Accueil » Sport » INTENSE recourt à l’impression 3D pour optimiser les performances de son VTT de descente

INTENSE recourt à l’impression 3D pour optimiser les performances de son VTT de descente

Nouveau prototype INTENSE M1 sur le stand Formnext 2023 de TRUMPF

Nouveau prototype INTENSE M1 exposé sur le stand Formnext 2023 de TRUMPF (crédits photo : Intense Cycles)

Le recours à la fabrication additive dans le domaine du transport, ne se cantonne pas aux moyens motorisés tels que les voitures ou les avions. De plus en plus d’acteurs du cyclisme exploitent les bénéfices de cette technologie pour leurs deux roues, que ce soit à des fins de personnalisation, de réduction de coûts, ou de gains de performance.

Dernièrement, Elementum 3D, une entreprise américaine de recherche et développement en fabrication additive spécialisée dans la création de métaux, de composites et de céramiques de pointe, a collaboré avec Trumpf, un fabricant allemand spécialisé dans les imprimantes 3D métal, dans le but de repousser les performances d’un VTT de descente.

Il ne s’agit pas de n’importe quel vélo, puisqu’il s’agit de M1 d’INTENSE, leader de l’industrie du vélo et du vélo de descente depuis trois décennies. Pour ce VTT qui a connu ses heures de gloire dans les années 90, les deux partenaires expliquent avoir cherché à améliorer certains composants du cadre, dont un élément du pédalier.

En effet, traditionnellement celui d’origine était construit à partir de plusieurs pièces distinctes. Pour M1 INTENSE, le concevoir en une seule et même pièce permettrait d’augmenter les performances et la robustesse du système de suspension. « Le nouveau design innovant intègre des nervures internes pour le rendre plus solide et plus léger » commente Elementum. « Ce qui était impossible à obtenir en utilisant les techniques d’usinage traditionnelles. »

« Leurs propriétés matérielles avancées et leur finition de surface ont dépassé nos attentes, et nous prévoyons d’utiliser davantage de poudres Elementum 3D dans nos machines. »

Elément du cadre imprimé avec un aluminium 6061 soudable A6061-RAM2 d'Elementum 3D

Elément du cadre imprimé avec un aluminium 6061 soudable A6061-RAM2 d’Elementum 3D (crédits photo : Intense Cycles)

Trumpf, qui ne manque pas d’expérience dans la réalisation de pièces de vélo, indique avoir utilisé un aluminium 6061 soudable – l’A6061-RAM2 d’Elementum 3D -, c’est à dire le même matériau utilisé pour le cadre d’origine. Jugeant que les premières conceptions n’étant pas optimisées pour l’impression 3D, TRUMPF a conseillé aux ingénieurs d’INTENSE de supprimer les surplombs à faible angle pour améliorer l’imprimabilité.

« Le processeur de construction mis à jour de TRUMPF, « TruTops Print », a optimisé l’imprimabilité de sorte que le squelette soit imprimé avec beaucoup moins de matériau de support en surplomb, réduisant ainsi les risques d’erreurs, l’utilisation de matériau et les efforts de post-traitement. » explique le fabricant allemand.

TRUMPF indique que la livraison et la finalisation des détails techniques du matériau A6061-RAM2 ont été achevées plus rapidement que prévu, et confirmant que ce matériau était bien adapté au prototypage de cadre de vélo en interne, car il peut être facilement soudé et traité thermiquement avec d’autres pièces du cadre, y compris les tubes à paroi mince.

« Elementum 3D est professionnel et réagit rapidement. » a déclaré Christian Lengwenat , ingénieur d’application TRUMPF pour l’impression 3D métal. « C’est réconfortant de travailler avec un groupe fiable et convivial. Leurs propriétés matérielles avancées et leur finition de surface ont dépassé nos attentes, et nous prévoyons d’utiliser davantage de poudres Elementum 3D dans nos machines. »

Dès le premier essai, INTENSE a remarqué la facilité de soudabilité de l’A6061-RAM2, remarquant qu’elle était équivalente à travailler qu’avec un 6061 usiné, sans aucun problème de porosité ou de contamination. Compte tenu de la finition de surface et de la précision des pièces imprimées, les deux entreprises ont estimé que l’A6061-RAM2 était idéal pour ce projet, notamment en raison de l’état de surface et de la précision des pièces imprimées.

Alexandre Moussion