Creality Ender 3 : 10 améliorations pour optimiser son imprimante 3D

améliorations et upgrades avec la Creality Ender 3

Si la démocratisation tant espérée de l’impression 3D grand public n’a jamais eu lieu au point de voir des imprimantes 3D installées dans chaque foyer, la baisse des prix a néanmoins étendu sa diffusion chez les particuliers. Parmi les marques les plus populaires du moment on retrouve Creality 3D, un fabricant chinois situé à Shenzen qui s’est rapidement fait une place avec ses imprimantes 3D de bureau à moins de 400 €. Au-delà leur caractère bon marché et leur bonne qualité d’impression, elles sont aussi connues pour être facilement évolutives. C’est dans ce contexte que nous allons nous intéresser à l’un des modèles phares de la marque, la Creality Ender 3. Fondateur de La Biche-Renard, Arthur Dalaise a accepté de nous révéler quelques-unes des nombreuses améliorations possibles avec cette machine.

« on a pu tester beaucoup d’imprimante 3D et la qualité que tu as avec cet appareil pour moins de 200 € ouvre énormément le marché »

Arthur Dalaise

Arthur Dalaise

Arthur bonjour, pour ceux qui vous ne connaîtraient pas encore pourrais-tu nous présenter La Biche-Renard ?

La Biche-Renard est une société que j’ai co-fondée avec mon associé Charles il y a 4 ans. On est passionné par l’expérience que procure l’impression 3D. Tous les jours on expérimente, on développe ce nouveau savoir-faire et on cherche à le transmettre. C’est dans cet esprit que l’on a créé un kit pour fabriquer des robots avec son imprimante 3D. Une fois imprimés tu apprends à les programmer. Le kit s’appelle La Boîte À Fil : Abrarobotix.

Vous proposez également un module de formation sur l’impression 3D avec la possibilité de s’initier avec la Ender 3D de Creality. Pourrais-tu nous en dire plus sur le contenu de cette formation et les raisons qui ont conduit à vous équiper avec ce modèle ?

Je commencerai par dire que pour y participer tu n’as pas à débourser un seul euro, elle est complétement finançable par ton budget formation (voir ici). Si tu n’as pas suffisamment de budget formation, on t’accompagne pour le financement.

C’est une formation de 7 jours avec un objectif : être capable de transformer ses idées en objets. Les deux premiers jours tu assembles ton imprimante et tu apprends tout ce que tu as à savoir dessus. Ensuite tu entames un apprentissage intensif de modélisation 3D sous le logiciel Fusion 360. Chacun a son imprimante et on fait du test & learn toute la journée, tu dessines, tu imprimes, tu corriges.

Il y a une matinée avec Claire (designer industrielle) de Z-ZERO pour apprendre à contrôler l’imprimante directement en g-code via l’interface Octoprint, c’est une approche très expérimentale. À la fin, tu repars avec ta Ender 3 prêt à matérialiser tes idées. Tu trouveras toutes les infos concernant cette formation sur cette page.

La Ender 3 a été un choix évident pour nous, à nos yeux c’est une révolution en termes d’offre. On a pu tester beaucoup d’imprimante 3D et la qualité que tu as avec cet appareil pour moins de 200 € ouvre énormément le marché. Aujourd’hui, elle coûte moins chère qu’une console, et rend donc l’utilisation de cette techno beaucoup plus accessible. De toute façon c’est très simple, tu vas dans les groupes d’impression 3D sur Facebook et tu recherches « sondage imprimante 3D » et tu auras ta réponse.

« il y a deux grosses améliorations possibles pour réduire considérablement le bruit de son imprimante »

carte électronique silencieuse V4.2.7

Carte mère silencieuse V4.2.7

1. Au-delà son bon rapport qualité prix, la Creality Ender 3 est facilement évolutive. La première mise à niveau qui peut être rapidement effectué concerne son niveau sonore. La réduction du bruit est en effet une préoccupation qui revient souvent chez les utilisateurs de cette machine. Comment y remédier ?

Oui, il y a deux grosses améliorations possibles pour réduire considérablement le bruit de son imprimante. La première consiste à installer des amortisseurs sur les moteurs pour éliminer les vibrations, pas chère et efficace.

Seconde optimisation, installer la carte électronique silencieuse V4.2.7 sur votre imprimante. Et là tu gagnes immédiatement 20 décibels, redoutable. Un léger effort pour une grosse récompense. Tu vas enfin pouvoir kiffer ton jazz en imprimant ton armée de droïde.

2. La Ender 3 et la Ender 3 Pro n’ont pas de système de nivellement automatique. Comment s’éviter les contraintes de la calibration manuelle ?

Et c’est un point très important, car qui dit plateau mal calibré dit impression qui va se détacher à tous les coups. On s’est tous brisé le dos à vouloir corriger ça. La réponse : le BL Touch.

C’est un capteur qui va palper ton plateau pour analyser la planéité. Il te renvoi les données précises pour que tu puisses corriger. Hyper simple à installer, il se fixe sur ton bloc d’extrusion.

« il est fortement recommandé de changer les ressorts de base sous le plateau… »

Ressorts Hawkung

Ressorts Hawkung

3. L’amélioration de la qualité, de la vitesse et la stabilité des impressions 3D, est une quête permanente chez les makers. Quels upgrades conseillerais-tu pour cette imprimante ?

Un capteur qui va palper pour améliorer la stabilité de l’Ender et donc gagner vitesse et en précision, il est fortement recommandé de changer les ressorts de base sous le plateau. Je conseille ceux-là : Ressorts Hawkung.

4. Que conseilles-tu de faire pour obtenir un meilleur entraînement du filament ?

Pour améliorer ce point je conseille ce kit de remplacement. Il vient avec un lot de ressorts pour le plateau et tube bowden pour amener le filament. Avec ça tu gagnes en fiabilité et en durabilité. Je viens de faire l’investissement pour toutes mes Enders et j’en suis très content.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est ziflex-ender3.jpg.

5. Comme toutes les imprimantes 3D ouvertes, dépourvues d’enceintes, la Ender 3D peut-être sujette au phénomène de warping. Quelles sont les améliorations à apporter sur ce point ?

C’est un gros sujet. La première exigence c’est d’avoir un plateau bien calibré et propre. Si on veut imprimer des matériaux plus spéciaux (PETg, ABS, ASA…) on s’épargnera beaucoup de soucis en investissant dans du matériel adéquat. Tu as 3 axes d’améliorations :

Le tube adhésif Magigoo est une petite merveille, une fois appliqué sur le plateau il va grandement améliorer l’adhésion lorsque le plateau est chauffé et « relâché » la pièce lorsqu’il refroidit. Indispensable pour garantir une impression réussie avec des matériaux à forte rétractation.

La qualité du plateau est très importante, je préconise l’excellent Ziflex. Il offre une superbe adhésion et présente l’avantage d’être flexible ce qui facilite énormément le retrait des pièces en fin d’impression. Ça arrive souvent de se retrouver avec une pièce ABS indécollable d’un plateau rigide.

Le dernier n’est pas négligeable, la housse de protection Creality est une excellente enceinte et elle présente de nombreux avantages : pliable, matériaux ignifuges donc résiste au départs d’incendies, maintient une température constante et limite le bruit.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est octoprint.jpg.

6. Lorsque l’on réalise des grosses pièces synonymes d’impressions de longue durée, il est difficile d’assurer une surveillance continue de son imprimante 3D. Quel ajout recommanderais-tu pour surveiller et contrôler sa Ender 3D à distance ?

Récemment on est passé sur Octoprint qui est un serveur pour contrôler tes imprimantes et j’en suis complétement fan. Ça va te permettre d’installer une webcam, de gérer ton imprimante à distance, et ça vient avec plein de plugins assez géniaux. Mon coup de cœur c’est le plugin pour faire des timelapses.

Donc si tu veux pouvoir lancer ton impression à distance, la surveiller et l’éteindre quand c’est fini il te faudra : une carte Raspberry Pi 3, une carte SD, une webcam, et une prise connectée . Ensuite, il y a plein de tutos très bien faits pour l’installer.

7. Les impressions à base de filaments métalliques ou de fibres de carbone, nécessitent l’utilisation d’une buse plus dure et résistante à la corrosion. Quel conseillerais-tu sur ce point ?

Les imprimantes sont fournies avec des buses en laiton, qui s’usent très vite avec des filaments « chargées » (métal, bois, carbone…), mais également avec des filament PLA classique. Pour éviter cela il faut utiliser une buse en acier. Avec ce lot de buses tu seras habillé pour l’hiver.

À noter : si tu imprimes du filament chargé il vaut mieux parfois le faire avec une 0.5 pour éviter que la buse se bouche. Ça dépend de la taille de la poudre métallique ou des fibres de carbones/bois. L’acier conduit moins bien la température que le laiton, il faudra augmenter la température de fusion de 10/20 C.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est tube-capricorn-1.jpg.

8. Le tube d’origine ne permet pas une impression optimale des filaments flexibles. Comment y remédier ?

Je recommande de changer le tube d’origine par un tube de meilleure qualité : celui de la marque Capricorn est au top.

9. Malgré ses nombreuses fonctionnalités, la Ender 3 est dépourvue de guide de filament. Quelle solution proposes-tu ?

Pour le guidage du filament tu peux imprimer cette pièce : Ender 3 filament guide. C’est très simple à installer et ça va t’éviter bien des problèmes.

10. On reproche aussi au conduit de ventilation de la Ender 3 de ne distribuer de l’air froid que dans une direction, ce qui peut impacter sur la qualité d’impression. Selon toi quelle serait la meilleure amélioration à apporter ?

Ce support de ventilateur à imprimer en 3D est vraiment top : https://www.thingiverse.com/thing:4369859 – Et il y a plein de variantes…