La première robe imprimée en 3D en une seule fois !

robe kinematics

Si nombre de designers tels que Michael Schmidt et Francis Bitonti ont déjà utilisé l’impression 3D pour concevoir leurs robes, c’est néanmoins la première fois qu’une robe est imprimée en une seule fois. En effet les premières du genre étaient imprimées en plusieurs morceaux pour être ensuite assemblées. Cette magnifique création née du projet Kinematics, n’aura pas tardé à se faire connaitre, le célèbre musée MoMa de New York l’ayant d’ores et déjà intégrée dans sa collection des DIY « humble masterpieces ».

A l’origine de cette prouesse technique et esthétique, le studio new-yorkais Nervous System et son compatriote Shapeways chargé de l’impression. Fondé par Jessica Rosenkrantz et Jesse Louis-Rosenberg, respectivement directrice de la création et responsable scientifique, Nervous System est un studio de design qui travaille à l’intersection de la science, de l’art et de la technologie à partir de la modélisation 3D. L’idée du binôme était de créer quelque chose de plus souple et de plus confortable que les robes qui avaient été imprimées jusqu’à présent, car difficilement portable dans la vie de tous les jours…

Cette robe est née d’un projet et d’un logiciel baptisé Kinematics, un système d’impression 4D permettant de créer des formes complexes et pliables. Ainsi de 10 à 1000 formes géométriques peuvent s’imbriquer pour former des structures mécaniques dynamiques. Le logiciel fonctionne selon un algorithme complexe qui permet de créer des accessoires ou des vêtements dont les formes s’adaptent parfaitement au corps humain. Ainsi les premières créations à avoir été conçues avec ce système ont été un collier et une ceinture dévoilés en mars dernier. Comme en témoigne la photo ici, si chaque élément qui compose l’accessoire est rigide, l’ensemble de la pièce est néanmoins flexible épousant parfaitement la morphologie du porteur.

kinematics fold

structure kinematics

Forts de ce premier succès, Nervous System a donc créé une robe entièrement imprimée en 3D et de surcroit en seule pièce pliée ! En effet selon le studio, imprimer plusieurs panneaux et les assembler après aurait demandé beaucoup plus de travail. La décision a donc été prise d’imprimer la pièce en une seule fois et pliée pour qu’elle puisse correspondre au volume d’impression de la machine. Pour ce faire Nervous System a développé un nouvel algorithme baptisé Kinemactic Fold permettant de réduire de 85 % le volume imprimable de la robe en pliant celle-ci. Afin de tester sa structure géométrique, Nervous System a dans un premier temps prototypé une ébauche de sa pièce sur une petite imprimante 3D FDM Makerbot.

Une fois modélisée, la pièce a été transférée sur Kinematics Cloth, une application en ligne qui a permis de designer, d’ajuster et de tester celle-ci sur un modèle numérique. Pour que la robe s’adapte parfaitement à la morphologie de la personne, le studio a fait ensuite appel à Body Labs une start-up spécialisée dans la numérisation des corps. Cette dernière a développé un système de numérisation 3D capable de capturer les mouvements du corps avec une très grande précision. On obtient ainsi un vêtement sur mesure qui répond et épouse exactement les formes de la personne, quelque soit ses mouvements.

EOS

robeEn charge de l’impression, la société  Shapeways qui s’était déjà illustrée avec la robe de Dita Von Teese, a cette fois-ci porté son choix sur le modèle EOSINT P 760. Issue du fabricant allemande EOS, cette imprimante 3D industrielle fonctionne sous la technologie SLS, procédé qui consiste à fusionner une poudre plastique avec un rayon laser. La structure complexe de la robe et le fait qu’elle soit pliée ont rendu sa fabrication relativement longue soit en tout 44 heures d’impression. Malgré la taille du fichier et sa complexité, le premier essai a été le bon, la pièce correspondant en tout point au modèle 3D. Une pièce composée de 2279 panneaux triangulaires interagissant de manière très complexe entre eux grâce aux 3316 charnières les reliant.

Comme en témoigne l’image animée ci-contre, la robe est presque aussi souple et flexible que du tissu, épousant parfaitement les courbes de la jeune femme. Alors que d’habitude les vêtements sont fabriqués d’une seule pièce avec des géométries parfois inadaptées à notre morphologie, Nervous System a su innover en proposant un vêtement intelligent dont les pièces qui la compose interagissent entre elles et avec son porteur. A l’avenir le studio compte perfectionner son algorithme pour augmenter la vitesse et la précision, mais aussi explorer d’autres géométries. Ces derniers aimeraient également pouvoir développer une nouvelle charnière qui aurait la faculté de se bloquer, permettant ainsi d’imprimer un objet plié qui serait rigide une fois déplié.

JE PARTAGE !
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn