VELO3D lance une nouvelle imprimante 3D métal avec un débit 5 fois plus élevé

Fondée il y a 6 ans, Velo3D est une entreprise américaine d’impression 3D qui se distingue de ses concurrents par sa capacité à fabriquer de grandes pièces métalliques dans presque n’importe quelle géométrie. Pour répondre aux défis rencontrés par la fabrication additive métallique comme la nécessité d’imprimer des structures de support pour les formes complexes, la jeune pousse californienne s’appuie sur de grandes chambres d’impression 3D verticale. Avec son mètre de hauteur, son imprimante 3D Sapphire serait même le système le fusion sur lit de poudre métallique à chambre fermée le plus haut au monde.

Forte de ses 28 millions de dollars levés plus tôt cette année, la jeune pousse californienne a annoncé hier le lancement d’une nouvelle imprimante 3D métal appelée Sapphire XC. Celle-ci permettrait de multiplier par 5 la capacité de production et de réduire le coût par pièce jusqu’à 75 % par rapport au système Sapphire actuel. Dotée d’un généreux volume d’impression de 600 x 550 mm (contre 315 x 400 mm), le nouveau système embarque huit lasers de 1000 W, contre deux seulement pour son aînée. Le fait d’utiliser plusieurs lasers fonctionnant simultanément sur chaque couche, permettra d’accélérer drastiquement l’impression. Côté matériaux, la Sapphire XC est compatible avec plusieurs alliages, comme l’aluminium F357, le titane 6AI-4V, l’INCONEL® 718 et l’HASTELLOY® X.

« La possibilité d’imprimer de plus grandes pièces sans les contraintes de fabrication additive des structures de support est très attrayante pour de nombreux utilisateurs finaux dans l’industrie », a déclaré Benny Buller, fondateur et PDG de VELO3D. « Pour la première fois, les clients seront en mesure d’imprimer en 3D des géométries sans compromis, tout en ayant entièrement confiance dans la qualité des pièces, sur un système grand format. L’assurance qualité avec des composants de grande dimension est essentielle car les conséquences économiques des pièces ratées sont très importantes. Nous avons démontré que notre solution intégrée est capable d’assurer un rendement plus élevé de pièces de haute qualité, et cette technologique fondamentale sera transférée sur notre nouveau modèle Sapphire XC. »

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est VELO3D-metal.jpg.

La société a également annoncé son projet de déployer Sapphire Gen 2, qui sera en fait une mise à niveau logicielle et matérielle du système actuel. Les utilisateurs peuvent s’attendre à une amélioration de 10 à 50 % de la productivité et du coût par pièce par rapport au système Sapphire. Disponible à partir du deuxième trimestre 2021, cette mise à niveau permettra de moderniser tous les systèmes installés.

Il va s’en dire que la Sapphire XC et ses capacités décuplées, va rapidement attirer à elle de nombreuses entreprises, particulièrement dans le secteur l’aérospatiale où la possibilité d’imprimer très rapidement de grandes pièces en une seule fois est un atout de taille. En effet, la fabrication d’un gros composant en plusieurs morceaux, signifie la présence de jonctions qui sont tout autant de points de faiblesse. Les soudures et autres boulons nécessaires à la fixation ajoutent également au poids, sans oublier la main d’oeuvre supplémentaire.

Les livraisons de la Sapphire XC commenceront au quatrième trimestre 2021. Pour en savoir plus sur le système, un webinaire sera organisé le 22 octobre à 10h00 EDT (New York) et 16h00 CEST (Munich). Scott Dunham, vice-président de la recherche chez Smartech Analysis, animera une discussion avec Benny Buller, le fondateur et PDG de VELO3D.