Accueil » Aéronautique et aérospatial » GE Additive, Avio Aero et BEAMIT unissent leurs forces pour accélérer le post-traitement des pièces de moteur imprimées en 3D

GE Additive, Avio Aero et BEAMIT unissent leurs forces pour accélérer le post-traitement des pièces de moteur imprimées en 3D

GE Aviation tire parti de la fabrication additive pour fabriquer des composants tels que des carénages de combustion pour moteurs d'avion

GE Aviation tire parti de la fabrication additive pour fabriquer des composants tels que des carénages de combustion pour moteurs d’avion. (crédits photo : Nick Hurm /GE )

Fait révélateur de l’essor industriel de l’impression 3D, les développements et partenariats se resserrent depuis quelque temps autour du post-traitement. À la fois complexe, chronophage et requérant une main-d’oeuvre qualifiée, cette phase cruciale dans l’obtention d’une pièce finie prête à l’emploi, représente un défi de taille pour le marché. Un constat partagé par le spécialiste en la matière PostProcess Technologies, qui dans sa dernière étude sur le sujet, expliquait que pour 43% des utilisateurs il était capital de diminuer le temps consacré au post-traitement.

C’est dans ce contexte que GE Additive et sa filiale Avio Aero, spécialisée dans la fabrication de composants de moteurs d’avions par fabrication additive, viennent de signer une lettre d’intention non contraignante (« LOI »), portant sur une collaboration technologique stratégique avec le groupe BEAMIT détenu en partie par SANDVIK. Selon le partenariat, BEAMIT collaborerait avec Avio Aero sur le développement technologique et, en particulier, le post-traitement de certains composants fabriqués de manière additive pour les moteurs GE9X et Catalyst.

« L’industrialisation de la fabrication additive métallique dans l’aérospatiale se poursuit à un rythme soutenu et nous avons besoin de partenaires de confiance dans notre écosystème qui peuvent grandir avec nous. Je suis ravi que nous renforcions notre relation avec BEAMIT et son actionnaire Sandvik. La vision stratégique solide de BEAMIT et l’expertise avancée de l’ensemble de l’équipe en matière d’additifs sont de classe mondiale », a déclaré Riccardo Procacci, PDG d’Avio Aero et de GE Additive.

BEAMIT qui est un client de longue date de GE Additive, peu compter sur un parc machines important composé de gros équipements industriels, dont Concept Laser et Arcam EBM, mais aussi les plates-formes Mlab, M2 et X Line, sans oublier deux machines Q10plus dans ses filiales – Pres-X et Zare – employés pour les secteurs de l’aérospatiale, la défense et le médical. Selon les termes de la lettre d’intention, GE Additive et BEAMIT seront amenés à coopérer sur un certain nombre de projets stratégiques tels que des machines et des technologies de post-traitement spéciales ainsi que des matériaux, pour répondre aux besoins de production à long terme.

« C’est un honneur pour moi de conclure cette lettre d’intention avec GE pour des projets de cette ampleur. Étant là où nous en sommes aujourd’hui, en tant que l’un des groupes de fabrication additive les plus importants, les plus intégrés et les plus avancés au monde, nous sommes en mesure d’offrir des capacités de premier plan sur l’ensemble de la chaîne de valeur AM, également grâce à l’expertise de pointe en matière de matériaux de notre actionnaire Sandvik et à sa vaste capacités de poudre métallique. Cela confirme définitivement le travail acharné qui a commencé il y a sept ans en tant que vision, et qui a été poursuivi avec beaucoup d’engagement et de force », a déclaré Mauro Antolotti, président du groupe BEAMIT.

« l’usine digitalisée est un élément clé de notre stratégie à moyen terme pour permettre une relation gagnant-gagnant avec GE »

Technicien opérant sur une Arcam EBM Spectra H

Technicien opérant sur une Arcam EBM Spectra H (crédits photo : GE )

GE Additive deviendrait le fournisseur d’équipements stratégiques de BEAMIT, qui continue à étendre ses activités et à améliorer ses installations existantes pour répondre aux besoins de production à long terme. La lettre d’intention prévoit une collaboration et une évaluation des technologies de post-traitement pour les besoins spécifiques de certains composants des moteurs GE9X et Catalyst, tels que l’inspection IRM et tomographique, le HIP et les équipements d’usinage. BEAMIT contribuerait à la réduction des délais nécessaires à la fabrication des composants, y compris les processus d’usinage et d’essai, tout en soutenant également les nouvelles modalités en cours de développement chez Avio Aero avec des surfaces de super-nettoyage et de super-finition.

L’équipe de BEAMIT travaillera en outre avec GE Additive pour affiner et qualifier la M Line spécifiquement pour les composants aérospatiaux, conformément aux exigences qualitatives nécessaires. Dans le cadre de cette activité, BEAMIT demanderait et obtiendrait la qualification aérospatiale pour une division R&D dédiée qu’elle créerait. À moyen terme et au fur et à mesure que GE et BEAMIT se développeront ensemble, BEAMIT a l’intention de poursuivre l’expansion de ses activités et de développer une ligne de production entièrement numérisée et durable, dédiée à la production de composants « prêts pour le moteur », pour l’assemblage, où les pièces GE seront produites. Parallèlement à cette lettre d’intention, on apprend que BEAMIT a récemment ouvert une toute nouvelle installation, entièrement consacrée aux revêtements, afin d’améliorer la gamme de procédés spéciaux disponibles pour le secteur aérospatial au sens large.

Les projets envisagés par la lettre d’intention contribuent largement à aider BEAMIT à réaliser son approche de « guichet unique », qui est motivée par la demande du marché, l’évolution technologique et l’inclusion de nouveaux processus et de nouvelles accréditations. Aujourd’hui, l’ensemble du groupe BEAMIT est couvert par cinq accréditations NADCAP – avec trois nouvelles accréditations en cours – et par le TULPS pour les activités du secteur de la défense. BEAMIT a également entamé le parcours ISO 14001, ISO 45001 et EASA part 21.

« Notre partenariat stratégique et industriel avec notre actionnaire Sandvik nous donne un avantage concurrentiel en matière d’expertise de pointe sur les matériaux, de capacités de développement de matériaux et de fourniture de la plus large gamme d’alliages. Aujourd’hui, la concrétisation du concept de « One Stop Shop », ainsi que l’intégration numérique de l’ensemble de la chaîne de valeur, est un élément différenciateur qui peut jouer un rôle essentiel pour rendre la fabrication additive encore plus durable, sans renoncer aux avantages techniques offerts par la technologie« . Commente Andrea Scanavini, directeur général du groupe BEAMIT, avant de conclure. « En Avio Aero et GE Additive, nous avons trouvé des entreprises qui partagent une vision stratégique similaire et une forte concentration sur la recherche de nouveaux matériaux pour la fabrication additive ainsi que sur les nouvelles technologies.

En fin de compte, l’usine digitalisée est un élément clé de notre stratégie à moyen terme pour permettre une relation gagnant-gagnant avec GE. Une usine dédiée où toutes les phases de fabrication sont installées et directement interconnectées nous permet d’atteindre le niveau maximal d’efficacité, de productivité élevée et de qualité totale requis par GE. »

L’annonce de cette collaboration stratégique coïncide avec le premier vol du moteur Catalyst (anciennement Advanced Turboprop, ou ATP) de GE Aviation, réalisé avec succès sur un banc d’essai volant jeudi dernier à Berlin. Selon les protagoniste, il s’agirait une étape historique pour l’aviation, puisque s’agissant du premier nouveau turbopropulseur conçu à partir d’une feuille blanche à être commercialisé depuis plus de 50 ans, et du premier fabriqué avec des composants imprimés en 3D. Grâce à l’impression en 3D, GE Aviation a réduit le nombre de pièces de son moteur, de 855 pièces à seulement 12 composants.

Alexandre Moussion