Un designer utilise l’impression 4D pour créer le fruit du futur

fruit de la passion imprimé en 4D

Très loin du niveau de maturité des autres domaines d’applications, l’impression 3D alimentaire laisse néanmoins entrevoir un grand potentiel pour fabriquer des aliments à géométrie complexe, texture élaborée, et qualité nutritionnelle élevée. Si plusieurs facteurs, tels que les propriétés du matériau, les paramètres d’impression, et l’aspect sanitaire lié à la cuisson et la conservation rendent beaucoup plus difficile son développement, certains aliments préférentiels comme le chocolat ou les bonbons commencent à donner des résultats intéressants.

Aussi étonnant qu’improbable, le fruit pourraient également s’ajouter à cette short-list. C’est en tout cas ce qu’a tenté de démontrer un designer particulièrement talentueux du nom de Meydan Levy. Dans le cadre d’un projet artistique baptisé Neo Fruit, cet artiste de 33 ans, diplômé de l’Académie d’Art et de Design de Bezalel, a réussi la prouesse de réaliser cinq fruits imprimés en 4D et comestibles.

La raison pour laquelle on parle de quatrième dimension, c’est que les fruits imprimés à plat changent de forme au sortie de l’imprimante. La troisième dimension est activée par un stimuli en injectant un liquide. Pour créer la structure de ses fruits, le designer explique avoir opté pour la cellulose. D’abord imprimée à plat, celle-ci est ensuite enrichie de composés phytochimiques.

Feuille d’artichaut, fruit de la passion… chaque fruit a un goût distinct en fonction de son contenu

fraises imprimées en 4D

L’ingéniosité du designer réside également dans l’ajout de micro-tubes qui permettent d’y injecter un liquide enrichi en minéraux et vitamines après impression. C’est à ce moment là que le fruit gonfle et prend toutes ses couleurs et saveurs. Pour Meydan Levy, l’impression d’un fruit à la fois plat, sec et léger présenterait plusieurs avantages, comme le fait de faciliter son transport mais aussi d’allonger sa durée de conservation. L’optimisation de l’espace d’impression est un autre argument.

Plutôt que de reproduire le goût des vrais fruits, le designer s’est associé à plusieurs chefs spécialisés dans la cuisine moléculaire pour obtenir des saveurs plus riches. Leur collaboration a permis le développement d’un appareil permettant d’extraire les huiles, les saveurs et les odeurs de presque toutes les substances existantes. Le designer explique pouvoir ainsi expérimenter des combinaisons de goûts et d’odeurs aussi diverses qu’inédites.

On retrouve parmi les 5 fruits imprimés en 4D, une série de petites gousses reliées entre elles comme des molécules, ainsi qu’une feuille d’artichaut que l’on doit pour manger, ouvrir et gratter le contenu avec les dents. On croit également reconnaitre ce qui ressemble beaucoup à un fruit de la passion. Divisée en trois segments, la pulpe intérieure est maintenue par un squelette extérieur coloré. Chaque fruit a un goût distinct en fonction de son contenu.

« J’ai choisi de me concentrer sur les fruits qui ont été le principal ingrédient de la ressource nutritionnelle de l’humanité »

projet Neo Fruit

Finaliste des Core77 Design Awards 2019, Meydan Levy cite l’hyper industrialisation de notre alimentation comme sa principale source d’inspiration. Le designer n’hésite d’ailleurs pas à décrire notre société comme en rupture complète avec sa mère nourricière la nature. « Les dommages que nous ont causés les aliments industrialisés ont atteint un point tel que l’écart entre les besoins nutritionnels de notre corps et les aliments qui entrent dans notre tube digestif nous fait prendre conscience de la nécessité d’un changement de paradigme urgent. » Commente Meydan Levy.

« J’ai choisi de me concentrer sur les fruits qui ont été le premier aliment compatible avec l’homme et le principal ingrédient de la ressource nutritionnelle de l’humanité. Les fruits sont au premier plan des aliments naturellement remplis de vitamines et de l’antioxydant qui agissent comme les types d’aliments les plus faciles à digérer. Dans les fruits réside le pouvoir de susciter la passion et de renouveler nos liens culturels avec la nature. Dans mon travail, je vais essayer de revenir aux mêmes valeurs qui ont encouragé la coopération symbiotique entre la nature et le développement humain. » Vous pouvez découvrir plus en détail le projet dans la vidéo ci-dessous.