Accueil » Logiciels 3D/ Fichiers 3D » Avec son logiciel basé sur l’IA, 1000 Kelvin réduit de 80 % les coûts d’impression 3D

Avec son logiciel basé sur l’IA, 1000 Kelvin réduit de 80 % les coûts d’impression 3D

Avec son logiciel basé sur l'IA, 1000 Kelvin réduit de 80 % les coûts d'impression 3D

1000 Kelvin, un éditeur allemand de logiciels spécialisés dans la fabrication additive, a récemment annoncé l’intégration de son produit phare AMAIZE dans la suite logicielle de son compatriote EOS, fabricant historique d’imprimantes 3D métal. L’auteur de cette solution à base d’IA affirme qu’avec elle les utilisateurs des solutions d’impression 3D d’EOS vont pouvoir considérablement accélérer leur flux de production. La réduction des coûts d’ingénierie pourrait atteindre les 80 %.

Réputé pour ses services de fabrication par fusion laser sur lit de poudre, et sa certification IATF 16949 pour la fourniture de pièces imprimées en 3D à l’industrie automobile internationale, FKM Additive Manufacturing, l’un des premiers à avoir adopté cette solution, témoigne en effet d’améliorations très significatives en termes de vitesse d’ingénierie.

« AMAIZE de 1 000 Kelvin s’aligne parfaitement avec notre engagement en faveur de l’excellence numérique dans la fabrication », témoigne Matthias Henkel, PDG de FKM. « Cela permet à nos ingénieurs de répondre de manière prédictive aux exigences de qualité et de cohérence des composants complexes. »

« Il s’agit d’une étape importante vers l’industrialisation de la fabrication additive. Associé à sa cybersécurité robuste, AMAIZE représente une avancée significative dans les solutions basées sur le cloud pour l’industrie »

Fieldmade crée des solutions de FA déployables, telles que la série NOMAD® de modules de FA transportables, en collaboration avec les forces armées norvégiennes et d'autres entités de défense.

Fieldmade crée des solutions de FA déployables, telles que la série NOMAD® de modules de FA transportables, en collaboration avec les forces armées norvégiennes et d’autres entités de défense. (crédits photo : 1000 Kelvin)

1000 Kelvin explique que sa technologie se base sur des modèles d’intelligence artificielle qui lui permettent d’anticiper les défauts d’impression et les rectifier. En réduisant drastiquement les échecs d’impression, elle permettrait une commercialisation plus rapide et économique des pièces.

« Les capacités prédictives de l’IA d’AMAIZE permettent un changement de paradigme de l’itération physique vers l’itération numérique », commente Martin Steuer, vice-président directeur de la division logicielle d’EOS. « Il s’agit d’une étape importante vers l’industrialisation de la fabrication additive. Associé à sa cybersécurité robuste, AMAIZE représente une avancée significative dans les solutions basées sur le cloud pour l’industrie. Nous sommes ravis que les clients EOS aient désormais accès à ce service à valeur ajoutée au sein de notre plateforme à écosystème ouvert et de notre partenaire EOS Developer Network 1000 Kelvin. »

Amaze aurait démontré ses capacités auprès d’une start-up aérospatiale, permettant une réduction de 80 % des structures de support, et réduisant les coûts globaux de plus de 30 %, tout en accélérant les délais de commercialisation.

Dernièrement, 1000 Kelvin s’est associé à Fieldmade, un expert norgévien de la fabrication mobile pour les environnements difficiles. Un rapprochement ayant pour objectif de renforcer la préparation militaire en diminuant le temps de fabrication des pièces de rechange sur le terrain. Connue pour ses collaborations avec les forces armées norvégiennes et d’autres entités de défense, Fieldmade a développé des unités de fabrication additive mobiles, telles que sa série NOMAD®.

« L’intégration avec le logiciel EOS témoigne de l’architecture ouverte des produits EOS et des ressources étendues du réseau de développeurs EOS (EDN) », a commenté Omar Fergani, PDG de 1000 Kelvin, avant de conclure « Ces facteurs nous ont permis d’intégrer de manière transparente les API EOSPRINT dans notre plateforme, garantissant ainsi que nos clients peuvent bénéficier sans effort des atouts combinés de nos technologies.»

Alexandre Moussion