Accueil » Construction » Construction 3D : Spie batignolles franchit un nouveau cap en faisant l’acquisition de sa propre cellule d’impression 3D béton

Construction 3D : Spie batignolles franchit un nouveau cap en faisant l’acquisition de sa propre cellule d’impression 3D béton

Système d'impression 3D XtreeE

Système d’impression 3D XtreeE (crédits photo Spie batignolles)

Aux portes de l’impression 3D béton, le bâtiment progresse néanmoins dans son intégration. Signe particulièrement encourageant, près d’un an après avoir mené avec succès des essais portant sur la réalisation de nœuds de poutre et de boîtes de réservation, Spie batignolles, groupe français de construction et de BTP, vient de franchir un nouveau cap en faisant l’acquisition de sa propre cellule d’impression 3D béton. Le constructeur explique comment à l’issue d’une première phase d’expérimentation réussie, lancée aux côtés d’XtreeE en 2020, (voir photo ci-dessous) il a décidé d’intégrer sa technologie l’impression 3D pour gagner en productivité et réduire son empreinte carbone.

« L’acquisition d’un système industriel XtreeE par notre partenaire Spie batignolles permettra de développer rapidement l’emploi d’éléments imprimés en 3D sur des projets de construction, afin de gagner en productivité et de réduire de plus de 50% l’empreinte carbone de certains éléments massifs en béton (voussoirs, piles ou murs). Une telle réduction de l’empreinte carbone peut être atteinte en optimisant la forme des éléments, désormais fabricables à coûts maîtrisés grâce à l’impression 3D, et en utilisant des matières imprimables bas carbone » indique Jean-Daniel Kuhn, directeur général et cofondateur d’XtreeE.

Cette cellule d’impression 3D béton dont on apprend qu’elle a été acquise en juillet dernier, se constitue rappelons-le, d’un bras robotisé sur lequel vient se connecter le système d’impression. Le robot sera installé sur un piédestal de 2m de hauteur pour permettre une impression 3D à 360° sur un rayon de 5 m et offrir un large volume imprimable allant jusqu’à 5 m de hauteur. En plus du béton, Spie batignolles sera également en mesure d’imprimer des mortiers, des matériaux à base de terre, des plâtres ou des géopolymères.

Boîtes de réservation traditionnellement fabriquées en bois, imprimées par XtreeE. (crédits photos Spie batignolles)

Boîte de réservation traditionnellement fabriquée en bois, imprimées par XtreeE en 2020 (crédits photo Spie batignolles)

Quant à sa stratégie, le constructeur entend tirer parti de cette technologie sur deux axes principaux :

  • 1er axe : le développement d’une nouvelle activité d’imprimeur au travers d’un catalogue de composants imprimables standards ou sur-mesure pour le compte de tiers.
  • 2ème axe : les gains de productivité sur les chantiers du groupe avec l’impression d’éléments facilement réplicables (boîtes de réservation par exemple).

« L’impression 3D répond aussi à un enjeu environnemental car la technique permet d’économiser de la matière. C’est une véritable réponse aux enjeux de pénurie de matériaux et de délais d’approvisionnement. » commente Frédéric Gaurat, directeur technique chez Spie batignolles. « La technique offre de belles perspectives de développement avec l’emploi de matières recyclées par exemple. Nous n’en sommes qu’aux prémisses, notamment en matière de règlementation technique pour l’obtention d’ATEX ».

Prévue pour être livrée et installée en novembre sur la plateforme matériel de Spie batignolles située à Ollainville (91), l’imprimante 3D béton mobilisera 2 ingénieurs dédiés à cette nouvelle activité de production. La production démarrera quant à elle en janvier 2022 après une phase de formation et de montée en compétence des équipes. Plus tôt cette année, c’est le leader mondial des matériaux de construction, LafargeHolcim, qui faisait son entrée au capital d’XtreeE. Un atout pour la start-up parisienne qui va pouvoir bénéficier de sa forte implantation internationale et de ses capacités de R&D.

Alexandre Moussion