Renca développe un ciment d’impression 3D « vert » à partir de déchets industriels

un ciment d'impression 3d écologique

Inscrite au Dubai Future Accelerators, la start-up Renca a récemment dévoilé un ciment d’impression 3D « vert » fabriqué à partir de déchets industriels. Fondée par l’homme d’affaires russe Andrey Dudnikov et le géologue italien Alex Reggiani, la co-entreprise a collaboré avec la municipalité de Dubaï pour développer un matériau de construction 3D plus écologique. Fabriqué à partir de sous-produits industriels, comprenant notamment des cendres volantes pulvérisées (poudre fine issue de la combustion du charbon) et de laitiers (scories issues de la fusion du métal), ce ciment géopolymère serait 10 fois énergivore que le ciment Portland traditionnel. En plus de provenir de déchets, ces matériaux possèdent également des propriétés d’isolation thermique plus élevées que les bétons ordinaires, rendant ainsi ce ciment particulièrement adapté aux températures élevées du pays.

« Avec du béton de géopolymère, vous pouvez ajuster les propriétés du ciment »

« Pour les imprimantes 3D, il faut ajuster les propriétés du béton.» Explique Dudnikov. « Il doit être assez fluide pour l’imprimante 3D et il doit être réglé très rapidement. Une fois la première couche déposée, la deuxième arrive aussitôt. « Pour obtenir ça avec du béton normal, vous devez ajouter beaucoup d’additifs, ce qui revient cher. Avec du béton de géopolymère, vous pouvez ajuster les propriétés du ciment avec la quantité de matières premières que vous ajoutez. Il est facile à réguler et à utiliser avec des températures élevées.»

« notre technologie peut apporter beaucoup »

Outre son partenariat avec Dubaï, Renca collabore également avec plusieurs constructeurs 3D dont Apis Cor qui s’est récemment illustré avec sa première maison imprimée en 3D, mais aussi le centre de recherche universitaire « Singapore Centre for 3D Printing at the Nanyang Technological University. » « Nous voulons participer à cette technologie et notre technologie peut apporter beaucoup d’avantages« , a déclaré Dudnikov.

En mai 2016, dans le cadre de son projet « Dubaï 3D Printing Strategy » visant à imprimer 25% de bâtiments neufs à l’horizon 2030, Dubaï dévoilait les premiers bureaux imprimés en 3D au monde. Selon un rapport publié par le cabinet américain MarketsandMarket, le marché de l’impression 3D béton pourrait atteindre les 56,4 millions de dollars à l’horizon 2021.