cette même année.

Il faudra plusieurs années au fabricant pour se reconstruire une crédibilité, qu’il parviendra finalement à retrouver en pivotant vers le marché professionnel d’entrée de gamme avec sa gamme Method. Enfin, MakerBot c’est aussi Thingiverse, une plateforme en ligne qui avait été lancée en novembre 2008 en tant que site compagnon de MakerBot Industries, qui est aujourd’hui la plus grande bibliothèque en ligne de conceptions numériques téléchargeables.

Devenu l’un des leaders de l’impression 3D de bureau professionnelle FFF, Ultimaker a fait bien du chemin depuis ses premiers pas en 2009. Le fabricant néerlandais peut en effet se targuer d’être autant connu aujourd’hui pour les performances de ses imprimantes, que son offre logicielle globale, incarnée notamment par son célèbre slicer Cura. En réponse à MakerBot, la société a d’ailleurs elle aussi créé son propre site de partage de fichiers 3D : Youmagine. Depuis sa création en 2013, la plateforme en ligne a cumulé plus de 15 000 designs prêts à imprimer. Le fabricant a aussi beaucoup travaillé à apporter davantage de productivité et de flexibilité aux professionnels. C’est ainsi qu’en 2021, avait été lancée « Ultimaker Essentials« , une plateforme regroupant tous les produits de la marque, des imprimantes aux filaments en passant par les accessoires et logiciels.

« faire passer l’impression 3D de bureau du statut de technologie spécialisée à celui de technologie grand public »

Les premières déclarations des deux partenaires vont dans le sens d’un rapprochement visant à maintenir leurs gammes de produits respectives tournées vers l’éducation, les professionnels et l’industrie, tout en retournant à leur marché d’origine, celui du grand public, mais aussi cibler un nouveau qu’ils jugent sous exploité et qu’ils nomment le marché « light industrial », celui de la production de biens de consommation. Les deux marques emblématiques de l’impression 3D FFF de bureau, ont semble t-il décidé d’unir leur force pour mieux faire face à la concurrence de plus en plus rude des fabricants présents sur ces segments, et émergeants.

Un défi de taille qui va consister à tirer parti des atouts logiciels et matériels de chacun, pour proposer une offre cohérente et sans couture au client. « Nous pouvons développer une imprimante solide, robuste et reproductible dans la fourchette de prix de 15 à 20 000 dollars qui peut faire bien plus que ce que nous pouvons faire aujourd’hui. Nous voulons être très précis et concentrés sur la façon dont nous allons sur le marché et sur la façon dont nous positionnons nos produits, et ce sera notre mission au cours des prochaines semaines et des prochains mois. » Explique Nadav Goshen le PDG de MakerBot à propos de leur future machine industrielle.

Selon les termes de l’accord conclu entre des deux parties, la nouvelle entité sera soutenue par les investisseurs existants, NPM Capital et Stratasys (Nasdaq : SSYS), et bénéficiera d’un investissement de 62,4 millions de dollars. NPM Capital apporterait 15,4 millions de dollars et détiendrait 54,4 % de la société combinée, Stratasys investirait 47 millions de dollars pour 45,6 % de la société. La nouvelle société dont on devrait connaître le nom d’ici quelques semaines, sera dirigée par Nadav Goshen, actuel PDG de MakerBot, et Jürgen von Hollen, actuel PDG d’Ultimaker, qui agiront en tant que co-PDG, Nadav gérant les opérations et la R&D et Jürgen la fonction commerciale.

« Cette fusion marque une étape importante pour Ultimaker et MakerBot. » se félicite Jürgen von Hollen, PDG d’Ultimaker. « L’innovation et la croissance sont toutes deux essentielles pour faire passer l’impression 3D de bureau du statut de technologie spécialisée à celui de technologie grand public. En combinant les deux sociétés, nous avons maintenant la taille nécessaire pour investir et sortir des solutions bas de gamme qui existent, pour fournir quelque chose de qualité technique, facile à utiliser, mais toujours abordable. La nouvelle société tirera parti de sa présence mondiale combinée et l’étendra avec des ventes et des opérations dans les Amériques, l’EMEA et l’APAC. »

Alexandre Moussion