Un nouveau torture test pour régler les imprimantes 3D

L’étalonnage d’une imprimante 3D est souvent déterminant dans la réussite d’une impression. Un plateau mal réglé par exemple, même d’une fraction de millimètre, peut avoir des conséquences immédiates sur le résultat. Pour éviter les mauvaises surprises, il existe des modèles spéciaux appelés « stress test » ou « torture test », qui permettent d’optimiser le calibrage de son imprimante 3D et d’évaluer ses forces et ses faiblesses.

Ces modèles étalons se présentent sous la forme de pièces à imprimer qui comportent une multitude de reliefs. Les gabarits qui la composent, les courbes, les angles, les cônes ou encore les trous, permettent de mesurer les variables d’impression tels que le remplissage et l’espacement. Il suffit ensuite de les comparer avec les références données. Parmi les crash-test les plus connus ont peut citer le fameux petit bateau Benchy de Creative Tools ou encore le test à plat « ctrlV».

Dernièrement, la plateforme Kickstarter à qui l’on doit des centaines de campagnes de financement d’imprimantes 3D, a annoncé un nouveau test pour l’impression 3D FDM. Développé avec le géant du logiciel Autodesk, ce modèle open source permet d’évaluer un plus grand nombre de variables que l’existant. Sa géométrie très complexe permet de tester le calibrage de la machine et du logiciel en fonction d’un matériau donné, en insistant sur les faiblesses du système.

« un fichier STL unique qui teste la précision, la résolution et l’alignement des dimensions d’une imprimante 3D »

Ce nouveau crash-test répond à autre objectif, celui de répondre à l’absence de norme commune pour évaluer les performances des imprimantes 3D FDM entre-elles. Kickstarter espère que les créateurs de projets l’adopteront massivement pour mieux calibrer leurs machines, et ainsi présenter des capacités aux contributeurs répondant aux même normes.

« Kickstarter exige des créateurs d’imprimantes 3D qu’ils démontrent les fonctionnalités actuelles de leurs appareils grâce à des vidéos d’impressions en cours et à des photos d’impressions finies. Cependant, les créateurs présentent souvent différents types d’impressions, des vases géométriques et de l’art abstrait à des tests plus courants tels que le 3D Benchy. Cela rend difficile la comparaison des performances de différentes machines. » Explique Zach Dunham, Director of Design and Technology Communities chez Kickstarter.

« Andreas Bastian, chercheur d’Autodesk a développé un fichier STL unique qui teste la précision, la résolution et l’alignement des dimensions d’une imprimante 3D. Par exemple, une mauvaise exécution de la fonction de « pontage » présentée ci-dessous conduira à du stringing (cordage). Une imprimante bien calibrée rendra la fonction horizontale moins complexe. »

Si on ne doute pas de la qualité du test, vouloir en revanche en faire une norme commune quand autant de paramètres influent une impression, paraît illusoire. Non seulement les paramètres peuvent être très variables d’une machine à une autre, mais les facteurs environnants (température ambiante, courant d’air..), et la qualité du filament ont aussi un impact sur le résultat final.

En attendant, la plateforme Kickstarter a invité les créateurs de projet et propriétaires d’imprimantes 3D à télécharger la dernière version du test sur GitHub. D’autres tortures test, cette fois-ci destinés au SLA, SLS et au métal, pourraient également voir le jour.