General Electric investit 50 millions $ dans un centre d’impression 3D

general electric croit en l'impression tridimensionnelle

Plus gros fournisseur de réacteurs d’avion au monde, General Electric s’apprête à construire un nouveau site de production consacrée à l’impression 3D. L’usine qui sera construite à Auburn en Alabama, sera consacrée à la fabrication d’injecteurs de fuel dans le cadre du projet LEAP (Leading Edge Aviation Propulsion). Issu d’un partenariat entre GE et CFM International, le projet consiste à développer un turboréacteur dont les injecteurs de carburants seraient imprimés en 3D. L’impression 3D permettrait d’imprimer d’un seul bloc ces injecteurs, évitant ainsi l’assemblage d’une vingtaine de pièces et pour une longévité 5 fois plus importante qu’avec les méthodes de fabrication traditionnelle.

Ce turboréacteur de nouvelle génération, permettrait d’économiser jusqu’à 15% de la consommation de kérosène soit une économie de 1,6 millions de dollars par avion et par an, tout en réduisant par le même temps les émissions de CO2 et les niveaux sonores.

Injecteurs imprimés en 3D

Le moteur LEAP qui est déjà best seller (déjà 7000 commandes enregistrées) devrait être en service en 2016 pour équiper les Airbus A320-Neo, Boeing-737-MAX et COMAC C919. Ce nouveau centre de production à 50 millions de dollars qui devrait voir le jour en 2015, sera équipée de 10 imprimantes 3D DMLS (Direct Metal Laser Melting).

Elle sera la première usine à produire à une telle échelle, des composants imprimés en 3D pour ce type d’industrie. GE prévoit de produire 100 000 pièces par impression 3D à l’horizon 2020.