Une imprimante 3D pas chère et élégante

Bredan Goh et Tsang You les créateurs de la buccaneer

L’une des imprimantes 3D les moins chères du monde devrait prochainement faire son entrée sur le marché. Baptisé Buccaneer, ce modèle low cost au design impeccable provoque déjà enthousiasmes et interrogations chez les makers. Pour découvrir cette nouveauté originaire de Singapour revenons d’abord sur les origines et la genèse de ce modèle étonnant qui fait déjà grand bruit…

L’histoire de cette machine commence en 2009 alors que Brendan Goh et Tsang You, deux étudiants Singapouriens prenaient part à un concours. Leur projet, fabriquer une bouteille de lait capable de changer de couleur en fonction de la température de son contenu selon le principe de la thermochromie. Pour la réalisation de ce prototype ils décidèrent alors de commander une imprimante 3D.  Pour les deux garçons, leur premier contact avec cette technologie s’avérera pour le moins laborieux. En effet, la première imprimante achetée (une marque américaine) tombait si souvent en panne qu’ils durent se résoudre à commander un autre modèle (hollandais). En incluant son expédition et les diverses fournitures, plus de 2000 € dollars furent dépensés pour cette machine. Addition pour le moins salée…

Et les déconvenues s’enchaînèrent… Malgré l’aide d’un ami, il leur fallut plus d’un mois pour assembler et calibrer l’appareil, et encore une journée de plus pour imprimer la bouteille car l’imprimante coinçait régulièrement. Pour Brendan et Tsang, constat amer et première expérience avec l’impression 3D pour le moins décevante…

Avec Buccaneer Pirate 3D veut s’attaquer au marché de masse

 

la start-up pirate 3d veut lancer sa propre machine à dupliquer

Forts de leurs connaissances techniques dans ce domaine, une idée germa dans la tête des deux amis : pourquoi ne pas créer leur propre imprimante 3D  ? Un produit plus abordable, plus fiable et plus adapté au marché de masse ! En 2011 l’idée prend forme, avec leur ami Roger Chang ils fondent la start-up Pirate 3D avec pour objectif de lancer la Buccaneer, l’imprimante 3D personnelle la moins chère au monde. Ce nouveau modèle destiné à imprimer de petits objets comme des coques de téléphones, des bijoux ou des figurines sera déjà entièrement assemblé et calibré. Ses dimensions seront plus compactes et son design plus épuré et esthétique que ses concurrentes.

Bredan Goh : « Nous ne voulons pas nous contenter d’une imprimante 3D bon marché, nous voulons aussi innover dans ce genre de service et pourquoi pas créer une plateforme tel  un « iTunes Stores » avec des images que les utilisateurs pourraient acheter pour imprimer immédiatement leurs objets »

« Nous voulons rentrer dans les livres d’histoire et que l’on se souvienne de nous comme ayant rendu une technologie de pointe accessible au grand public »

Une ambition non dissimilée et qui trouve de l’écho. En janvier 2013, Pirate3D trouve un soutien de poids en Red Dot Ventures, une société qui décide d’investir 482 000 dollars dans leur projet. Quelques mois plus tard, ils lancent un appel au financement sur Kickstarter, une plateforme internet de crowdfunding (financement participatif). Le succès ne se fait pas attendre, en l’espace de 1 mois ils récoltent 1 438 765 $ dépassant ainsi largement l’objectif des 100 000 $ fixé par leur fabricant.

La Buccaneer est née !

naissance de la première machine tridimensionnelle à un prix abordable

La Buccaneer ™

4 mois plus tard, Pirate 3D est fier de dévoiler au monde entier sa création, une imprimante à l’inspiration zen et ultra- minimaliste : la Buccaneer ™.

« Nous avons regardé ce qui était disponible sur le marché, et n’avons pas aimé ce que nous avons vu, disait Tsang Vous Jun, le responsable du design.

Nous avons passé des mois à échanger avec nos panels et ce qu’il en est sorti c’est que les gens voulaient une machine qui soit à la fois simple à utiliser, un objet du quotidien et un outil de bureau »

Tsang Vous Jun a réussi son pari, Buccaneer est un modèle au design élégant et épuré et ce grâce à plusieurs éléments innovants : sa cartouche centrale, son voyant de signalisation, sa façade en aluminium et son boîtier en acrylique. Pirate 3D innove également en lui ajoutant un filtre à l’arrière afin de minimiser les odeurs dues à la fonte de plastique pendant l’impression.

imprimante-de-bureau

La start-up singapourienne s’est donc donné les moyens de réaliser un modèle vraiment adapté aux besoins du grand public, tant dans son esthétisme que dans sa fonctionnalité. Concernant sa commercialisation, les envois débuteront en février 2014 pour la première vague de pré-commandes avec un prix spécial de 364€. Initialement prévue au prix de 331€, Pirate 3D semble avoir revu sa fiche et fixe à présent son prix à 510€ pour une mise  sur le marché en décembre 2014 (480€ pour les pré commandes ). Un prix qui reste tout de même bien en deçà de ses principaux concurrents : Replicator et Cube dépassant tous deux les 1000 €.

Interview de Pirate 3D

Découvrez Pirate 3D et la genèse de sa Buccaneer à travers l’interview de You Jun l’un de ses fondateurs.

D’autres articles relatifs aux modèles low cost