Additive Industries déjà sold-out avec son imprimante 3D métal XXL !

Additive Industries

A l’occasion du salon Formnext 2015 de Francfort, le constructeur néerlandais Additive Industries avait dévoilé la première imprimante 3D métal à capacité industrielle. Une énorme machine dénommée MetalFAB1, présentée comme dix fois plus efficace en termes de reproductibilité, de productivité et de flexibilité par apport à l’existant. Pour l’heure uniquement disponible sous sa forme bêta, une première machine avait été commandée en décembre 2015 par APWorks, filiale d’Airbus spécialisée dans l’impression 3D et les nouveaux matériaux. Fort de ce succès, Additive Industries a révélé à l’occasion de l’Additive World Conference de Eindhoven, avoir livré deux autres machines bêta. Les clients sont Kaak Multiparts, groupe néerlandais spécialisé dans les convoyeurs pour l’industrie agroalimentaire, et l’américain United Grinding Group, leader mondial des machines CNC.

« Nous voyons la fabrication d’additive métal comme un véritable atout pour notre entreprise »

Un succès aussi soudain qu’inattendu pour le constructeur néerlandais qui a donc vendu la première génération de la MetalFAB1 en l’espace de trois mois seulement. « L’impression 3D métal va jouer un rôle important dans l’approvisionnement mondial de nos pièces de rechange« , a déclaré M. Lodewijk van der Borg PDG de Kaak Multiparts. « Nous voyons la fabrication d’additive métal comme un véritable atout pour notre entreprise. Nous attendons beaucoup de cette technologie« , a ajouté M. Stephan Nell PDG de United Grinding Group.

MetalFAB1

De son côté Airbus APWorks annonce vouloir imprimer plus de la moitié des composants de sa future flotte d’avion, dont de très grandes pièces. La MetalFAB1 devrait donc jouer un rôle important dans cette nouvelle orientation aux côtés des autres machines de fabrication additive dont dispose déjà le constructeur (EOS, Solutions SLM, Concept Laser…).

Forte du succès rencontré par sa machine bêta, Additive Industries prévoit d’augmenter la production de la version série. Les premières machines devraient arriver sur le marché en fin d’année avec un prix avoisinant celui de la version bêta soit environ 1,8 million €.