Accueil » Logiciels 3D/ Fichiers 3D » Le Materials Processing Institute va développer un outil basé sur l’IA visant à optimiser la fabrication additive

Le Materials Processing Institute va développer un outil basé sur l’IA visant à optimiser la fabrication additive

(crédits photo : Materials Processing Institute)

Au coeur des débats, l’intelligence artificielle pourrait néanmoins se révéler comme un atout considérable pour de nombreuses industries, notamment la fabrication additive. Qu’il s’agisse d’ailleurs de conception, de gestion ou de contrôle qualité, de nombreux logiciels d’impression 3D intègrent déjà l’IA.

Au Royaume-Uni, le Materials Processing Institute, basé à Teesside, pilote un projet majeur d’intelligence artificielle qui porte l’ambition de révolutionner la fabrication additive. Financé à hauteur de 600 000 £ par Innovate UK, une entité intégrée à UK Research and Innovation (UKRI), l’agence britannique dédiée à l’innovation, cet outil de gestion baptisé SMART-APP, vise à fournir une solution à la fois polyvalente, commerciale et prédictive de gestion de la réutilisation des matériaux qui permettra de développer la FA avec une plus grande efficacité en termes de coûts.

Son objectif est de faciliter la production de composants par fusion laser sur lit de poudre en permettant la production de haut niveau de composants via l’introduction de modèles prédictifs intelligents pour l’efficacité des ressources et la réduction des déchets.

« Cela pourrait être réalisé grâce au développement d’un outil prédictif polyvalent et intelligent permettant de suivre la qualité de la poudre après chaque réutilisation »

Les travaux de recherche engloberont une caractérisation approfondie des matériaux de pointe et des essais mécaniques, explorant la durée de conservation ainsi que la fenêtre de transformabilité des matières premières courantes telles que l’acier inoxydable, le titane et les superalliages, soumis à diverses conditions environnementales. Un examen des méthodes de récupération des poudres et de leur impact sur le produit final sera également réalisé.

« SMART-APP est la prochaine étape logique pour poursuivre les travaux déjà entrepris par l’Institut dans le domaine de la caractérisation des poudres. En développant un outil d’intelligence artificielle qui peut aider les utilisateurs de fabrication additive à créer des moyens plus rapides et moins coûteux de maximiser la réutilisation des poudres, l’industrie de la fabrication additive, en particulier celles qui ont besoin de maximiser l’efficacité opérationnelle de leurs machines », a déclaré Nick Parry, responsable du groupe de numérisation industrielle chez Teesside- Institut de traitement des matériaux basé. « Cet outil prédictif développera et permettra une production de classe mondiale de composants FA, avec des solutions intelligentes pour l’efficacité des ressources, une utilisation plus longue des matières premières et une réduction du gaspillage.»

Les résultats obtenus seront intégrés dans une base de données sophistiquée, établissant des liens entre les propriétés d’entrée de la poudre et les performances des pièces de fabrication additive. Cela permettra de créer un outil prédictif accessible à des fins industrielles, offrant ainsi des perspectives prometteuses pour le secteur.

Rob Higham, PDG d’Additive Manufacturing Solutions, a ajouté : «  Le potentiel du processus de fabrication additive reste un potentiel aux yeux de nombreuses personnes. Cela pourrait être réalisé grâce au développement d’un outil prédictif polyvalent et intelligent permettant de suivre la qualité de la poudre après chaque réutilisation. »

« Cette initiative vise à transformer la fabrication additive vers des méthodes plus économes en ressources. » abonde Alexander Grimmer, consultant technique chez AMFG avant de conclure :  « SMART-APP vise à inspirer confiance dans le domaine de la fabrication additive en prévoyant la qualité de la poudre et en recommandant des processus pour restaurer les propriétés souhaitées de la poudre en vue de sa réutilisation. AMFG prévoit avec impatience de contribuer à un système de gestion des matériaux de pointe dans ce projet, sur le point d’apporter des avantages environnementaux et économiques substantiels à l’industrie. Cet effort devrait accélérer l’adoption généralisée de la fabrication additive ».

Alexandre Moussion