Un nouveau filament issu de déchets plastiques

recycler du plastique en consommable pour imprimante 3d

Sacs, pots à yaourt, bouteilles d’eau, emballages… Le plastique est partout et n’échappe à aucun domaine. Matériau préféré des industriels, son succès s’explique par ses propriétés. Léger, résistant, malléable et bon marché, celui-ci possède des atouts qui ont vite séduit les fabricants. Un succès indéniable mais qui comporte ses inconvénients et ses dommages collatéraux. Car si le plastique est présent dans beaucoup de nos objets, on retrouve malheureusement celui-ci un peu partout dans la nature. Signe fort de cette indigestion, l’océan rejette des millions de tonnes de déchets plastiques sur les plages du monde entier. Une pollution de surcroît extrêmement tenace, certains plastiques pouvant mettre plus de mille ans à se dégrader complètement.

Face à ce triste constat, une organisation canadienne appelée « The Plastic Bank » s’est appuyée sur l’impression 3D  pour donner une deuxième vie à tous ces détritus. Une revalorisation se traduisant par la fabrication de filaments pour imprimante 3D à partir des déchets plastiques. Cette première mondiale inaugurée sur une plage d’Alaska, a rassemblé plusieurs bénévoles qui ont ramassé bouteilles, bouchons, sacs et autres détritus du même genre. Une fois la matière première collectée, les déchets ont été ensuite triés puis broyés en fines particules pour finir enfin sous la forme de filaments grâce à un procédé d’extrusion. Une technique ingénieuse permettant de recycler un matériau polluant sous la forme de consommables pour imprimante 3D.


The Plastic Bank a réussi à financer son projet grâce une campagne de crowdfounding lancée l’année dernière. L’organisation à but lucratif doit d’ailleurs l’autre partie de son nom au système bancaire qu’elle veut développer en parallèle. En effet, la société souhaite créer un système de banques dans les régions les plus pauvres affectées par  ce type de pollution. La population locale irait en fait ramasser les déchets qu’elle revendrait ensuite à l’organisation en échange de micro crédits. Une monnaie d’échange qui permettrait à ses habitants de s’acheter des produits de première nécessité. Le Dr Mike Biddle, l’ingénieur de The Plastic Bank, a développé un système breveté de recyclage de matières plastiques. Un procédé qui fonctionne par l’extraction magnétique des métaux et qui permet de trier ces plastiques en fonction de leur nature… Car tous les déchets ne seront pas uniquement destiné à fabriquer du filament, l’autre partie sera revendue à des industriels.

The Plastic Bank a ouvert en mai dernier sa première usine de recyclage au Pérou, un pays où seulement 2% des déchets plastiques sont recyclés. Si cette usine pilote remplit ses objectifs, la société compte bien étendre son mouvement à l’échelle mondiale.

Continuer la lecture