L’hydrographie en 10 questions pour décorer vos impressions 3D

l'hydrographie pour décorer vos impressions 3D

Utilisée depuis plusieurs dizaines d’années déjà dans l’industrie pour décorer toute sorte d’objets du quotidien, l’hydrographie est cette technique magique qui permet de personnaliser presque instantanément n’importe quelle pièce en lui ajoutant de la couleur et des effets tridimensionnels. Si un certain nombre de makers utilisent cette méthode de transfert pour finir leurs pièces imprimées en 3D, celle-ci reste encore largement sous exploitée par apport aux techniques classique de peinture au pinceau ou à la bombe. Pour vous faire découvrir ce procédé, Primante 3D a interrogé le service technique de Stardustcolor, spécialiste des peintures à effet spécial.

« une technique de transfert qui ressemble à la décalcomanie et qui consiste à faire passer un décor imprimé sur un film jusqu’au support »

William bonjour, pourriez-vous nous présenter Stardustcolors et nous expliquer en quoi consiste votre rôle dans cette entreprise ?

Bonjour. Et bien Stardust se spécialise depuis plus d’une dizaine d’années dans l’élaboration de peintures spéciales, de peintures qui réagissent à leur environnement qui change de couleur. Ce sont des peintures dites à effet spécial. Quant à moi j’ai un parcours de peintre Custom avec une spécialisation dans l’aérographe et la peinture de carrosserie notamment la décoration des véhicules et des motos.

Aujourd’hui, mon travail consiste à réaliser les tests d’application et a conseillé au niveau technique les clients qui nous appellent et qui nous font part de leur projet. Pour plus de détails sur l’hydro dipping, cliquer ici.

technicien en hydrographie

1. L’hydrographie appelée aussi « peinture par immersion », « hydro dipping » ou encore « hydrocoating » est une méthode bien connue dans le secteur automobile. Quelles sont ses origines et ses applications les plus courantes ?

L’hydro dipping est une technique utilisée depuis des dizaines d’années et notamment dans l’industrie à grande échelle pour la décoration des pièces, notamment des pièces automobiles. On connaît tous les équipements automobiles imprimés avec des motifs de faux bois qui ornent nos tableaux de bord de voitures.

2. En quoi consiste cette technique d’impression ?

C’est une technique de transfert qui ressemble à la décalcomanie et qui consiste à faire passer un décor imprimé sur un film jusqu’au support grâce un produit nommé activateur qui va faire fondre le film et surtout grâce à l’eau sur laquelle le film va flotter et dans laquelle on va pouvoir immerger la pièce imprimée

3. Quel est le matériel nécessaire ?

C’est une question qui revient régulièrement de la part des gens qui souhaitent se lancer dans hydro dipping. Il faut avant tout une cabine de peinture avec le compresseur d’air, les tuyaux les raccords pneumatiques et les pistolets pour pulvériser les produits, les apprêts et les vernis. Ensuite, il faut simplement un bac de trempage spécialisé pour la technique. Il faut aussi s’équiper d’une douchette pour ramasser les pièces et d’un espace d’étuve et de séchage pour entreposer les pièces terminées et imprimées.

« Quasiment car les films d’ hydro dipping sont extrêmement flexibles et s’adaptent à tous les supports »

film de transfert

4. L’hydrographie est-elle compatible avec tous les matériaux ?

Quasiment car les films d’ hydro dipping sont extrêmement flexibles et s’adaptent à tous les supports. L’important est de bien préparer chaque type de support et d’utiliser un primaire spécifiquement choisi pour ce type de matériel. Ensuite, il est donc possible d’imprimer sur du cuir, du plastique, du verre, du béton ou du métal.

« il faut respecter les règles de l’art de la peinture avec une pièce parfaitement propre »

5. En terme de préparation, quelles sont les précautions à prendre avant de plonger sa pièce ?

On veut avant tout s’assurer que le film hydro dipping adhère bien à son support, donc il ne faut pas utiliser n’importe quelle sous-couche pour tremper les pièces. Il existe des sous-couches spécifiques qui permettent d’adhérer sur le film de transfert sans ponçage tandis que d’autres types de peinture ou apprêts accrochent difficilement même avec un ponçage.

Ensuite, il faut respecter les règles de l’art de la peinture avec une pièce parfaitement propre, saine, dépoussiérée, et exempte de graisse ou de silicone. Parlons un peu de la couleur de fond : On doit en tenir compte et la choisir spécialement, car il existe des films transparents, semi-transparents ou totalement opaques. Si l’on utilise un film transparent (exemple : motif de bulles, de carbone..) alors la sous couche sera visible, et devra être choisie en fonction de la finition désirée. Et concernant les autres films, opaques et fortement encrés, on les pose sur des fonds neutres, c’est-à-dire gris homogène, ou bruns, ou même blancs, peu importe.

phase de transfert

6. Quelles sont ensuite les différentes étapes qui permettent de transférer le film hydrographique ?

Le bon angle de plongée est d’environ 45°, le mouvement doit être lent et régulier. Bien entendu, on doit faire attention à ce que le film soit bien activé et cela est toute la difficulté de la technique : Il faut ajuster un ensemble de paramètres comme l’épaisseur du film, la température de l’eau et la dose d’activateur pulvérisée. Pour cela, c’est l’expérience qui aide et une formation avec un professionnel spécialiste durant un ou deux jours est recommandée.

« On peut utiliser absolument n’importe quel vernis, des vernis à l’eau, époxy, carrosseries… »

7. Une fois la pièce retirée de l’eau, quelles sont les étapes de finition ? Est-il possible de réimprimer une pièce si elle ratée ?

Tout d’abord, il ne faut pas retirer la pièce de loge tout de suite, il faut la laisser immergée quelques instants et la retirer délicatement. On peut attendre ensuite quelques instants avant de rincer avec délicatesse la pièce fraîchement imprimée en utilisant d’abord de l’eau froide avec une douchette pour fixer le film qui est encore mou et très fragile. Le but est de retirer les morceaux de films résiduels et aussi de supprimer cette pellicule gélatineuse à la surface.

Oui, c’est tout à fait possible d’imprimer par-dessus un film fraîchement trempé en respectant simplement un délai de séchage de 10 minutes afin que la couche du dessous soit sèche au toucher. Bien sûr, si on a un motif transparent, on sera obligé de recommencer le travail en appliquant une sous-couche colorée, sans obligatoirement devoir reponcer tout.

A propos des vernis de finition : Leur but est de protéger la fine couche séchée de décor imprimé (la protéger du soleil, de l’eau, de l’essence, de l’abrasion etc…). On peut utiliser absolument n’importe quel vernis, des vernis à l’eau, époxy, carrosseries… Il n’y a pas d’incompatibilité connue avec les films d’hydrodipping. On peut appliquer le vernis sur le film de transfert, sans réaliser de ponçage, même plusieurs jours après, car les décors imprimés sont très faciles à adhérer.

hydrographie appliquée à une chaussure imprimée en 3D

Technique de l’hydrographie appliquée à une chaussure imprimée en 3D – Crédits : Le FabShop Youtube

8. Comment choisir son bac de trempage ?

Les qualités que doit avoir le bac de trempage sont la résistance et la conception : il doit être fabriqué avec de l’inox et doit être assez solide pour pouvoir supporter et contenir une grande quantité d’eau. Ensuite, la taille du bac et notamment sa surface de trempage sont les points les plus importants car une grande surface vous permettra de tremper une grande variété de pièces.

Lorsque l’on doit tremper de petites pièces, on utilise des partitions qui se positionnent à la surface du bac pour diviser la surface de l’eau. Un bac de qualité doit avoir un réglage de température automatique et une pompe avec filtre pour l’eau.

Technique du Swirling sur une guitare

Technique du Swirling sur une guitare – Crédits DeanSwirled, Youtube

9. Pour créer un effet marbré, il existe une autre technique appelée swirling qui consiste à déposer une série de couleurs dans l’eau. Dites-nous en plus.

Oui, nous avons vu ici et là des vidéos très sympathiques notamment sur YouTube montrant des personnes déposant des quantités de peinture et de couleur à la surface d’un récipient et qui trempe une pièce avec une apparente facilité. Je pense que cela est tout à fait réalisable dès lors que l’on utilise des peintures qui ne sont pas à base d’eau par exemple, des glycéro ou des peintures polyuréthanes.

« utiliser le film de transfert vierge qui existant à quatre ou un à trois avec une bonne vieille imprimante à jet d’encre »

10. Il est possible de créer son propre décor personnalisé ?

Et bien pour cela il y a deux solutions : la première, « à la maison », c’est d’utiliser le film de transfert vierge qui existant à quatre ou un à trois avec une bonne vieille imprimante à jet d’encre. Personnellement je l’ai testé et j’ai réussi du premier coup. Même si la technique paraît compliquée, elle est réalisable facilement.

L’autre solution bien plus professionnelle est de commander directement un fabricant de films de transfert : la condition sera de commander au moins 30 m². Le prix dépend du nombre de couleurs et de la quantité. C’est la solution la plus indiquée pour obtenir un film de qualité sans mauvaise surprise.

film de transfert vierge