Accueil » Interview » Rencontre avec le nouveau CEO d’Ultimaker : “Ce que je constate sur le marché de la fabrication additive, c’est que nous l’avons rendu inutilement complexe”

Rencontre avec le nouveau CEO d’Ultimaker : “Ce que je constate sur le marché de la fabrication additive, c’est que nous l’avons rendu inutilement complexe”

Rencontre avec le CEO d'Ultimaker

C’est en janvier dernier que le pionnier de l’impression 3D personnelle, le fabricant néerlandais Ultimaker, tournait une page en confiant ses rênes à un nouveau dirigeant. Après 6 années passées à la tête de l’entreprise mondiale, son CEO Jos Burger a fini par laisser sa place à son actuel successeur Jürgen von Hollen. Ancien PDG du champion de la robotique collaborative Universal Robots, ce dernier a décidé de rejoindre la célèbre marque d’imprimantes 3D professionnelles pour mettre à profit son dynamisme et sa connaissance du marché industriel. Dans cette nouvelle interview Primante3D vous propose de découvrir son parcours et sa vision du marché de la fabrication additive.

« Je pense que nous n’en sommes qu’au début de l’exploitation d’un vaste potentiel de marché »

Jürgen von Holle, le nouveau CEO d’Ultimaker

Bonjour Jürgen von Hollen, comment devient-on le CEO d’Ultimaker ? Racontez-nous votre parcours.

Je suis entré en contact avec Ultimaker en raison des similitudes entre la trajectoire de croissance de l’entreprise et celle de mon premier poste de PDG chez Universal Robots. En effet, Il y a beaucoup de similitudes, mais bien sûr, des différences très intéressantes, ce qui en fait une opportunité passionnante pour moi. Les entreprises technologiques rentables connaissent d’abord une croissance rapide, puis se rendent compte qu’une nouvelle étape de savoir-faire et de professionnalisme en matière de mise sur le marché est nécessaire pour passer à une nouvelle phase de croissance et atteindre un marché plus large ; généralement, le marché que vous visiez dès le départ.

Dans la première phase, votre technologie est la pièce maîtresse et les premiers clients ont une approche expérimentale naturelle. Dans la phase suivante, votre technologie doit apporter une valeur commerciale avérée. Ce que je retiens de tout cela, c’est que votre technologie ne peut pas vous mener plus loin. La création d’un écosystème de matériel, de logiciels, de matériaux, de partenaires disposant de technologies complémentaires et de partenaires ayant une connaissance approfondie de leurs marchés locaux est ce qui permet réellement de transformer la valeur pour le client et d’obtenir une croissance exponentielle.

En ce qui concerne mon parcours, j’ai vécu et travaillé dans huit pays différents en Europe, en Amérique, en Asie et en Afrique. J’ai commencé ma carrière professionnelle chez Daimler-Benz Aerospace et j’ai occupé des postes de direction chez Daimler-Chrysler Services, Deutsche Telekom et Pentair.

J’ai également été président exécutif de la division mondiale des solutions d’ingénierie et d’automatisation chez Bilfinger SE, une société internationale d’ingénierie et de services de premier plan. Avant de rejoindre Ultimaker, j’ai été PDG d’Universal Robots, où nous avons réussi à nous développer rapidement et à enregistrer une croissance impressionnante en tirant parti de l’adoption de robots collaboratifs faciles à utiliser, sûrs et économiques dans le monde entier.

Vous rappelez-vous de votre première expérience avec l’impression 3D ?

J’ai été initié à l’impression 3D comme la plupart d’entre nous, je pense. Le fait de découvrir cette nouveauté que représente l’impression d’un objet plutôt que d’un texte ou d’une image sur une feuille de papier fait évidemment appel à l’imagination.

J’imaginais déjà les possibilités et l’importance pour des architectes, des ingénieurs ou même des designers de voir leurs idées prendre forme beaucoup plus rapidement et pouvoir les mettre en commun plus facilement.

Lorsque j’étais chez Universal Robots, j’ai vu que l’impression 3D était utilisée dans les usines pour concevoir et mettre en œuvre rapidement des montages et des outils personnalisés afin de répondre à l’évolution rapide des demandes du marché ou pour permettre à une entreprise d’accepter des commandes personnalisées de ses clients. Nous avons également utilisé des imprimantes 3D pour développer des pinces, des montages et des outils pour les besoins spécifiques de nos clients.

J’ai commencé à prendre conscience que l’impression 3D avait la capacité de permettre aux usines de mettre en œuvre une fabrication flexible, capable d’évoluer de manière dynamique, et même de développer de nouveaux modèles commerciaux permettant de nouvelles efficiences pour les entreprises.

« Ultimaker a, sans le savoir, commencé à développer un écosystème unique, porté par sa technologie et son ADN culturel »

Siège social d'Ultimaker dans les bureaux de Creative Valley à Utrecht aux Pays-Bas

Siège social d’Ultimaker dans les bureaux de Creative Valley à Utrecht aux Pays-Bas

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre Ultimaker ?

Je veux aider à faire progresser les technologies qui apportent des changements aux entreprises et à la société en général. Ultimaker, combiné à son écosystème unique, peut offrir des solutions aux clients qui : – aident à réduire le temps de mise sur le marché, stimulent la créativité et rendent les usines plus productives, plus flexibles et de meilleure qualité.

Par exemple, Ultimaker peut aider à réduire les niveaux de stock de pièces en aidant les clients à maintenir le stock numériquement et à imprimer des pièces à la demande. Ce n’est là qu’une seule possibilité mais qui a un énorme potentiel commercial.

Il existe un potentiel de marché considérable qui reste à développer et nous avons l’intention de le diriger. Je suis impatient de voir notre plateforme et notre écosystème de partenaires développer des solutions d’impression 3D innovantes pour les clients, qui auront un impact sur les entreprises d’une manière que nous n’aurions même pas imaginée nous-mêmes.

Et je pense que c’est une des raisons pour lesquelles être le PDG d’une entreprise comme Ultimaker est si passionnant. Mais développer et orchestrer de manière ciblée un écosystème de partenaires et de technologies qui, ensemble, peuvent faire plus que ce que chacun d’entre nous pourrait faire seul, est encore plus stimulant et gratifiant. Alors vous n’êtes pas seulement le PDG d’une entreprise, vous coordonnez des centaines d’entreprises qui vont dans la même direction avec la même cause. Et si vous pouvez faire cela, alors vous avez vraiment quelque chose qui a un avantage concurrentiel durable. Ultimaker a, sans le savoir, commencé à développer un écosystème unique, porté par sa technologie et son ADN culturel. C’est vraiment cette perle que nous allons polir jusqu’à sa ce qu’elle resplendisse de toute sa grandeur.

Quels sont vos missions et vos atouts pour y parvenir ?

La transition complète d’un acteur de produits purement technologiques à un acteur de plateformes, d’applications et de solutions. Ce sera l’un de nos principaux moteurs. Je pense que l’avantage concurrentiel durable ne provient pas uniquement de la technologie ou du produit. Il y a cinq ingrédients clés sur lesquels je pense qu’il est important de se concentrer pour créer un avantage concurrentiel durable qui peut être exploiter au sein d’Ultimaker : le premier est le personnel et la compétence au sein d’Ultimaker ; nous avons près de 180 ingénieurs qui travaillant sur ce projet. La deuxième étape est la mise sur le marché – en se concentrant sur la création de canaux de mise sur le marché fort. L’étape suivante consiste à accroître la sensibilisation et la compréhension en augmentant les compétences en matière d’impression 3D, ce qui est assuré par notre Académie. L’Académie est une plateforme pour former tous les partenaires de l’écosystème, y compris nos utilisateurs finaux.

Ensuite, il s’agit d’innover en permanence. Permettre à un écosystème d’entreprises de développer et de co-innover des produits et des services pour la plateforme innovante Ultimaker, certifiée pour fonctionner, est un ingrédient clé du succès. Nous allons investir continuellement dans le développement de notre écosystème et de notre plateforme pour nous assurer que nous sommes en mesure d’offrir la meilleure solution possible à nos clients.

Et enfin, la dernière partie est notre modèle commercial, dans lequel nous intégrons tous les éléments clés de l’écosystème dans une situation gagnant-gagnant pour tous les partenaires et les clients. Si nous marions cette intégration de la technologie et de l’écosystème, nous aurons créé quelque chose d’unique.

« Chez Ultimaker, la culture de l’ouverture, du partage et de la volonté de bien faire est très marquée »

Comment définiriez-vous l’ADN d’Ultimaker ?

Lorsque j’ai décidé de rejoindre Ultimaker et l’industrie de la 3D, j’ai commencé par m’intéresser aux gens. Je recherchais un type spécifique d’ADN d’entreprise où l’intention, la passion pour la création et la réalisation de choses qui ont un impact réel sur le monde. Et j’ai ressenti cette conviction lors des premiers entretiens que j’ai eus avec l’équipe d’Ultimaker ; j’ai parlé avec des personnes qui pensent que l’impression 3D peut transformer les processus créatifs et industriels et inspirer une culture plus expérimentale, innovante et ingénieuse au sein des entreprises qui la déploient dans tout son potentiel.

C’était important pour moi. La culture de l’entreprise est liée à l’élément humain. Chez Ultimaker, la culture de l’ouverture, du partage et de la volonté de bien faire est très marquée. Ce sont des qualités culturelles à exploiter encore plus. Ce sont les caractéristiques que j’ai reconnues chez Ultimaker ; ce sont des forces typiques auxquelles de nombreuses entreprises aspirent et qui sont déjà présentes chez Ultimaker.

Ce qui est également important pour moi et c’est que l’équipe d’Ultimaker a déjà compris, c’est qu’il ne s’agit pas seulement de l’imprimante, mais qu’une stratégie plus large est nécessaire pour une différenciation et une croissance durables. Il s’agit tout autant d’être leader en matière de logiciels, de faciliter l’obtention et l’utilisation d’un large éventail de matériaux et de disposer d’un réseau de revendeurs compétents capables d’aider les clients à réussir dans leurs circonstances et besoins spécifiques et d’élargir l’utilisation d’une manière qui n’avait peut-être pas été envisagée au départ. Il s’agit maintenant de rassembler tout cela et de diriger l’écosystème d’une manière mutuellement bénéfique. Je pense que nous n’en sommes qu’au début de l’exploitation d’un vaste potentiel de marché. La combinaison de la bonne équipe, d’un bon écosystème et de cette énorme opportunité de marché inexploitée était une combinaison excitante pour moi.

« L’année dernière, nous avons vu combien d’entreprises ont réorienté leurs lignes de production »

La crise du Covid a fortement impacté la croissance du marché de l’impression 3D en 2020. Comment Ultimaker a-t-il traversé cette période ?

L’année dernière, nous avons vu combien d’entreprises ont réorienté leurs lignes de production pour soutenir les efforts déployés dans le domaine des équipements de santé ou des équipements médicaux pour lutter contre la COVID. Et je pense que c’est un excellent exemple de ce que permet la technologie flexible en termes de réactivité à de nouvelles circonstances. La capacité à modifier rapidement et avec souplesse la production pour répondre aux besoins. Je pense que la fabrication additive peut être d’une aide précieuse à cet égard. L’Oréal est un exemple français fantastique. L’autre aspect que nous voyons est cette capacité à rester compétitif localement, en décentralisant la production ou le prototypage, en accélérant les choses, ce qui contribue, encore une fois, à raccourcir les cycles de vie et à être capable de s’adapter et d’innover plus rapidement.

Il y a tellement de points dans la chaîne d’approvisionnement complète où l’AM peut jouer un rôle. Les cas d’utilisation des 18 derniers mois témoignent de la force de cette évolution. Tout ce que vous utilisez pour votre entreprise doit être flexible. Le succès d’une entreprise dépend de sa capacité à être flexible. Parce que les choses changent, et nous l’avons vu avec la pandémie de la COVID-19. Du jour au lendemain, nous nous sommes tous bousculés, tous les dirigeants de chaque entreprise, car personne n’avait prévu quelque chose de cette ampleur. Maintenant, beaucoup d’entre nous ont été capables de changer et de s’adapter rapidement et de redéployer des ressources, ceux qui ne l’ont pas fait ont eu du mal. Et je pense que cette volatilité est une chose avec laquelle nous devrons vivre. La fabrication additive est un excellent exemple de technologie permettant d’atteindre le niveau de flexibilité qui rendra les entreprises durablement compétitives et immédiatement réactives aux changements soudains.

« Il est important pour une entreprise de se concentrer sur des marchés ou des applications spécifiques »

Cette crise n’a pas seulement mis en lumière les bienfaits de l’impression 3D, mais aussi le manque de normes et de certifications actuellement disponibles avec cette technologie, notamment sur les équipements médicaux. Ce coup de projecteur n’est-il pas à double tranchant ?

En tant qu’entreprise technologique, vous voyez tout de suite de nombreux domaines dans lesquels la technologie peut être utile. Je l’ai également constaté dans d’autres entreprises technologiques. Il existe de nombreux débouchés pour les nouvelles technologies telles que l’impression 3D. Il est important pour une entreprise de se concentrer sur des marchés ou des applications spécifiques, où elle peut tirer parti de ses atouts technologiques et commerciaux pour assurer son succès.

Il est également important de comprendre que certains marchés exigent des normes et des certificats spécifiques qui demandent du temps et des investissements pour pouvoir réussir.

« de nombreux clients ont du mal à déterminer quelle est la meilleure technologie pour eux et par où commencer »

Quelle est votre vision du marché FDM et des obstacles qui doivent encore être surmontés ?

Ce que je constate sur le marché de la fabrication additive, c’est que nous l’avons rendu inutilement complexe et que ceux qui en bénéficieraient le plus ne reconnaissent peut-être pas sa capacité à résoudre des problèmes commerciaux critiques. En tant que fabricants d’impression 3D, nous la poussons de notre point de vue, de notre technologie. Je n’ai pas encore rencontré de client disant : « J’ai besoin d’une imprimante 3D FDM« . Non, ils cherchent une solution à un problème qu’ils ont.

Lorsque vous commencez à envisager les choses sous cet angle, vous pouvez réellement supprimer les derniers obstacles et voir l’adoption s’élargir rapidement. Ce n’est pas toujours facile, surtout lorsque vous venez d’un point de vue technique. De nombreux clients ont du mal à déterminer quelle est la meilleure technologie pour eux et par où commencer. Nous avons une opportunité incroyable de supprimer ces barrières inutiles et de fournir des solutions à fort impact, faciles à déployer et totalement évolutives pour un large éventail de clients.

Ultimaker qui fêtera ses 10 ans cette année, est connu comme l’un des pionniers de l’impression 3D open source. Que reste-t-il de cette philosophie aujourd’hui ?

Cette philosophie nous définit. C’est une valeur qui nous a amenés là où nous sommes et je suis convaincu que c’est une valeur clé qui nous permettra d’aller encore plus loin. Nous étendons la nature open source de notre activité, des logiciels à d’autres éléments clés de notre activité. Par exemple, avec notre stratégie d’écosystème, nous l’extrapolons dans le domaine des développeurs de matériaux avancés. Les valeurs et la culture qui nous ont définis jusqu’à présent nous mèneront encore plus loin en termes de plate-forme matérielle et logicielle de pointe, associée à une communauté ouverte et certifiée et à des partenaires de revente de premier plan qui offrent à nos utilisateurs finaux la meilleure expérience possible, tant au départ qu’au moment de la montée en puissance.

« Le logiciel qui pilote l’impression 3D aujourd’hui évoluera vers un logiciel d’entreprise »

Compte tenu de l’évolution de l’impression 3D, à quoi pourrait ressembler votre prochaine machine dans 10 ans ?

Je pense qu’il est plus facile de définir ce à quoi ressemblera l’impact transformationnel de l’impression 3D que ce à quoi ressemblera l’imprimante 3D dans 10 ans. Des études récentes reconnaissent de plus en plus que l’impression 3D est une technologie essentielle, au même titre que la robotique et l’intelligence artificielle, pour rendre les entreprises plus compétitives, plus innovantes, pour développer des emplois mieux rémunérés et pour que les entreprises soient mieux équipées pour faire face aux perturbations déclenchées par un événement comme une pandémie. Cette évolution imposera très certainement des exigences plus élevées en matière de performances matérielles et nécessitera l’utilisation de nouveaux matériaux pour les imprimantes 3D.

Le logiciel qui pilote l’impression 3D aujourd’hui évoluera vers un logiciel d’entreprise prenant en charge de multiples imprimantes dans une multitude de sites et d’applications, avec un écosystème étendu de partenaires matériels, logiciels et matériaux contribuant à l’obtention de résultats commerciaux mesurables. Comme le soulignent des recherches récentes, la diffusion de technologies numériques avancées telles que l’impression 3D, la robotique, l’IA ou l’internet des objets a une incidence sur la productivité et les marchés du travail, ainsi que sur les risques de transition liés au changement climatique. L’équipe Ultimaker est prête et équipée pour diriger la catégorie et avoir un véritable impact.

*crédits photos : Ultimaker

Alexandre Moussion