Une imprimante 3D capable d’imprimer du carbone !

 machine du nom de Mark One pouvant imprimer avec des fibres de carbone

La fibre de carbone découverte en 1879 par Joseph Swan pour son ampoule à filament, a fait bien du chemin et connu bien des applications depuis cette époque… Particulièrement prisé aujourd’hui, on retrouve ce matériau dans de multiples secteurs d’activités tels que le sport, la mode, l’automobile et l’aéronautique où il est même en train de supplanter l’aluminium et l’acier. C’est donc sans réelle surprise qu’une nouvelle imprimante 3D du nom de Mark One s’est mise sur le créneau.

La fibre de carbone a particulièrement le vent en poupe dans le secteur de l’automobile. A la fois ultra solide et très légère ce matériau a les propriétés idéales pour concevoir certaines pièces. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle presque tous les châssis de formule 1 sont actuellement fabriqués avec elle, permettant ainsi de diminuer leur poids et leur consommation. Six fois plus légère et cinq fois plus résistante que l’acier, elle est aussi extrêmement peu sujette à la corrosion. Pour toutes ces raisons, la fibre de carbone est devenue un allier de choix pour de nombreux secteurs industriels.

L’ENIGMATIQUE MARK ONE

l'imprimante 3d de MarkForged

A l’origine de la Mark One, un certain Gregory Mark, PDG de la start up MarkForged et fondateur d’Aeromotions, une entreprise spécialisée dans la fabrication d’ailerons pour voitures de sport. A l’instar de Stratasys avec son Objet 500, ce dernier a profité du SolidWorks 2014 pour officialiser sa machine. Une annonce qui fait déjà grand bruit étant donné les débouchés et les applications que cela pourrait avoir dans de nombreux secteurs industriels. Un gros point d’interrogation sur ce point là d’ailleurs… Pourquoi avoir développé une imprimante 3D de bureau dont l’innovation première concerne avant tout les industriels ? La question mérite d’être posée…

Avec son allure de grosse radio cassette, Mark One affiche les caractéristiques standards d’une imprimante 3D personnelle : châssis en aluminium, volume d’impression de 305 x 160 x 160 mm et résolution de 100 microns… La différence se situe au niveau du procédé employé baptisé CFF™ (Composite Filament Fabrication™) qui a été combiné avec la traditionnelle FFF ou FDM. La Mark One dispose de deux buses : la première extrude du nylon pendant que l’autre vient renforcer l’impression avec des fibres de carbone. On obtient ainsi des pièces avec un ratio poids/résistance équivalent à l’aluminium 6061, 20 fois plus résistantes au pliage et 20 fois plus solides que les pièces imprimées sur ABS.

Outre la fibre de carbone, la Mark One est également compatible avec la fibre de verre et le kevlar. Pour l’heure difficile de savoir si ses qualités sont en tout point identiques à la fibre de carbone traditionnelle, quelles sont ses limites et surtout quel est son coût.

  • La Mark One est désormais disponible ici pour 5878 $ soit 5432 € frais de livraison standard inclus (UPS) pour la France.
  • Un kit professionnel permettant d’imprimer sur fibre de Kevlar est également proposé pour 8799 $ soit 8131 €. Celui-ci comprend en autre 2 plateaux d’impression supplémentaire, un support logiciel et dix extrudeurs.
  • Le délai de livraison est de 10 à 12 semaines.