TOP 10 des imprimantes 3D résine SLA/DLP à moins de 5 000 €

classement des meilleures imprimantes 3D résine

La stéréolithographie, plus connue sous l’acronyme de SLA, est la toute première technologie d’impression 3D brevetée et commercialisée. Développée par trois chercheurs français il y a près de 30 ans, elle repose une technique par photopolymérisation qui consiste à solidifier une résine liquide photopolymère à l’aide d’un faisceau laser. Faute de renouvellement du brevet, c’est l’américain Chuck Hull qui finira par en récupérer la paternité pour fonder par la suite la société 3D Systems. De la technologie SLA naîtra quelques années plus tard d’autres procédés dérivés, comme le DLP qui remplace le laser par un projecteur.

En 30 ans les imprimantes 3D résine se sont considérablement démocratisées. Longtemps réservées aux professionnels de dentisterie et de la bijouterie pour réaliser des modèles dentaires ou des moules en cire perdue, elles s’invitent désormais dans les pratiques des particuliers pour imprimer des figurines et des objets de décoration. Les imprimantes résines proposent en effet un niveau de détail bien supérieur au FDM qui permet la fabrication de pièces d’une grande finesse.

Parce qu’il existe aujourd’hui un grand nombre d’imprimantes 3D résine et à tous les prix, sur la base de ses propres expériences et retours utilisateurs, Primante 3D a regroupé les modèles de bureau les plus performants à moins de 5 000 €. On y retrouve les trois principales technologies d’impression 3D résine que sont le SLA, le DLP et le LCD.

TOP 1. Form 3 de Formlabs

Form 3

Pionnier de l’impression 3D personnelle par stéréolithographie, le fabricant américain Formlabs est revenu cette année avec une nouvelle machine dénommée Form 3. Petite sœur de la très réputée Form 2, cette imprimante 3D possède un volume de construction légèrement supérieur de 14,5 × 14,5 × 18,5 cm. La résolution reste identique (25 micron) de même que le logiciel Preform dont la qualité n’est plus à prouver.

La principale nouveauté de la Form 3 réside dans son moteur d’impression et sa technologie baptisée Low Force Stereolithography (LFS). Cette forme avancée de stéréolithographie permet de réduire significativement les forces de décollement, et in fine, une meilleure qualité de surface et des structures de support réduites.

La Form 3 se distingue aussi par la présence d’une unité de traitement optique LPU (Light Processing Unit) qui permet au faisceau d’être toujours perpendiculaire au plan de fabrication. Enfin la taille du faisceau laser est passée de 140 à seulement 85µ, ce qui permet des impressions à un niveau de détail beaucoup plus élevé. On retrouve enfin les autres fonctionnalités qui on fait le succès de la Form 2, notamment le système de raclage et de brassage de la résine à chaque couche. La Form 3 est vendue à partir de 3 958 € contre 3 228 € pour la Form 2.

TOP 2. B9 Creator

B9 Creator

La marque américaine B9Creations propose la B9Creator, une machine dont les origines remontent à 2012, date de son financement sur Kickstarter. Elle est l’une des premières imprimantes 3D à prix grand public pour la résine.

Primée dans de nombreux classements, elle repose sur la technologie DLP qui consiste à flasher et solidifier la résine liquide avec un vidéo projecteur. La version 1.2 actuelle peut imprimer des pièces de 20,32 x 10,24 x 7,68 cm avec une résolution de 30 microns. Côté matériaux, l’appareil peut prendre en charge trois couleurs de résine : cerise, rouge et noir. Pour cette imprimante il faut compter environ 3490 $ ; sa grande soeur B9 Core 530 qui dispose d’un plus gros volume de construction (57,6 x 32,4 x 127 mm) est vendue autour des 12 500 €.

TOP 3. 3D Systems Projet 1200

3D Systems ProJet 1200

3D Systems c’est l’autre acteur emblématique de la stéréolithographie. Son fondateur Chuck Hull a déposé son premier brevet en 1984, soit 3 semaines après les français Jean Claude André, Alain le Méhauté et Olivier de Whitte. Le fabricant américain dispose d’une large gamme de machines professionnelles parmi lesquelles des imprimantes 3D SLA de bureau.

La 3D Systems Projet 1200 peut imprimer jusqu’à 6 matériaux d’impression 3D de la gamme VisiJet FTX. Elle permet la fabrication de petites pièces de 43 × 27 × 150 mm comme des prototypes, des maquettes, ou des empreintes de moules destinées à la joaillerie ou l’industrie dentaire.

Cette imprimante 3D à l’avantage d’intégrer un four UV pour le post-traitement des pièces en résine. Le four est constitué d’une lampe avec des parois en réflecteurs et un système d’accroche du plateau d’impression rotatif. La 3D Systems Projet 1200 est disponible à partir de 4189 €.

TOP 4. Slash + Uniz

Slash + Uniz

Réputée comme étant l’une des machines les plus rapides du marché, la Slash + est une imprimante 3D SLA/LCD développée par le fabricant américain UNIZ. Pour atteindre la vitesse 1 000 centimètres cubes par heure, l’appareil embarque un système de refroidissement optimisé appelé Cooling System qui permet d’extraire une grande quantité de chaleur, ainsi qu’un écran LCD qui vient remplacer le laser. Que vous imprimiez une ou dix pièces simultanément sur son plateau de 192 × 120 × 200 mm, le temps de fabrication est équivalent.

Autre bon point pour la Slash Plus, sa capacité à imprimer d’autres résines du marché (contrairement à la Form 3 par exemple). En rentrant les bons paramètres, il est possible d’utiliser des résines concurrentes, ce qui offre un plus large choix de coloris et de type de matériaux. Il est possible d’acquérir cette imprimante résine à partir de 4000 €.

TOP 5. Poepoly Moai

Peopoly Moai

PEOPOLY est un fabricant basé à Hong-Kong qui s’est fait connaître en 2016 en lançant une levée de fond sur Kickstarter. Grâce aux $250,000 collectés sur la plateforme, la jeune pousse a pu financer le développement de sa Peopoly Moai, une imprimante 3D très bon marché conçue pour les professionnels et les makers.

Son petit prix (1100 €) s’explique par son approche DIY ; l’imprimante 3D est à monter soi-même. L’appareil propose un volume de fabrication de 130 × 130 × 180 mm ainsi qu’un laser d’une précision de point de 70 microns pour une épaisseur de couche minimale de 5 microns. Une version plus grande a été lancée en 2019. Dénommée Moai 200 Peopoly elle offre un volume de construction plus élevé de 200 x 200 x 250 mm pour un prix de vente de 2 393 €.

TOP 6. MoonRay S DLP de SprintRay

MoonRay S DLP

La MoonRay S est une imprimante 3D de bureau à résine (DLP) produite par la start-up californienne SprintRay. Ses origines remontent à la « StarRay SLA », premier modèle lancé en 2014 sur la plateforme Kickstarter. Moins d’un an plus tard, le fabricant présentait une imprimante 3D plus compacte dénommée MoonRay UV DLP .

Primée lors du CES 2017 du prix de l’innovation, la Moonray S produit des impressions de haute qualité et en moyenne 10 fois plus rapidement que ses concurrentes SLA. Son bac d’une contenance de 50 litres lui permet imprimer des pièces jusqu’à 130 x 80 x 200 mm. Côté résolution la taille de pixel projeté est de 100 microns et la précision de 20 microns . La création des supports est assurée par le logiciel RayWare qui permet de générer des structures de soutien solides et optimisées pour économiser la résine. La MoonRay S se distingue également par sa grande compatibilité matériau qui lui permet d’imprimer n’importe quelle résine en UV DLP 405NM. L’imprimante est disponible pour environ 3 990 €.

TOP 7. DLP 2.0 de Colido

Colido DLP

Plus connu pour ses imprimantes 3D FDM, Colido s’est officiellement lancé dans l’impression 3D résine en 2016 avec une certaine « CoLido DLP 1.0 ». La dernière née du fabricant Hongkongais se nomme CoLido DLP 2.0, une machine proposant un volume de fabrication de 100 x 76 x 150 mm pour une épaisseur de couche pouvant atteindre les 50 microns.

Basé comme son nom l’indique sur la technologie (Digital Light Processing), cette imprimante 3D se distingue par la durée de vie de son bac 4 fois supérieur à la moyenne. Elle également équipée d’un système automatique de remplissage de la résine. La CoLido DLP 2.0 est disponible au prix fabricant de 3299 $.

TOP 8. Liquid Crystal 10 de Photocentric

Liquid Crystal 10 de Photocentric

Fabricant de résines photopolymères à l’origine, Photocentric est une entreprise basée au Royaume-Uni qui produit ses propres imprimantes 3D depuis quelques années. Son modèle Liquid Crystal 10 vendu moins de 1000 € repose sur une technologie similaire à la technologie DLP (Digital Light Processing), appelée DPP (Daylight Polymer Printing).

La photopolymérisation de la résine est assurée par un écran LCD qui permet d’imprimer des pièces de 20 x 10 x 20 cm avec une résolution XY de 220 microns pour une vitesse d’impression de 1,8 cm/h. Côté performance, elle serait capable d’imprimer en seulement 13 secondes lorsqu’elle est calibrée sur une précision de 100 microns.

Proposée à partir de 5 100 €, sa grande sœur Liquid Crystal Pro propose l’un des volumes de fabrication les plus importants de sa catégorie. Son plateau de 470 × 240 × 340 mm permet de fabriquer de gros objets ou des des lots de petites pièces.

TOP 9. Wanhao Duplicator 7 Plus

Wanhao Duplicator 7 PLUS

Surnommée D7 Plus, l’imprimante Wanhao Duplicator 7 Plus est l’oeuvre de Wanhao, un fabricant basé en Chine. Vendue à partir de 490 €, elle repose sur la technologie DLP qui permet une impression plus rapide grâce à l’utilisation d’un projecteur UV et d’un écran à cristaux liquides. L’imprimante permet la réalisation de petites pièces de 120 × 68 × 180 mm. Sa compatibilité avec des résines UV 405nm bio-compatibles permet la fabrication de dispositifs médicaux (prothèse dentaire, prothèse auditive, guide chirurgical, orthodontie, stellite…)

La Duplicator 7 Plus dispose d’une précision XY améliorée de 0.0001 mm soit bien en deçà des 0.05 mm de son aînée. Un écran tactile LCD ultra-HD a également été ajouté ainsi qu’un triple ventilateur afin d’éviter la surchauffe. Côté matériaux la Duplicator 7 Plus est compatible avec la plupart des résines génériques du commerce jusqu’à une longueur d’onde de 380 nanomètres.

TOP 10. Anycubic Photon

Anycubic Photon

L’Anycubic Photon est une imprimante 3D d’entrée de gamme que l’on doit au fabricant chinois Anycubic. Son écran LCD lui permet de photopolymériser des petites pièces mesurant jusqu’à 115 × 65 × 155 mm pour une hauteur de couche de 25 microns. Malgré son petit volume de fabrication, l’imprimante présente plusieurs atouts comme son logiciel propriétaire qui permet de slicer les modèles 3D à une vitesse plus élevée que la plupart des trancheurs open-source. Côté matériaux, ce modèle a également l’avantage d’être compatible avec la plupart des résines disponibles sur le marché.

Son prix mini de 660 € n’empêche pas non plus la présence d’un écran full-color LCD en façade et d’un système de filtration charbon. Rien d’étonnant donc qu’elle soit devenue un incontournable pour tous ceux qui débutent dans l’impression 3D résine.

Articles relatifs aux imprimantes 3D SLA

Formlabs dévoile ses nouvelles imprimantes 3D SLA Form 3 et 3L
Impression 3D résine : quelles sont les étapes de finition et le matériel nécessaire ?
Zortrax lance une imprimante 3D résine Inkspire