L’ORNL dévoile la première pelleteuse imprimée en 3D !

pelleteuse fabriquée par impression 3D

A l’occasion du CONEXPO-CON / AGG et IFPE, salon international de la construction se tenant actuellement à Las Vegas, l’Oak ridge national laboratory (ORNL) a dévoilé la première pelleteuse au monde imprimée en 3D. Issue de la collaboration entre plusieurs laboratoire et instituts américain, cette pelleteuse est le résultat d’un projet dénommé AME (Additive excavator manufacturing) piloté par l’américain ORNL, visant à montrer les capacités de la fabrication additive dans la production de pièces de grande taille.

Les différentes parties de l’engin de chantier ont été fabriquées à partir de trois systèmes d’impression 3D différents. Ainsi la cabine a été imprimée en 5 heures sur un ABS renforcé en fibres de carbones, à l’aide de la fameuse BAAM (Big Area Additive Manufacturing), une imprimante 3D géante de type FDM (dépôt de filament fondu) développée par Cincinnati Incorporated.

Mesurant 2 mètres de long pour plus de 180 kg, la flèche (bras hydraulique) a quant à elle été fabriquée en l’espace de 5 jours sur un filament acier. La technologie employée est une technique peu commune dénommée Power Wave Surface Tension Transfer (STT) développée par l’américain Wolf Robotics. Similaire à la technologie WAAM (Wire+Arc Additive Manufacture) ce procédé utilise un bras robotique pour déposer des filaments métalliques, soudés à l’aide d’un arc électrique.

La troisième partie correspondant au réservoir d’huile-échangeur de chaleur, a été imprimée sur le modèle X-line 1000 du constructeur allemand Concept Laser. Comptant parmi les plus gros volumes d’impression 3D métal disponible sur le marché (600 X 400 X 500 mm), ce monstre de 8 tonnes fonctionne sous la technologie LaserCusing technology, un procédé similaire au SLM (selective laser melting) consistant à solidifier une poudre métallique à l’aide d’un puissant laser.

Parfaitement fonctionnelle, cette excavatrice imprimée en 3D vise démontrer comment plusieurs procédés d’impression 3D (plastique et métal) peuvent être associés pour produire des machines de haute qualité dans le secteur de la construction.

Financé par le Bureau de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables (AMO) du ministère de l’Énergie, le projet AME est le résultat d’une collaboration réussie entre l’ORNL), la National Fluid Power Association (NFPA), l’Association of Equipment Manufacturers (AEM), the Center for Compact and Efficient Fluid Power (CCEFP), la National Science Foundation (NSF) et les équipes de recherche des étudiants en génie de la University of Illinois à Urbana-Champaign (UIUC), de l’ Université de Georgia Tech et du Minnesota.

« La beauté d’un projet de cette envergure est qui rassemble de nombreuses personnes intelligentes pour travailler sur un certain nombre de défis tout en atteignant un objectif commun. » A déclaré Lonnie Love responsable du groupe recherche chez ORNL.

pelle mécanique imprimée en 3D