Accueil » Divers » Le Global Industrie 2021 sonne le coup d’envoi du « Plan national Impression 3D »

Le Global Industrie 2021 sonne le coup d’envoi du « Plan national Impression 3D »

Organiser et coordonner les initiatives pour transformer l’industrie française en se modernisant grâce aux solutions et technologies de l’Industrie du Futur, telle est la mission ambitieuse de la Filière Solutions Industrie du Futur (S-I-F) portée par la ministre déléguée chargée de l’industrie Agnès Pannier-Runacher. C’est à l’occasion de sa signature hier au salon Global Industrie à Lyon, que l’association FRANCE ADDITIVE, le Symop et l’UIMM, les trois organismes en charge d’un plan de développement de la Fabrication Additive en France, ont annoncé le coup d’envoi du « Plan national Impression 3D ». Solution d’avenir et mature retenues par le SIF aux côtés de la 5G et de l’hydrogène, l’impression 3D constitue l’un des composants de son quatrième axe qui vise à renforcer la compétitivité et la souveraineté de notre industrie.

Ce Plan National Impression 3D s’articule autour de 7 actions intégrées et complémentaires visant à mobiliser acteurs privés et publics dans le développement des usages de l’impression 3D par filière. Il vise en outre à flécher des dispositifs existants afin de favoriser les solutions françaises tout en détectant les besoins de compétences et en renforçant l’offre de formation :

1. Accélérer la demande en faisant émerger les opportunités et en détectant massivement les besoins par des experts outillés. (objectif : 1 500 besoins détectés)

2. Développer de nouveaux usages en s’appuyant sur l’ensemble des acteurs régionaux : sociétés de service, plateforme d’innovation et de recherche collaborative (objectif : 500 réponses)

3. Compléter le réseau de plateformes par la création de trois nouvelles plateformes spécialisées en défense, santé et biens de consommation

4. Permettre le passage de PME à ETI à 10 industriels de la fabrication pour plus de volumes et baisse des prix

5. Monter une ligne de production pilote « vitrine du futur » avec un grand groupe industriel

6. Renforcer 20 offreurs français pour être plus compétitif sur toutes les technologies clés

7. Renforcer l’ingénierie de formation de 20 centres et former les talents de demain (objectif : 5 000 formés)

« Après avoir réussi une phase de fédération des acteurs français de l’impression 3D, avec un réseau de plus de130 adhérents, notre association trouve dans la nouvelle filière « Solutions Industrie du Futur » un formidable tremplin pour porter une ambition forte. » S’est réjoui Christophe Eschenbrenner, Président, FRANCE ADDITIVE – Porteur du projet Plan National Impression 3D. «En nous hissant au niveau des filières industrielles françaises, nous allons pouvoir adresser plus vite les grands enjeux stratégiques nationaux. »

« La fabrication additive est vitale pour la compétitivité industrielle au service de toutes les filières »

Portée par un Contrat Stratégique de Filière (C.S.F), la SIF a pour ambition de développer des projets structurants collaboratifs avec les 18 autres filières utilisatrices, ainsi que des projets transverses pour accélérer l’innovation. Pour l’heure ce sont déjà cinq filières (les filières industrielles Mer, Aéronautique, Nucléaire, Ferroviaire, Mode et Luxe) qui ont inscrit la fabrication additive dans leur contrat stratégique. À ce titre des groupes de travail ont d’ores et déjà mis en place afin de bien mesurer leurs attentes et préparer l’exécution du plan d’action projeté.

« La fabrication additive est vitale pour la compétitivité industrielle au service de toutes les filières. L’UIMM et son réseau de 59 chambres syndicales territoriales et 33 Pôles formation UIMM ont déjà intégré les technologies de l’industrie du futur. » conclut Sawsen Ayari-Pouliquen, Chef de service filières et inter-industries, UIMM. « La feuille de route du CSF et sa déclinaison en projet, en faveur du développement de l’emploi, de la formation professionnelle et des compétences dans la filière Solutions Industrie du futur, intégrera les travaux du projet national Impression 3D. »

Alexandre Moussion