Roboze réalise un skateboard entièrement imprimé en 3D

skateboard

La diversité des matériaux disponibles aujourd’hui sur le marché de l’impression 3D, ne permet plus seulement d’imprimer quelques composants isolés, mais aussi parfois des pièces entières. Faisant la preuve de cette évolution, le fabricant italien Roboze, en collaboration avec la boutique Impact Surf Shop, est parvenu à fabriquer un skateboard entièrement imprimé en 3D.

Ce n’est pas la première fois qu’un fabricant réalise ce genre « d’exploit ». L’automne dernier, c’est l’entreprise allemande BigRep qui avait dévoilé une moto presque entièrement imprimée en 3D. Hormis l’électronique, toutes les pièces avaient été fabriquées de manière additive, y compris les pneus du véhicule.

Roboze est une jeune pousse spécialisée dans les imprimantes 3D de bureau FDM industrielles mais aussi les thermoplastiques de haute qualité. Son imprimante 3D à double extrusion Roboze One + 400 par exemple, est capable d’imprimer des filaments techniques à très hautes températures jusqu’à 400 °C. L’entreprise développe aussi ses propres filaments comme le Roboze CARBON PEEK, un PEEK qui offre des propriétés mécaniques supérieures grâce à la présence de fibres de carbone.

Pour répondre aux différentes propriétés de légèreté et de résistance, Roboze a utilisé plusieurs de ses polymères et matériaux composites à haute température. On apprend que le corps de la planche a été imprimé avec du Carbon PA, un polyamide renforcé avec 20 % de fibres de carbone, particulièrement performant sur la plan mécanique. En plus de l’allégement obtenue grâce à la suppression des parties métalliques, ce matériau permettrait également une bonne absorption des chocs.

« J’ai été agréablement surpris par la solidité du skateboard… »

skateboard entièrement imprimé en 3D

Pour les rondelles et les écrous, Roboze a sélectionné le PEEK, un polymère thermoplastique semi-cristallin connu pour ses excellentes propriétés mécaniques. Son niveau d’élasticité moyen-faible a permis aux pièces imprimées de résister aux tests sur route. Les roues ont quant à elles été fabriquées en PP (polypropylène), un polymère utilisé dans une grande variété d’applications et de composants automobiles, grâce à sa résistance élevée aux chocs et à l’usure. Enfin, c’est du Flex, un caoutchouc à base de polyuréthane thermoplastique, qui a été privilégié pour les roulements. Ce matériau possède une très bonne résistance à l’abrasion, à l’usure et à la lacération.

Sélectionné par Roboze pour tester la planche, le skater professionnel italien Fabiano Lauciello s’est dit agréablement surpris par sa solidité : « ROBOZE m’a défié et j’ai accepté avec plaisir de tester le skateboard. Je suis tout à fait conscient qu’il y a eu dix ans d’études sur les matériaux et les formes : donc, tester un skate qui a été entièrement produit avec une imprimante 3D est une chose étonnante et innovante qui m’a vraiment intrigué. J’ai été agréablement surpris par la solidité du skateboard ROBOZE », commente Fabiano Lauciello. « Malgré les manœuvres complexes, le skate a résisté sans problème, preuve de la réelle combinaison entre les techniques de fabrication additive et la production de skateboards grand public ».

En 2016 une société américaine du nom SD3D avait réalisé un skateboard majoritairement réalisé grâce aux technologies d’impression 3D. Près de 90 % des pièces qui la composaient avaient été imprimées en 3D. A revanche elle n’avait pas longtemps résisté aux tests en conditions réelles. Le skateboard n’est pas le seul sport de glisse à s’intéresser à l’impression 3D. La jeune pousse française Yugo par exemple, utilise une imprimante 3D grand format (Tobeca) pour fabriquer ses planches de surf. Elles peuvent mesurer jusqu’à 2m 40 de haut et 65 cm de large.