HP et GE Additive bousculent la hiérarchie mondiale des plus gros vendeurs d’imprimantes 3D

L’arrivée de deux géants américains sur le marché de la fabrication additive est en train de bousculer la hiérarchie mondiale. Dans son dernier rapport dédié aux expéditions mondiales d’imprimantes 3D, le cabinet londonien Context souligne l’entrée fracassante de HP et GE Additive dans le top 5 des plus gros vendeurs d’imprimantes 3D industrielles en 2017.

Si les fabricants historiques que sont l’américain Stratasys et l’allemand EOS dominent encore largement le classement avec respectivement 25 et 15 % de part de marché en 2017, GE Additive déloge 3D Systems de sa 3ème place du podium avec 9% des ventes et 145 millions $ de revenus générés. Cette formidable ascension du géant américain s’explique principalement par le rachat des deux poids lourds de l’impression 3D que sont Concept Laser et Arcam en 2016. Fort de ses acquisitions, GE additive prend la première place des ventes d’imprimantes 3D métal en 2017.

Alors qu’un grand nombre de spécialistes de l’impression papier tels que Canon ou Toshiba se sont engouffrés sur le marché, HP récolte les fruits de son innovation en montant sur la 5 ème place du podium avec 6 % de part de marché et 7760 % de croissance.

Très attendue par l’ensemble de la profession et relayée par les médias, sa technologie à grande vitesse HP Jet Fusion a semble t-il convaincu de nombreuses entreprises, bénéficiant dans le même temps de plusieurs partenariats stratégiques mis en place par HP dont une liste impressionnante de clients industriels (Danfoss Group, Jaguar-Land Rover, Nike, Jabil, Johnson & Johnson…) de services d’impression 3D (Shapeways, Sculpteo, Materialise) et la création d’un important réseau de revendeurs locaux dont plus d’une trentaine en Europe signés en quelques mois seulement. En s’associant au très influent cabinet de conseil Deloitte, HP a pu également compter sur son précieux carnet d’adresse industriel.

« les leaders du marché de longue date Stratasys et 3D Systems ont vu leur chiffre d’affaires baisser »

« Sur l’ensemble de l’année, les leaders du marché de longue date Stratasys et 3D Systems ont vu leur chiffre d’affaires baisser légèrement tandis que GE Additive et HP ont connu une croissance, aidant le segment Industriel / Professionnel à atteindre une croissance annuelle de 23%. » Commente Chris Connery, vice-président: analyse globale chez Context. « Le segment a également vu le nombre d’imprimantes expédiées croître pour la première fois en trois ans; 11 453 imprimantes industrielles / professionnelles ont été expédiées en 2017, soit 5% de plus qu’en 2016. »

Si le marché des imprimantes 3D de bureau est bien moins important que celui des machines industrielles en terme de valeur, elles représentent 95 % des ventes. Sur ce marché très concurrentiel largement dominé par des modèles low-cost, XYZ Printing reste leader mais stagne avec 81 840 unités expédiées soit seulement 1 % de croissance. Le fabricant taïwanais a semble t-il pâti des prix très bas pratiqués par l’américain Monoprice dont les ventes ont triplé pour atteindre 80 156 unités en 2017.

Soulignant cette forte tendance du marché aux imprimantes 3D à moins de 1000 €, le fabricant néerlandais Ultimaker sort du TOP 5 pour laisser sa troisième place à Prusa. Très prisé des makers pour la qualité de ses machines open-source, le fabricant tchèque enregistre une croissance de 523 % soit 39 264 machines expédiées. Derrière, le fabricant chinois Flashforge conforte sa 5 ème place pendant que son compatriote Wanhao déloge M3D.

Alors que le nombre d’acteurs se multiplie sur le marché très concurrentiel de l’impression 3D industrielle, hormis Dassault Systèmes pour les logiciels et Sculpteo pour les services, à l’échelle mondiale, la France ne compte aujourd’hui aucun leader chez ses fabricants.

Plusieurs acteurs tricolores peuvent néanmoins nourrir de sérieuses ambitions, à l’image bien sûr de Prodways qui vise un chiffre d’affaires proche de 50 millions d’euros pour 2018 ou encore AddUp qui espère capter 10 % du marché mondial des équipements de fabrication additive d’ici à cinq ans.