Accueil » Médecine » Première mondiale : une oreille bioimprimée en 3D greffée sur une patiente atteinte de microtie

Première mondiale : une oreille bioimprimée en 3D greffée sur une patiente atteinte de microtie

Evolution de l'oreille de la patiente 30 jours après la greffe de l'oreille bioimprimée

Evolution de l’oreille de la patiente 30 jours après la greffe de l’oreille bioimprimée (crédits photo : 3DBio Therapeutics)

Les perspectives offertes par la bioimpression en termes de médecine générative sont telles, qu’on est toujours très attentif aux annonces qui peuvent être faites à ce sujet. Si le but ultime de pouvoir un jour imprimer des organes transplantables par le biais de cette technologie relève encore plus du rêve, l’exploitation de tissus biomprimés plus simples, tels que de la cornée, du cartilage, ou de la peau et des os, est un progrès à portée de main, voire même déjà une réalité.

À titre d’exemple, rappelons que depuis plus de quatre ans déjà, la start-up française Poietis commercialise un modèle de peau totale humaine bio-imprimé appelé Poieskin®. Réalisé sur la première bio-imprimante 3D industrielle au monde, celui-ci permet l’évaluation des ingrédients et des produits finis cosmétiques. Plus encore, en novembre dernier, l’entreprise bordelaise et ses partenaires ont annoncé la première installation à l’hôpital d’une plateforme de bio-impression 3D pour la fabrication de tissus biologiques implantables.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle avancée majeure qui a été officialisée par un certain 3DBio Therapeutics. Société de biotechnologie américaine implantée dans le Queens, celle-ci a annoncé ce matin la première greffe d’un implant de tissu vivant bio-imprimé en 3D. Une première mondiale, porteuse de nombreux espoirs, qui a été réalisée en collaboration avec Microtia-Congenital Ear Deformity Institute, le plus grand centre exclusif de microtie pédiatrique d’Amérique du Nord.

Ensemble les deux partenaires sont parvenus à produire un implant auriculaire expérimental imprimé en 3D qui a pu être greffé sur une femme de 20 ans née avec une petite oreille droite déformée. Une pathologie dénommée microtie, qui correspond à une malformation congénitale du cartilage de l’oreille, souvent accompagnée d’un handicap auditif. Pour certains des patients atteints de ce handicap, le pavillon de l’oreille peut être parfois si petit qu’il paraît même absent. Environ 1 500 bébés nés aux États-Unis chaque année ont une microtie ou une affection connexe, l’anotie, dans laquelle toute l’oreille externe est manquante.

« Il s’agit d’un moment vraiment historique pour les patients atteints de microtie, et plus largement, pour le domaine de la médecine régénérative »

Image réelle de l'oreille "vivante" AuriNovoTM imprimée en 3D pour la reconstruction chez les patients atteints de microtie

Image réelle de l’oreille « vivante » AuriNovoTM imprimée en 3D pour la reconstruction chez les patients atteints de microtie (crédits photo : 3DBio Therapeutics)

Bien que l’on sache pour le moment peu de choses sur la technologie employée par 3DBio. La société explique que pour que son implant baptisé AuriNovo ™  soit accepté par la patiente, des cellules souches ont été prélevées sur l’oreille déformée, soit très exactement un demi-gramme de cartilage. Présentant l’avantage de pouvoir se multiplier et se spécialiser, ces cellules sont ensuite imprimées par le biais de bio-encres à partir d’un scan 3D de l’oreille saine. L’ensemble du processus d’impression prendrait moins de 10 minutes.

« C’est tellement excitant, parfois je dois me calmer un peu« , a déclaré le Dr Arturo Bonilla, le chirurgien pédiatrique à l’origine de la greffe. « Il s’agit d’un moment vraiment historique pour les patients atteints de microtie, et plus largement, pour le domaine de la médecine régénérative, car nous commençons à démontrer l’application dans le monde réel de la technologie d’ingénierie tissulaire de nouvelle génération. »Si tout se passe comme prévu, cela va révolutionner la façon dont cela se fait. »

Conçu pour fournir une alternative aux techniques classiques par greffes de cartilage costal et aux matériaux synthétiques utilisés pour reconstruire l’oreille externe des patients atteints de microtie, AuriNovo™ fait l’objet d’un essai clinique de phase ½ qui inclut 11 volontaires, âgés de 6 à 25 ans. Des patients qui seront suivis pendant cinq ans pour évaluer la sécurité à long terme et les résultats esthétiques.

3DBio Therapeutics précise que la nouvelle oreille a été greffée en mars, et qu’elle continuera à régénérer le tissu cartilagineux, lui donnant l’apparence et la sensation d’une oreille naturelle. La patiente qui n’a souhaité être identifiée que par son prénom, s’est dite ravie par sa nouvelle oreille, même si celle-ci doit être encore protégée par un bandage. Si pour le moment la société ne souhaite pas divulguer publiquement les détails techniques du processus, les données seront publiées dans une revue médicale une fois l’étude terminée. AuriNovo™ a obtenu les désignations de médicament orphelin et de maladie pédiatrique rare par la FDA.

Alexandre Moussion