Lamborghini renouvelle sa confiance à Carbon pour imprimer en 3D ses bouches d’aération

Lamborghini Sián FKP 37

Lorsqu’une marque aussi prestigieuse que Lamborghini intègre des pièces imprimées en 3D dans ses véhicules, c’est un signal important pour l’industrie automobile. On le sait, pour qu’un basculement massif s’opère vers la fabrication additive, quelques références sont nécessaires pour que le marché décolle. C’est ainsi qu’en 2019, la marque au taureau avait annoncé une collaboration passionnante avec la pépite montante de l’impression 3D Carbon. Objectif du partenariat, tirer parti de sa technologie DLS (Digital Light Synthesis) pour imprimer des composants pour son Super SUV Urus. Les candidats retenus pour l’impression 3D étaient un bouchon de réservoir et un élément de fixation de conduit d’air.

Les deux sociétés qui depuis ont continué à travailler sur l’intégration de pièces additives dans les voitures de Lamborghini, ont récemment annoncé que la Sián FKP 37, une supercar hybride, intégrerait des bouches d’aération imprimées en 3D pour son tableau de bord. Ces dernières seront conçues par Lamborghini et produites à l’aide de la technologie Digital Light Synthesis (DLS) de Carbon.

Parce que les équipementiers exigent que les matériaux d’impression 3D fonctionnent au même niveau que leurs homologues moulés par injection, Carbon a fourni un important travail de R&D sur ses résines afin qu’elles répondent aux exigences techniques comme l’allongement et la résistance. C’est ainsi qu’en l’espace d’un an seulement, la jeune pousse américaine a lancé pas moins de 20 nouvelles résines.

Une réduction de 12 semaines du temps de livraison

bouche aération imprimée en 3D

Bouche d’aération Lamborghini Sián FKP 37 | Crédits : Carbon

Compte tenu des normes élevées de Lamborghini pour tous les composants de la voiture, c’est le matériau Carbon EPX 82, le même utilisé par Ford, qui a été sélectionné pour ses bouches d’aération. Ce matériau d’ingénierie à haute résistance, doté de propriétés mécaniques comparables aux thermoplastiques légèrement chargés en verre, a réussi les tests liés à l’inflammabilité des intérieurs, aux composés organiques volatils, au cyclage thermique et au vieillissement thermique.

En tant que constructeur de voiture de luxe, pour Lamborghini l’intérêt principal de l’impression 3D réside dans la réalisation de pièces plus performantes, et bien sûr la réduction du temps de développement. Sur ce point Carbon explique avoir réduit le délai de livraison de 12 semaines. « Avec la plateforme de fabrication numérique de carbone, nous avons pu passer d’un concept initial à la présentation de la dernière partie en seulement trois semaines, passant par de nombreuses itérations de conception différentes pour obtenir le meilleur résultat. Trois mois plus tard, nous avons pu passer à la production. » A commenté Maurizio Reggiani, directeur technique de Lamborghini.

Cette nouvelle collaboration de Carbon n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Ces trois dernières années la société a obtenu la confiance de plusieurs grands noms de l’industrie dont les géants Addidas et Ford. En juin 2019, dans un cinquième tour de table, Carbon a levé plus de 260 millions de dollars. Cette opération valorise aujourd’hui l’entreprise à 2,4 milliards de dollars.