DittoPro, une petite professionnelle dans les salles de classes

 le nouveau modéle professionelle dittopro

Si l’utilisation de l’ordinateur en classe est maintenant bien rentrée dans les moeurs, l’imprimante 3D a encore du chemin à faire avant de connaitre un destin similaire. Il y a quelques mois, Makerbot lançait un programme destiné à équiper chaque école américaine de son imprimante. Un projet en cours de financement qui permettrait aux écoles de posséder chacune une Replicator 2. Tinkerine Studio, un fabricant canadien de Vancouver, semble marcher dans les pas du géant américain et s’orienter également vers ce marché. Après ses fameuses Litto et Ditto + tout de bois vêtues, la compagnie récidive avec DittoPro une imprimante professionnelle taillée pour les salles de classe. Son plateau en verre, son châssis aluminium et son écran de contrôle lui confèrent un look autrement plus moderne que ses grandes sœurs plus orientées makers. Avec ses formes épurées et sa petite taille, cette nouvelle version pourrait presque passer pour une machine à expresso. Il s’agit pourtant d’une imprimante 3D FMD avec tous les apparats du modèle de bureau.

tableau comparatif

Tableau comparatif / Imprimantes 3D FDM assemblées

Avec son petit gabarit (35x37x48 cm) et ses 7 petits kg à la pesée, la DittoPro entre en concurrence avec la Cube 3. Si son prix est presque 2 fois plus élevée que cette dernière (1365 €) il se justifie par son volume d’impression presque 1,5 fois plus élevé (22,5×16,5×20,5cm), sa résolution de 50 microns (contre 75) et sa vitesse d’impression 4 fois plus élevée… Des caractéristiques techniques qui la placent également au-dessus de la Replicator 2 (2600 €) pour un prix bien en deça. Seul petit bémol ce modèle n’imprime que sur PLA…

logiciel Coordia

Coté logiciel Tinkerine a développé le sien, baptisé Coordia One son interface minimaliste et ses paramètres simplifiés séduiront le grand public. La version beta disponible pour Window et Mac est téléchargeable gratuitement sur le site du fabricant. La DittoPro devrait être aussi moins silencieuse que ses prédécesseuses, on attend d’avoir les chiffres à ce sujet…

« Nous allons mettre l’accent sur l’éducation »

Eugene Suyu CEO de Tinkerine

Tinkerine semble donc vouloir concurrencer Makerbot et sa Replicator 2 sur le terrain de l’éducation. C’est du moins ce qui transpire de ses premières déclarations et de sa stratégie marketing, la compagnie équipant déjà une douzaine d’ établissements scolaires au Canada et aux Etats-Unis. Introduire l’impression 3d dans les écoles est sûrement la meilleure façon de familiariser et d’initier une société à une nouvelle technologie. Une manière certes de proposer un nouvel outil pédagogique mais surtout d’accrocher de futurs acheteurs… Son fondateur, Eugene Suyu déclarait d’ailleurs à ce sujet : «Je suis passionné par l’impression 3D, je suis designer de formation et une fois que vous avez utilisé une imprimante 3D à l’école, vous presque envie d’en posséder une.» « Nous allons mettre l’accent sur l’éducation et fournir les éléments de base pour les professeurs et les élèves sur la façon d’utiliser une imprimante 3D. En fournissant aux enseignants un programme d’enseignement sur l’impression 3D, cela permet de bien les guider et d’éduquer les élèves. Les enseignants peuvent utiliser l’impression 3D dans de multiples matières comme l’informatique, les mathématiques ou encore l’ingénierie. Une fois que les élèves sont exposés à l’impression 3D, ils peuvent faire preuve d’imagination et d’explorer toutes ses possibilités. Nous voulons être là où nos concurrents ne sont pas. C’est la cas de l’éducation… Nous travaillons sur plusieurs grands projets d’éducation que nous prévoyons d’annoncer dans les prochains mois.  »

Ken Zupan son professeur en Design industriel témoigne : « En 2007, L’Université Simon Fraser étaient l’une des premières à posséder une imprimante 3D à Vancouver. Il s’agissait d’une machine à $ 30 000, et Suyu était fasciné par ce qu’il pouvait faire avec… » Pour le moment donc, une première bataille (celle du prix) a été remportée, il ne reste plus qu’a confirmer sur le terrain. Mais peu de doutes à ce sujet car DittoPro s’appuie sur un savoir faire solide, sa grande soeur Ditto + ayant déjà fait ses preuves. Plébiscitée par les makers celle-ci avait même décroché la 2ème place dans la catégorie « Best Value » du célèbre Make magazine. En attendant sa mise sur le marché pour juin prochain, vous pouvez déjà vous procurer la DittoPro sur le site du fabricant.