L’Oréal s’associe à la start-up Poietis pour faire de la bioimpression de cheveux

poietis

Dans un communiqué paru ce mercredi, le géant français du cosmétique L’Oréal a annoncé la signature d’une collaboration exclusive de recherche avec la start-up bordelaise Poietis. D’une durée de 2 ans, ce contrat de recherche vise à reproduire un follicule pileux humain, ce petit organe qui produit le cheveu, grâce à la technologie de bioimpression 4D développée par Poeitis. « Cette technologie exclusive pourrait aboutir à l’obtention d’un follicule fonctionnel capable de produire du cheveu, c’est en tout cas l’ambition de L’Oréal et Poietis ». Déclare L’Oréal dans son communiqué. Si pour l’heure l’utilisation de systèmes folliculaires pour recréer des cheveux et les greffer n’est pas à l’ordre du jour, les follicules pileux imprimés en 3D de Poietis permettrait à L’Oreal de pouvoir évaluer ses produits sur des modèles plus fiables, et ainsi mieux comprendre la croissance, la perte et la pousse des cheveux.

« de nouveaux champs dans la connaissance du cheveu »

« La collaboration pluriannuelle de Poietis et L’Oréal pour mener conjointement des recherches au niveau de la biologie et ingénierie du cheveu permettrait à terme d’ouvrir de nouveaux champs dans la connaissance du cheveu et de disposer de tests d’efficacité exclusifs sur des échantillons de cheveu « imprimés » à partir de cellules. » Explique José Cotovio, Directeur du Département R&I des Modèles et Méthodes Prédictifs chez L’Oréal.

modulab

« positionner les cellules qui sont responsables de la genèse d’un follicule pileux »

« Grâce à la technologie de bioprinting laser on pourra pour la première fois positionner dans l’espace et de façon très précise les cellules qui sont responsables de la genèse d’un follicule pileux ». Explique Bruno Bernard expert en biologie capillaire chez l’Oréal . « La preuve ultime du succès sera d’une part la formation d’un cheveux et d’autre par celle d’un épiderme à la périphérie du follicule. »

Start-up française fondée en 2014 à Pessac par Fabien Guillemot et Bruno Brisson, Poietis (du grec gr. Ποίησις : faire, fabriquer) a développé une technologie de Bioimpression 4D par laser unique au monde. Le système d’impression mise au point par la start-up bordelaise, dispose d’une résolution et d’un taux de viabilité cellulaire beaucoup plus élevée que la biompression classique par extrusion. Les tissus biologiques qui en résultent se destinent à l’industrie cosmétique et pharmaceutique pour tester la toxicologie et l’efficience de leurs produits, mais aussi aux centres de médecine régénératrice pour la fabrication de greffons sur mesure En décembre 2014, la start-up réussissait une levée de fond record de 2,5 millions €, visant à industrialiser sa technologie, développer et valider ses premiers tissus de peau bioimprimés.

En mai 2015, l’Oréal signait un partenariat avec l’américain Organovo, autre poids lourd du bioprinting, visant à accroitre la production de ses échantillons de peau pour tester ses nouveaux produits.