BetAbram lance la commercialisation de son imprimante 3D pour maison

imprimante 3d pour fabriquer des maisons

Société Slovène spécialisée dans la construction 3D, BetAbram vient d’annoncer la commercialisation de ses imprimantes 3D. Fondée en 2008, BetAbram est la première à commercialiser des systèmes d’impression 3D capable d’imprimer des maisons, avec une gamme machine se compose actuellement de trois modèles:

– La P1 :  Dimensions 2 x 9 x16 m (hauteur, largeur, profondeur) pour 250 kg / 500 kg rails compris
– La P2 :  2x6x12 m pour 200 kg/ 400 kg
– La P3 : 2x3x4m pour 180 kg/ 200 kg

Primož Kozmus

Visite du lanceur de marteau et champion olympique Slovène Primož Kozmus, posant sur des marches imprimées en 3D.

Si leur volume de construction n’a pas encore été confirmé, on sait néanmoins que la buse peut déposer des couches de 25 cm de hauteur et que chacune d’entre elles met entre 4 et 5 heures pour sécher. Le tout repose sur un logiciel CNC (commande numérique par calculateur) téléchargeable sur leur site et compatible avec les formats STL et G-code. Les trois imprimantes fonctionnent en triphasé (380V) sur prises de type CEE -7/4 et consomment 3000 watts. Une consommation qui équivaut à peu près à celle d’un sèche-linge, soit un coût d’utilisation horaire de 30 centimes. Les imprimantes sont conçues sur commande, à compter du paiement il faut donc compter 2 mois d’attente, expédition non comprise. Les machines sont envoyées via containers, les plus grands éléments ne dépassant pas les 6 mètres.

Le temps d’assemblage varie en fonction de l’utilisateur et de son expérience, soit entre 2 et 6 heures. Une équipe d’ingénieurs est néanmoins là pour assurer le SAV si vous avez besoin d’aide pour monter l’imprimante et la faire fonctionner. Côté prix si d’après la FAQ du fabriquant, la P2 n’est pas encore disponible celle-ci devrait avoisiner les 20 000 €. La P1 est quand à elle annoncée à 32 000 € et la P3 à 12000 €. Plusieurs questions restent donc en suspend comme par exemple la nature exacte du matériau (fournit avec ? à quel coût ?), sa résistance sachant qu’il n’y a pas de ferraillage, sa capacité à isoler, la vitesse d’impression… J’espère donc que Betabram répondra positivement à ma demande d’interview afin d’éclaircir certains points. Affaire à suivre…

D’autres articles sur l’impression 3D appliquée à la construction