Quand Prodways met l’impression 3D au service de l’art !

Comme tant d’autres technologies avant elle, la photographie ou encore la vidéo, l’impression 3D s’immisce peu à peu dans les nouvelles pratiques artistiques contemporaines. Si la place et l’influence des nouvelles technologies dans l’art a toujours fait débat, nombres d’artistes investissent ce territoire pour leur capacité à figer le réel dans le temps et à le modifier. Séduits par la faculté de l’impression 3D à créer des formes très complexes, sa capacité de personnalisation et sa flexibilité, nombre d’artistes exploitent aujourd’hui ce médium artistique.

C’est précisément le cas de l’artiste plasticien Stéphane Simon qui expose actuellement une œuvre imprimée en 3D au Grand Palais pour le salon Révélations 2017. Née en Haute-Savoie dans les ateliers d’impression 3D d’Initial, filiale du groupe français Prodways, cette magnifique création est le résultat du mariage réussi entre le savoir-faire traditionnel de la sculpture classique et les technologies d’impression 3D.

« Une forme universelle de communication non verbale est née »

Incarnée par deux statues grandeur nature, cette oeuvre baptisée « Me-mory of Me » (« en mémoire de moi ») exprime l’influence du numérique sur la nature et le comportement de l’humain à travers le selfie, cette mode désormais répandue aux 4 coins du globe consistant à se prendre en photo avec un téléphone portable. « En peu de temps, les autoportraits sont devenus un véritable phénomène de masse. Devenu un rituel incontournable, les selfies ont généré l’apparition de tout un nouveau catalogue de gestes en mouvement, dont l’expression, le sens et l’usage sont sans équivalent au regard de l’histoire de l’humanité. Une forme universelle de communication non verbale est née. » Explique Stéphane Simon.

Ce qui m’a beaucoup intéressé dans ce projet c’est ce rapport à l’antiquité grecque et ses statues… On se rend compte que 5000 plus tard dans les postures des dieux grecques, le parallèle est extrêmement troublant coïncide complètement avec la manière dont les gens se prennent aujourd’hui en selfie. Raconte l’artiste dans une interview de News Art Today.

« L’impression a eu lieu dans notre filiale Initial en Haute Savoie, en techno de stéréolithographie »

Mesurant 1m80, ces sculptures à l’allure de sculpture grecque ont été conçues à partir d’un scan effectué sur le mannequin espagnol Andres San Juan. De manière à sélectionner les meilleures postures, plusieurs essais ont été menés en imprimant des petites statuettes prototypes de 15 cm ainsi que des visuels de la main. Ces pièces ont été imprimées par frittage laser (SLS) sur une ProMaker P1000 de Prodways en polyamide 12.

Une fois le design validé, les deux statues grandeur nature ont été imprimées en 10 morceaux, en utilisant un procédé d’impression 3D par stéréolithographie (SLA). « L’impression a eu lieu dans notre filiale Initial en Haute Savoie, en techno de stéréolithographie pour avoir le plus grand niveau de précision avec une résine translucide WATERSHED 11122XC sur une SLA500a. » Précise Catherine Gorgé, secrétaire Générale Prodways, Directeur division luxe, design, art et architecture. « …malheureusement, la ProMaker L5000 de Prodways n’était pas disponible lors de cette réalisation chez Initial. » Une fois assemblées, les pièces ont été travaillées manuellement par l’artiste…. soit au total plus de 200 heures de ciselage et de polissage manuel.

Né en 2013, le projet « In Memory of Me » a nécessité plus de 3 ans de mise au point. Sa réussite tient la collaboration étroite entre Stéphane Simon et la division « Les Créations » d’Initial Prodways créée pour répondre aux besoins spécifiques des créatifs. Représentant la France, « Me-mory of Me » est actuellement exposé jusqu’au 8 mai 2017 au Grand Palais, à l’occasion de l’édition 2017 de La biennale internationale des métiers d’art et de création contemporaine.