Le Groupe Safran commande une machine à BeAM

Grand groupe industriel français et acteur majeur de l’équipement aéronautique et spatial, Safran vient de souligner encore un peu plus son intérêt pour l’impression 3D. En effet la société qui exploite déjà ce procédé pour la fabrication de moteurs d’hélicoptères via sa filiale Turbomeca et pour les injecteurs du Falcon 5X via Snecma, vient de commander une machine au constructeur Alsacien BeAM. Une commande émanant du centre de Recherche et de Technologie de Safran Tech et destinée au Safran Additive Manufacturing, pour faire de la réparation de pièces métalliques ou en créer de nouvelles. « Nous avons démontré la faisabilité en phase de tests depuis 2014 et nous passons maintenant à une phase d’industrialisation. L’impression 3D pour l’industrie est une voie d’avenir dans laquelle Safran veut devenir un acteur majeur. » A déclaré Thierry Thomas, VP de Safran Additive Manufacturing.

Mobile Clad

Le modèle en question est la Mobile Clad, une imprimante 3D conçue pour la fabrication additive de pièces complexes en 3 et 5 axes. Dotée d’un volume de d’impression de 400 x 250 x 200 mm, la machine est capable de déposer des largeurs de matière de 0,8mm seulement pour une vitesse de fabrication pouvant atteindre les 300 cm3/h. Mobile Clad fonctionne comme son nom l’indique à partir de la technologie CLAD (Construction Laser Additive Directe), un procédé qui consiste à faire fondre et projeter une poudre métallique à l’aide d’un puissant laser. Cette technique d’impression par déposition appelée aussi DED (Direct Energie Deposition), à l’avantage par apport aux procédés par frittage laser, de réduire la quantité de matière utilisée, de passer facilement d’un matériau en quelques secondes et de réparer des pièces en imprimant directement dessus.

Cet achat fait suite à une collaboration entre Safran et BeAM en mode open innovation initiée en 2014. Premier constructeur européen de machines de fabrication additive par dépôt de poudres métallique, BeAM aspire à devenir le numéro 1 mondial dans son domaine. Pour ce faire la société a levé 1 millions d’euros l’année dernière, une somme destinée à recruter une vingtaine de personnes en 2015 et à accélérer son déploiement à l’international.