HP dévoile sa première imprimante 3D !

une imprimante 3d développé par hewlett packard

« Multi Jet Fusion n’est pas qu’une simple imprimante 3D »

Si Hewlett Packard n’a jamais caché son intérêt pour l’impression 3D, annonçant régulièrement ses ambitions via sa PDG Meg Whitman, on commençait vraiment à se demander si le géant américain allait sortir un jour quelque chose… Et bien c’est désormais chose faite. HP vient de dévoiler sa première imprimante 3D baptisée Multijet Fusion, intronisée dans un communiqué tout en nuance et en sobriété… « HP se déclare prêt à conduire la révolution industrielle. Multi Jet Fusion n’est pas qu’une simple imprimante 3D, c’est un outil pour la prochaine révolution industrielle. »

Cette nouvelle imprimante 3D professionnelle doit son nom au procédé d’impression qu’elle utilise. En effet, Multi Jet Fusion est une technique à jet d’encre basée sur Memjet Waterfall une technologie d’impression 2D développée par HP. Cette dernière permet de déposer simultanément et donc à très grande vitesse des millions de gouttes d’encre sur une feuille. Concrètement, un liant est déposé en gouttes (350 millions par secondes !) sur une poudre (métallique ou de plastique) permettant ainsi de l’agglomérer, puis un rayon UV vient au fur et à mesure solidifier l’ensemble.

machine multijet fusion

Un procédé novateur qui permet de répondre aux insuffisances récurrentes de l’impression 3D, à savoir la durée d’impression, le coût et la précision. 25 fois plus rapide que les meilleures imprimantes 3D FDM et 10 fois plus rapide que les imprimantes à frittage laser, la Multi Jet Fusion frappe donc un grand coup laissant loin derrière elle ses concurrentes… S’il fallait 38h pour produire 1000 engrenages de 5 cm sur une imprimante SLS, il n’en faudrait plus que 3 avec ce procédé, de quoi faire donc rêver les industriels…

Côté finition les chiffres sont tout aussi bons, ce modèle atteignant les 20 microns (contre 200 en moyenne pour du SLS) tout en conservant la résistance de la pièce (voir vidéo ci-dessous). Ce procédé présente l’avantage de pouvoir combiner des matériaux aux propriétés très différentes (dur, élastique, caoutchouteux…) et plusieurs couleurs, tout en imprimant d’imprimer des pièces très complexes en un seul bloc.

Pièce imprimée sur la Multijet Fusion

Concernant le coût de la machine et du consommable, Hewlett Packard n’a pas encore donné ses chiffres même si ce dernier annonce qu’ils seront bien en deçà de la concurrence, à suivre donc… Ayant toujours promis se lancer dans l’impression 3D uniquement quand il serait en possession d’une technologie qui pourrait vraiment apporter une plus-value à l’industrie, HP semble avoir réussi son pari… Si la commercialisation de Multi Jet Fusion n’est pas prévue avant 2016, la compagnie compte mettre sa machine à disposition de certaines entreprises, une manière de tester son imprimante 3D dans divers domaines et de la rentabiliser en attendant sa sortie.

D’autres articles relatifs à HP

Meg Whitman s’intéresse à l’impression 3D
HP et Epson veulent leur imprimante 3D
HP et Autodesk unissent leur force
HP s’associe à Intel