Drawn : une start-up française spécialisée dans l’impression 3D de mobilier !

le projet drawn

Parmi les projets qui ont particulièrement retenu l’attention de Primante 3D ces derniers mois, il y a un certain Drawn, un service d’impression 3D très grand format spécialisé dans la fabrication de mobilier sur mesure. A l’origine de cette start-up française qui détonne, Sylvain Charpiot et Samuel Javelle, deux lyonnais qui ont su imaginer cette technologie autrement, en beaucoup plus grand… Mi-robot mi-imprimante 3D, Galatéa est la machine hybride née de cette collaboration. Capable d’imprimer du mobilier de tous les jours et personnalisable, cette imprimante 3D d’un nouveau genre est née d’un long cheminement et de rencontres. Sylvain Charpiot nous raconte la genèse de ce projet hors norme qui ouvre la voie à de nouvelles applications.

« j’ai imaginé la machine en grand pour réaliser mon rêve… »

Bonjour Sylvain, pouvez-vous nous présenter le projet Drawn et y définir votre rôle ?

Le projet drawn, c’est le rêve fou de créer du mobilier personnalisé en mode hyper local. J’en suis le fondateur, entrepreneur, responsable technique curieux, responsable administration et financier, business développeur et responsable opérationnel, startup oblige.

Sylvain Charpiot et Samuel Javelle

« Ma voix intérieure m’a guidé vers le monde du design et du mobilier… »

Comment est né ce projet ?

Le projet drawn est donc parti de ce rêve : celui de pouvoir produire du mobilier personnalisé et localement. En effet, j’ai passé les 7 premières années de ma carrière d’ingénieur à l’étranger en en perdant un peu le sens de ma vie car je ne faisais que de la délocalisation au final. A mon retour, alors consultant en stratégie et organisation industrielle pour les PME et PMI françaises, j’ai trouvé que la France manquait de volonté d’innovation et d’aller de l’avant.

Pendant une période de recentrage sur ma vie et moi-même entreprise il y a 4 années, ma voix intérieure m’a guidé vers le monde du design et du mobilier. Devant meubler un appartement aux dimensions particulières, là est née l’idée, c’était il y a 3,5 ans… puis chemin faisant pour ce projet j’ai repris des études d’entrepreneuriat, puis me suis fortement intéressé au design en visitant de nombreuses expositions et salons design… pour finalement atterrir à participer à la création d’un FabLab sur le campus universitaire de Lyon. Touchant concrètement aux imprimantes 3D, j’ai imaginé la machine en grand pour réaliser mon rêve… puis j’ai mis en œuvre la gestion de projet autour de ce rêve tel un bon ingénieur… Dans ce FabLab, j’ai aussi fait la rencontre de Samuel, mon associé, designer tout aussi curieux et presque plus ingénieur que moi dans l’âme … Nous nous complétons très bien.

imprimante 3d galatéa

« Il a fallu convaincre que l’ingénieur entrepreneur que je suis »

Pour la conception de Galatéa, quelles sont les difficultés majeures que vous avez rencontrées ?

Convaincre les fournisseurs avec mon passé d’ingénieur était ok. Par contre les convaincre de s’investir sur le projet en délimitant bien les abords du projet a des fois été une réelle épreuve. Une tendance à vouloir tirer la couverture vers soi était toujours présente, ce qui m’a amené à une autre difficulté, celle de trouver des conseils adéquats sur les sujets discutés. Aussi La recherche de subvention m’a causé quelques fils à retordre. Il a fallu convaincre que l’ingénieur entrepreneur que je suis et avec ma volonté peut affronter plusieurs sujets divers et multi compétences (business, marketing, technique, financier,…) devant les institutions pour rechercher des subventions par exemple. La France a cela d’extraordinaire : elle est la seule au monde à former des ingénieurs généralistes puis elle n’accepte pas qu’un ingénieur généraliste puisse être multi-compétent… Cette flexibilité et habilité je l’ai apprise parfaitement dans mes diverses expériences à l’étranger.

Quelles sont ses caractéristiques techniques et ses matériaux d’impression  ?

Galatéa pèse 2 tonnes pour le poids, joli bébé non ?

Sinon Galatéa est née en mars dernier seulement… aussi nous avons encore beaucoup de développements à réaliser… aussi je ne peux pas vous mentionner les données techniques puisque elles évoluent chaque jour ! Les matériaux utilisés sont l’ABS pour l’instant mais nous effectuons déjà des tests sur d’autres matériaux innovants. Car notre rêve de proposer de la personnalisation de mobilier design doit aussi comporter une personnalisation dans l’aspect des matériaux. Aussi nous étudions très sérieusement la recyclabilité de nos matériaux pour conserver une empreinte écologique au maximum diminuée.

Nous avons déjà plusieurs partenariats industriels dans ce domaine, l’un d’entre eux est une relation bien établie depuis plus de 2 ans déjà ! Galatéa était encore loin d’exister aux balbutiements des échanges !

Quel genre de mobilier proposez-vous ? Il y a-t-il des traitements post impressions ?

Nous proposons du mobilier design exclusif. La première gamme visible sur notre site internet a entièrement été réalisé par Samuel Javelle mon associé sur ce projet. Samuel est un designer produit particulièrement créatif puisque qu’il travaille sur du mobilier depuis quelques années. Il a notamment remporté des prix sur des versions de mobiliers paramétriques. Notre souhait est donc de proposer très rapidement du mobilier « paramétrique » pour ajouter une possibilité dans la personnalisation et conserver un design connu et apprécié pour ceux qui n’auraient pas la confiance de se lancer dans une création.

Nous avons le projet de proposer par la suite une application en ligne et des ateliers physiques pour créer complètement et sur mesure son propre mobilier. Idem nous avons beaucoup de travail et communiquerons en temps voulu sur ces volets. Pour l’instant il n’y a pas de post traitement. L’objet est ready for Use 5 minutes après le process le temps que tout le matériau est bien durci via refroidissement. Mais nous travaillerons pour peut-être ajouter un post traitement pour enlever l’aspect boudiné…

« je me suis vite tourné vers les technologies existantes à savoir la robotique »

En 2012 le designer néerlandais Dirk Vander Kooij avait développé Furoc, une imprimante 3D couplée à un bras robotisé destinée à imprimer des meubles. Vous en êtes vous inspiré ?

Nous connaissons bien le projet de Dirk Van Der Kooij. Je le connais depuis 2012. Aussi je me suis rendu compte que mon projet différait du sien. Malgré mes propositions de partenariat, les solutions techniques a développer restaient différentes pour nous amener à notre objectif de personnalisation de mobilier. Donc il y a eu des échanges, mais notre positionnement restant différent, nous avons conservé une indépendance dans la construction de notre projet.

Concernant l’inspiration sur la machine, en réalité, nous avons appliqué les méthodes basiques de gestion de projet. Pour réaliser notre imprimante 3D grand format sans passer par des heures et des heures de développement et construction technologique, j’ai choisi de rester pragmatique et me suis vite tourné vers les technologies existantes à savoir la robotique. Donc je ne parlerais pas d’inspiration, mais de définition d’un cahier des charges précis qui nous a fait aboutir à des solutions similaires.

Vous proposez également des solutions d’accompagnement aux entreprises, designers et artistes… Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous avons pour projet de proposer rapidement nos services d’impression pour des projets exclusifs dans l’événementiel, de l’architecture d’intérieur, du mobilier urbain, dans la scénographie ou pour des designers. Ces projets devront avoir la caractéristique d’être particulièrement innovant et de nous permettre des réalisations à mettre en avant. Galatéa pourra alors se vanter des prouesses dont elle est capable.

Vous étiez présents au Maker Faire de Paris, quels ont été les retours ?

Les gagnants d’un vase lors d’un concours organisé par Drawn au Maker Faire de Paris.

Ils ont été excellents,
• tout d’abord par les organisateurs que nous remercions et qui veulent nous revoir dans les prochaines éditions,
• par les visiteurs hypnotisés par les tours de poignets de Galatéa sur leurs messages laissés dans les coupons du concours organisé .
• par les jurys du maker faire Paris puisque nous avons reçu pas moins de 7 maker Faire of Merit ! Nous n’avons pas pu confirmer si cela représente un record sur l’ensemble des maker faire mais nous en sommes en tous cas très heureux pour Galatéa ! Les réseaux sociaux et médias ont su particulièrement mettre en avant également notre société drawn. Nous avons déjà fait le tour de la planète avec Galatéa quelques jours après le Maker Faire de Paris ! Il faut noter que c’était la première sortie de Galatéa qui est née il y a seulement 2, 5 mois. Les enjeux étant énormes et les délais très courts, nous avons su mobiliser toute notre énergie pour être au rendez-vous à l’heure ! Ce fut une réelle course contre la montre parfaitement minutée. D’autres médias vont suivre dans les jours prochains encore…

( Voir les retombées de Galatéa au Maker Faire ici )

« Notre ambition est de pouvoir faire du mobilier totalement personnalisable en mode hyper local. »

Quelles sont vos ambitions, bientôt une boutique en ligne ?

Notre ambition est de pouvoir faire du mobilier totalement personnalisable en mode hyper local. Aussi nous allons suivre plusieurs étapes logiques pour y parvenir :

• La création d’une boutique en ligne comme vous le précisez avec la possibilité de personnaliser sur les couleurs et les dimensions (c’est une première étape) = projet pour automne 2014

• La création d’applications permettant la personnalisation du mobilier sur de dimensions paramétriques ou sur la forme directement permettant des pièces complètement uniques ! = projet pour fin 2014

• L’organisation d’ateliers en promenant Galatéa dans les villes françaises et européennes = projet pour 2015

• L’ouverture d’une boutique physique = projet pour 2015

Nous souhaitons également ouvrir aux designers la possibilité de créer leur propre ligne de mobilier imprimable par Galatéa via nos services. Nous étudions la question et les possibilités sur ces sujets actuellement. Idem nous reviendrons vers eux en temps voulus.