Nouvelle vague de licenciement : MakerBot se sépare de 30 % de ses effectifs !

usine makerbot

Précurseur emblématique de l’impression 3D grand public, le fabricant américain Makerbot semble aujourd’hui enfermé dans une spirale infernale… Tout juste promu à la tête de la société, son nouveau CEO Nadav Goshen annonce un nouveau plan de restructuration impliquant le licenciement de 30% de ses effectifs. Cette nouvelle coupe sombre intervient après deux vagues de licenciement engagées entre 2015 et 2016. Dans le cadre d’une nouvelle stratégie visant notamment à sous-traiter sa production en Chine, son CEO de l’époque Jonathan Jaglom avait alors fermé tous les points de vente MakerBot et l’usine de New-York, entraînant ainsi la suppression d’environ 300 postes.

« nous devons apporter des changements supplémentaires pour réduire les coûts et soutenir nos objectifs à long terme »

Dans un communiqué intitulé « Des changements sont nécessaires pour assurer l’innovation du produit et soutenir les objectifs à long terme », Nadav Goshen justifie cette décision « Nos nouveaux produits ont été bien révisés, récompensés et bien accueillis par nos principaux segments. Je crois que c’est la bonne direction pour MakerBot. Cependant, nous devons apporter des changements supplémentaires pour réduire les coûts et soutenir nos objectifs à long terme… dans le cadre de ce nouveau plan, nous allons réduire le personnel de MakerBot de 30%.»

Plombé par sa 5ème génération d’imprimantes 3D, sujette à de nombreux problèmes techniques et sortie trop tardivement, MakerBot semble aujourd’hui incapable de se relever. Face à un marché de plus en plus concurrentiel et une démocratisation de l’impression 3D grand public en deçà des attentes, MakerBot a aujourd’hui délaissé ce marché au profit des professionnels et de l’éducation.

Dès lors le fabricant new-yorkais mise aujourd’hui sur sa nouvelle génération d’imprimantes 3D Makerbot Replicator + et Replicator Mini +. Dévoilée en septembre 2016, ces versions optimisées proposent notamment un volume de fabrication jusqu’à 35 % supérieur, et une vitesse d’impression 30 % plus élevée par apport à leurs grandes soeurs.

MakerBot Replicator +

« Nous avons travaillé dur pour définir davantage notre stratégie actuelle de développement de solutions d’impression 3D »

En parallèle Makerbot avait lancé Thingiverse Education, une nouvelle plateforme dédiée proposant une centaine de cours sur l’impression 3D, et permettant aux enseignants d’échanger entre eux et d’améliorer leur pratique. « Nous avons travaillé dur pour définir davantage notre stratégie actuelle de développement de solutions d’impression 3D qui répondent aux besoins des professionnels et des enseignants.» Explique MakerBot dans son communiqué.

« Dans le cadre de ces changements, nous intégrerons davantage notre développement de produits matériels et logiciels dans une seule équipe. Notre vice-président à l’ingénierie, Dave Veisz, supervisera maintenant la R & D du matériel et des logiciels, et nous promouvrons le directeur actuel des produits numériques, Lucas Levin, au vice-président du produit. »

Jonathan Jaglom CEO de MakerBot