Carbon : sa technologie d’impression 3D pourrait faire économiser jusqu’à 10 000 $ à Biolase

pinces imprimées en 3D

Célèbre pour sa technologie d’impression 3D Ultra rapide CLIP, la jeune pousse américaine Carbon fait régulièrement la démonstration de son système dans divers secteurs d’applications. Confirmant sa présence dans le domaine dentaire, la start-up innovante fait une nouvelle fois parler d’elle en associant cette fois-ci son nom à son compatriote Biolase. Chef de file en laser dentaire et de dispositifs médicaux, cette compagnie d’origine californienne pourrait faire d’importantes économies grâce à Carbon.

Beaucoup plus rapide que ses concurrents, grâce à son système de contrôle de l’oxygène pendant la photopolymérisation, le procédé d’impression 3D de Carbon, a permis à Biolase de diminuer ses coûts de production. Jusqu’alors la société fabriquait ses pièces de manière traditionnelle en utilisant la coulée de résine uréthane. Si contrairement au moulage par injection, cette technique qui utilise des moules en silicone ne nécessite pas d’outillage dur, le délai de fabrication pour des pièces moulées est assez long, soit entre cinq et huit semaines.

« La rapidité de la fabrication 3D de Carbon nous a donné une pièce de haute qualité, à un coût raisonnable »

« Alors que la coulée d’uréthane a fonctionné dans le passé, le procédé ne répondait toujours pas à nos exigences en matière de coût et de délai de fabrication. » Raconte Julio Cely, ingénieur en mécanique chez BIOLASE. « La vitesse de la fabrication 3D de Carbon associée à un nouveau matériau, nous a donné une pièce de haute qualité, à un coût raisonnable, qui pourrait être produite à grande échelle. »

Biolase fait des économies grâce l'impression 3D de Carbon

Si la fabrication de gros volumes de pièces via ce procédé traditionnel par coulée est particulièrement coûteuse, il y a plusieurs raisons à cela. D’une part les équipes de développement de produits doivent réaliser plusieurs modèles initiaux, mais aussi engager des coûts d’outillage et supporter les coûts d’installation associés aux outils.

De plus, ces outils ont généralement une durée de vie limitée, soit 25 à 30 pièces moulées par outil et une durée de vie de 3 mois. Par conséquent, pour son nouveau dispositif médical, BIOLASE était prêt à se tourner vers une solution de fabrication alternative plus rapide, avec un coût de production inférieur.

Contacté pour résoudre ce problème, un prestataire de service dénommé Dinsmore, a opté pour les imprimantes 3D M Series de Carbon pour fabriquer une nouvelle pièce en forme de clip. La résine sélectionnée par Dinsmore est la RPU (résine de Polyuréthane Rigide ) de Carbon, un matériau capable de répondre aux exigences de forme et d’ajustement et de dépasser les exigences de performance mesurées en termes de résistance et de rigidité de la pièce.

clips fabriquées par impression 3D

« démontrer l’expertise de notre équipe en matière de conception pour la fabrication additive pour l’industrie médicale »

« Notre travail avec l’équipe BIOLASE et la technologie DLS de Carbon nous a permis de démontrer l’expertise de notre équipe en matière de conception pour la fabrication additive pour l’industrie médicale. » A déclaré Jay Dinsmore, PDG et fondateur de Dinsmore. « Nous sommes ravis de continuer à travailler avec des clients de toutes les industries et de trouver de nouvelles opportunités d’applications pour la nouvelle technologie et les nouveaux matériaux de fabrication additive de Carbon. »

Confirmant la vitesse et l’efficacité du système d’impression 3D de Carbon, Dinsmore est ainsi parvenue à produire la pièce et obtenir la validation des équipes de développement et qualité de Biolase, en seulement deux semaines contre cinq à huit semaines pour le moulage polyuréthane. En éliminant tous les coûts associés à l’ancien procédé, BIOLASE prévoit d’économiser plus de 10 000 $ par an en coûts de production. En outre, la réduction de 70% du temps de traitement permettra à BIOLASE de se lancer plus rapidement sur le marché.

clips imprimés en 3D par Carbon