Grâce à l’impression 3D un indien de 18 ans fabrique le satellite le plus léger au monde

« un appareil capable d’aller dans l’espace et tenir dans un cube de quatre centimètres pour 64 grammes »

Dans le cadre d’un concours international organisé par la célèbre NASA et le Colorado Space Grant Consortium, un indien de 18 ans du nom de Rifath Shaarook est parvenu à créer le satellite le plus léger au monde. Dénommé « Cube Quest Challenge« , le concours visait à réaliser un objet capable de tenir dans un cube de 4 cm3, d’un poids égal ou inférieur à 64 grammes, et bien sûr d’aller dans l’espace. Pour concevoir ce micro satellite de 64 g baptisé « KalamSat », le jeune prodige a eu l’idée d’imprimer l’appareil sur un filament polymère composite renforcé en fibres carbone.

« Nous l’avons entièrement conçu à partir de zéro. Il aura un ordinateur de bord et huit capteurs intégrés pour mesurer l’accélération, la rotation et la magnétosphère de la terre. Le défi principal était de concevoir un appareil capable d’aller dans l’espace et tenir dans un cube de quatre centimètres pour 64 grammes. » A déclaré Rifath Shaarook.

« acquérir des compétences et à développer des intérêts qui les prépareront à réussir dans le futur »

Plus léger encore que les CubeSat, terme astronautique désignant de nano-satellites pesant entre 1 et 10 kg, KalamSat sera testé dans le cadre d’un vol suborbital de 12 minutes le 21 juin prochain afin d’étudier le comportement de l’appareil et la résistance du matériau. « le rôle principal du satellite sera de démontrer la performance de la fibre de carbone imprimée en 3D… » Explique Rifath Shaarook.

Si le test de la Nasa s’avère concluant, KalamSat pourrait ouvrir la voie à une nouvelle génération de satellites low cost. Selon son créateur, micro satellite n’aurait coûté que 1561 $. « Notre objectif est d’aider les enfants du monde entier à apprendre à résoudre des problèmes, à les inciter à apprendre, à acquérir des compétences et à développer des intérêts qui les prépareront à réussir dans le futur, « A déclaré la NASA.

En 2015, Rifath Shaarook s’était déjà illustré en envoyant un ballon atmosphérique de 1200 g dans l’atmosphère.