Bientôt vos vêtements imprimés en 3D ?

imprimante 3D vêtement

L’industrie de la mode fait partie des secteurs les plus actifs en termes d’innovation et fait sa propre révolution numérique depuis quelques années déjà. Entre les matières textiles hydratantes, thermorégulantes, anti uv ou encore anti bactérien, ce secteur possède une capacité novatrice indéniable avec un intérêt insatiable pour les nouvelles technologies.  La mode s’est donc tout naturellement et très vite emparée de l’impression 3D, un outil et une source d’inspiration formidable pour sa créativité. Tamicare, une société fondée par un couple d’israélien a été la première à mettre au point un procédé d’impression 3D. Baptisée Cosyflex, cette technologie qui a vu le jour en 2013, consiste à projeter des fibres de coton et de latex sur un moule. Ce procédé permet de produire des tissus extensibles et sans coutures tels que les sous vêtements, le sportwear ou les bandages souples. S’inspirant de ce procédé une entreprise américaine est en train de développer une imprimante 3D à textile pour produire des vêtements de tous les jours tels que des tee-shirts ou des robes…

ELECTROLOOM : LA DEMOCRATISATION DE L’IMPRESSION 3D TEXTILE

la start up remporte un prix au concours organisé par Alternative Grant

Les membres composant Electroloom lors de l’Alternative Grant

Jusqu’alors l’impression 3D appliquée aux textiles se résumait surtout à de magnifiques prototypes. On se souvient notamment de la tenue Snow Queen de Victoria Secret ou encore de la très belle robe de Dita Von Teese imprimée par Shapeways. Certes de très jolies créations mais relevant de la haute couture et d’un confort pas encore tout à fait optimal.

Une nouvelle imprimante 3D baptisée Electroloom s’est donc attaquée à cette problématique. A l’origine de cette nouveauté, une entreprise américaine du même nom fondée par un certain Aaron Rowley. Lui et son équipe on eu la chance de gagner un concours organisé par Alternative Grants en décembre dernier. Cet organisme fondé en 1995 récompense les technologies numériques au service du développement durable. 1000 $ de subventions ont ainsi été versés à la start up ainsi qu’un an d’adhésion au TechShop de San Francisco pour développer leur projet.

« la première imprimante 3D pour des vêtements capable de créer des pièces au design unique »

Un aperçu du matériau en question

Electroloom ambitionne de démocratiser l’impression 3D du textile et de fabriquer nos vêtements du quotidien. Ainsi chacun pourrait concevoir de chez lui son propre pantalon ou sa propre chemise. Si pour le moment le fonctionnement de l’imprimante reste obscur,  celle-ci fonctionnerait avec des fibres de polymère imitant la soie. Ses concepteurs espèrent pouvoir produire des habits avec des matériaux organiques ou synthétiques car plus écologiques. Car le véritable défi de cette innovation est de réduire l’énergie considérable habituellement dépensée dans ce genre de production, en utilisant des matières premières plus respectueuses de l’environnement et en éliminant certains intermédiaires comme le transport.

Aaron Rowley : « l’electroloom est la première imprimante 3D pour des vêtements capable de créer des pièces au design unique. Le projet vise à éliminer le long process de ce type de fabrication en le réduisant à une seule étape par le bais de notre imprimante de bureau. Nous imaginons un monde où n’importe qui pourrait imprimer ses propres vêtements de chez lui. »

Nous pourrions donc être à l’aube d’un nouveau paradigme où chacun pourrait concevoir lui-même ses vêtements et les personnaliser au gré de ses envies. Les plus néophytes auraient toujours la possibilité de faire appel à certains services en ligne comme Shapeway ou Sculpteo…

Une levée de fond pour son imprimante 3D à textile

Electroloom lance une levée de fond pour financer son imprimante 3D à textile.

Une imprimante 3D à vêtement de bureau

Electroloom dévoile une version mini de son imprimante 3D à textile.

Fin de l’aventure pour Electroloom

Faute de financement Electroloom ferme ses portes.