Accueil » Nouvelles imprimantes 3D » Carbon repousse encore les limites de sa vitesse d’impression 3D avec deux nouvelles imprimantes 3D M3 et M3 Max

Carbon repousse encore les limites de sa vitesse d’impression 3D avec deux nouvelles imprimantes 3D M3 et M3 Max

nouvelles imprimantes 3D M3 et M3 Max de Carbon

Firme californienne à la croissance fulgurante spécialisée dans l’impression 3D à grande vitesse, Carbon compte parmi ces fabricants de renom dont les nouveautés sont toujours très scrutées par l’ensemble de la profession. La société a choisi 2022 pour revenir sur le devant de la scène avec une nouvelle génération de machine dénommée M3 et M3 Max. Plus rapides, plus grandes, plus fiables, tels sont les adjectifs employés par le fabricant pour qualifier ces deux imprimantes 3D industrielles améliorées de la série M3.

Appelée Carbon3D à sa création en 2013, c’est en 2015 que la pépite américaine avait créé la surprise en déboulant sur le marché avec sa fameuse technologie CLIP. Un procédé d’impression 3D résine incroyablement rapide. Une vitesse revendiquée comme 25 à 100 fois plus élevée que l’existant. Son secret ? Une technique par photopolymérisation qui consiste à projeter une lumière à travers une fenêtre perméable à l’oxygène sur une résine photosensible durcie par les UV. En bloquant le durcissement à certains endroits, l’oxygène créé des creux et des espaces vides correspondant aux formes de l’objet. Cette approche qui a pour effet d’empêcher l’adhérence de la résine sur le fond de la cuve, évite de devoir racler celui-ci entre deux impressions. La conséquence est une impression plus continue.

Une approche singulière donc, incarnée par une première imprimante 3D baptisée « M1 », qui en plus de sa rapidité permet de fabriquer des pièces en haute résolution (semelles, casques de football américain, pièces automobiles…) avec des propriétés comparables à celles produites en injection plastique. C’est en 2018 que cette technologie reviendra sous une forme améliorée appelée Digital Light Synthesis. De celle-ci naîtront plusieurs machines : la M2, une imprimante pensée pour un plus large éventail d’applications, allant du prototypage à la production, puis la L1 en 2019, une machine grand format (volume 5 fois élevé que la M2 : 400 x 250 x 460 mm) prévue pour la production de plus grandes pièces ou lots de petites pièces.

« la plate-forme de Carbon permet aux entreprises de passer rapidement et efficacement à la production partout dans le monde »

À gauche la nouvelle M3 de Carbon, à droite les M1, M2 et L1

À gauche la nouvelle M3 de Carbon, à droite les M1, M2 et L1 (crédits photo : Carbon)

Dotée d’un volume de construction similaire à la M2 lancée en 2019 (189 x 118 x 326 mm), la M3 serait encore plus rapide. Le fabricant américain se targue d’un débit 2,5 fois supérieur. Une vitesse qu’il serait parvenu à obtenir grâce à une meilleure gestion de la chaleur. De celle-ci découlerait également une meilleure finition de surface. Cette autre amélioration dont n’avait pourtant pas à rougir Carbon, s’explique aussi par la présence de capteurs permettant à l’opérateur d’ajuster les paramètres à chaque impression. De quoi garantir une surface d’impression encore plus lisse et homogène. Carbon parle d’une réduction d’environ 1,4 µm de la rugosité de surface.

À propos de sa technologie Digital Light Synthesis, la firme californienne révèle d’autres améliorations visant à offrir une meilleure répétabilité. Non des moindres puisque concrètement elle se traduirait par une réduction allant jusqu’à 50 % de la variation des pièces sur une seule construction. Fidèles à l’ADN de la marque, les deux imprimantes proposent une expérience d’impression 3D simplifiée, qui se traduit notamment par la présence d’un nouvel écran tactile offrant plus d’options d’impression. Comme son nom le suggère, la M3 Max est la version grand format de la M3. Son volume de construction atteint les 307 × 163 × 326 mm. À la question de savoir si cette capacité compromet la résolution, Carbon explique que le passage à un moteur d’éclairage à plus haute résolution 4K permet de compenser cet effet. Coté matériaux enfin, les deux nouvelles machines donnent accès à un large éventail de résines hautes performances adaptées aux applications de nombreux secteurs, comme l’automobile, la dentisterie et les produits de consommation.

« Avec ces imprimantes de nouvelle génération, les équipes de conception de tous les secteurs d’activité peuvent créer des prototypes de haute qualité avec des performances d’utilisation finale plus rapides et plus efficaces que jamais« , a déclaré Phil DeSimone, directeur du développement des produits et des affaires chez Carbon. « Et une fois le développement du produit terminé, la plate-forme de Carbon permet aux entreprises de passer rapidement et efficacement à la production partout dans le monde. »

La M3 et M3 Max, dont on doit préciser qu’elles n’ont pas pour vocation à remplacer la M1 et la M2, seront comme leurs aînées proposées sous la forme d’abonnement. Si on ignore encore le prix de celui-ci, à titre d’exemple la M2 coûte 50 000 $ par an, avec un engagement minimal de trois ans. Tarif auquel il faut également ajouter le coût d’installation de la machine qui est facturé 12 500 $. La M3 est d’ores et déjà disponible, quant à la M3 Max elle devrait être expédiée au second semestre 2022.

Alexandre Moussion