RAMLAB et Autodesk dévoilent une hélice de navire imprimée en 3D

hélice fabriquée par impression 3d

Laboratoire spécialisé dans le fabrication additive pour l’industrie maritime basé à Rotterdam, RAMLAB (Rotterdam Additive Manufacturing Lab) et Autodesk ont dévoilé une hélice de navire fabriquée à l’aide d’un procédé de fabrication hybride mêlant impression 3D et techniques traditionnelles. Créé par le port de Rotterdam en novembre 2016, le laboratoire néerlandais RAMLAB vise à fabriquer de grandes pièces métalliques industrielles par impression 3D pour la réparation de navires. Grâce à son système de fabrication additive à bras robotique 6 axes, le laboratoire néerlandais permet au plus grand port d’Europe de diminuer le temps de fabrication et le coût de ses pièces de réparation.

« Rotterdam est l’un des carrefours les plus importants du monde pour la circulation de marchandises »

« Plus grand port d’Europe, le Port de Rotterdam est l’un des carrefours les plus importants du monde pour la circulation de marchandises.» Aujourd’hui, si un navire qui entre dans le port a besoin d’une pièce de rechange cela peut prendre des semaines ou des mois pour l’obtenir. Cette attente engendre des millions de dollars de pertes pour les entreprises De la même manière, un stockage important de pièces de rechange dans des entrepôts partout dans le monde serait également très coûteux. » Explique Autodesk dans un communiqué.

« un impact majeur sur la perte de temps et les coûts engendrés actuellement par l’endommagement de pièces dans l’industrie maritime »

Partenaire principal sur la partie logicielle, le géant américain Autodesk a apporté son expertise dans l’élaboration de cette hélice alliant fabrication additive et soustractive. Cette technique de fabrication hybride permet au laboratoire de « disposer d’options de fabrication plus rapide. » Imprimées en quelques jours seulement, les grandes pièces en métal subissent un traitement de finition assuré par les méthodes traditionnelles de fraisage CNC. Cette approche permet ainsi d’économiser du temps et de l’argent sans pour autant sacrifier précision et performance. Le système à bras robotique développé par RAMLAB exploite la technologie WAAM (Wire+Arc Additive Manufacture), un procédé de fabrication additive consistant à souder un fil d’acier au moyen d’un arc électrique. (voir vidéo ci-dessous)

« L’initiative de RAMLAB est le parfait exemple de la façon dont la fabrication additive industrielle bouleverse touts les secteurs industriels », explique Steve Hobbs, vice-président fabrication additive et FAO chez Autodesk. « La naissance de la fabrication hybride à la demande pour les pièces de rechange va avoir un impact majeur sur la perte de temps et les coûts engendrés actuellement par l’endommagement de pièces dans l’industrie maritime. » « Grâce au travail effectué à RAMLAB, le groupe espère accélérer l’adoption de la fabrication hybride à la demande des pièces de grandes tailles« , explique Vincent Wegener, directeur général de RAMLAB. « Notre objectif est non seulement, de faire du Port de Rotterdam une porte d’entrée importante pour l’Europe, mais aussi d’en faire un chef de file dans le développement de nouvelles méthodes de fabrication. »

« La fabrication additive à l’échelle véritablement industrielle est enfin possible »

En plus de l’accompagnement sur place chez RAMLAB, Autodesk a donné accès au laboratoire à son Centre de fabrication avancée (AMF) de Birmingham afin que de nouvelles façons de concevoir et de fabriquer puissent être étudiées. Pour le moment à l’état de projet pilote, l’hélice sera fabriquée et installée cet été dans sa version finale sur un navire partenaire. »La fabrication additive à l’échelle véritablement industrielle est enfin possible. A ce jour, l’impression 3D a été très limitée aux petites pièces. Mais les technologies, à la fois logicielles et matérielles, sont désormais mûres pour faire des pièces plus grandes. C’est l’ occasion de montrer au monde ce qu’il est enfin possible de créer. » Souligne Kelvin Hamilton, en charge de la liaison technique sur ce projet au centre AMF d’Autodesk à Birmingham.

RAMLAB vient confirmer l’influence des Pays-Bas sur la marché de l’impression 3D et la qualité de sa recherche dans ce domaine. En mars dernier, un rapport publié par la banque néerlandaise ABN AMRO et le cabinet d’experts-conseils Berenschot, estimait le marché de l’impression 3D aux Pays-Bas à 120 millions d’euros en 2017.