Peinture, apprêt, vernis : quels produits de post-traitement utiliser pour ses impressions 3D ?

peinture impression 3d

Si les imprimantes 3D actuelles produisent des pièces brutes parfois très abouties en terme de finition, le post-traitement est un passage obligatoire pour améliorer le rendu et obtenir des couleurs plus vives. Outre l’aspect esthétique, peindre ou vernir une impression 3D permet de protéger durablement sa pièce des chocs, températures, UV, humidité et autres agressions extérieures. Le post-traitement c’est aussi l’occasion pour les utilisateurs d’imprimantes 3D d’exprimer leur créativité en apportant un degré supplémentaire de personnalisation à leurs impressions 3D.

Les magnifiques figurines et objets déco colorés partagés ici et là sur les sites et réseaux sociaux, cachent en réalité un important travail de finition. Plusieurs étapes successives de ponçage et d’application de produits sont nécessaires pour arriver à ce résultat. Pour y voir plus clair dans cette discipline à part entière qu’est le post-traitement, Primante 3D a réalisé un guide regroupant les meilleurs produits de finition mais aussi quelques astuces bon marché.

Les apprêts en pot ou en bombe

mastic sur pièce imprimée en 3D

L’apprêt est une étape essentielle du post-traitement pour aboutir à un produit fini. Elle consiste à appliquer une couche de préparation sur le plastique (la sous couche), après avoir pris soin au préalable d’effectuer un ponçage de la pièce, puis un dégraissage à l’eau savonneuse.

Grâce à cette opération le support est ainsi plus apte à recevoir la peinture en réduisant sa porosité et en augmentant son adhérence. Elle met aussi en évidence les zones à traiter, en multipliant les ponçages avec le grain adapté. Sans traitement, les traces laissées par les couches ou les supports resteraient visibles. Il convient donc les combler pour obtenir une surface lisse et parfaitement uniforme.

Il est recommandé d’appliquer un revêtement de base noir pour les tons foncés, et blanc pour les couleurs claires. Une sous-couche blanche permet d’avoir des peintures plus éclatantes et vives, tandis qu’une noire renvoie des couleurs plus ternes. Les apprêts colorées, permettent de sous-coucher en une seule fois et de poser la teinte dominante. On gagne ainsi du temps sur les peintures uniformes.

mastic Tamiya

Dans le cas de fissures, de trous ou de joints d’assemblage, on utilise plutôt du mastic en pot comme apprêt garnissant. Les marques automobiles utilisées en carrosserie, comme Ecar par exemple, donnent de bons résultats et se prêtent bien au grandes surfaces. Reconnu par les maquettistes depuis des dizaines d’années, le mastic Tamiya Putty (Basic Type) connait le même plébiscite chez les makers. Comme sa couleur grise pouvait parfois compliquer l’application d’une peinture plus claire, Tamiya le propose désormais en blanc. S’agissant de tube de 32g, on le réservera plutôt pour les pièces de taille plus petite.

On peut aussi trouver du mastic à appliquer au pinceau mais c’est plus long et la couche de peinture qu’on laisse est plus épaisse. Pour boucher les trous, il existe une astuce utilisée en aéromodélisme qui consiste à fabriquer une sorte de mortier en mélangeant du talc et de la colle cyanoacrylate (Super Glue). Cette technique peut également être utilisée pour assembler des pièces . Appliqué de part et d’autre, le congé de colle permet d’augmenter la surface de collage.

aérosol

Pour les petites retouches et finitions, un apprêt en aérosol est idéal pour peindre les impressions rapidement et de manière uniforme. Une fois de plus Tamiya ressort de lot. Ses apprêts en bombe sont unanimement reconnus pour leur très bonne qualité d’accroche et de couvrance.

Autre valeur sûres, les bombes Citadel de Games Workshop et Army Painter, souvent louées pour leur facilité de ponçage uniforme et leur temps de séchage rapide. Un cran en dessous mais plus abordables, les primeurs d’Irontek offre une alternative intéressante.

Les peintures en aérosol ou en pot

peinture au pinceau

Une fois le primaire bien sec, la couleur finale peut enfin être appliquée sur la pièce. L’acrylique est de loin le type de peinture le plus utilisée car c’est celle qui combine le plus de qualités : un bon pouvoir couvrant, une bonne solidité et facilité d’utilisation (car diluable dans l’eau). Une fois de plus il suffit de regarder du côté des figurines et des maquettes pour dénicher les meilleures marques. Dans ce domaine, qu’ils s’agissent de peinture en pot ou en bombe, les gammes Citadel de Game Workshop (Citadel Base) ont depuis longtemps fait leurs preuves. Malgré un nombre de teintes limitées leur pouvoir couvrant est important.

La marque espagnole Vallejo qui forme une seule et même marque avec le français Prince August propose quant à elle trois gammes principales de peinture en pot : la Game Color dédiée au figurines des thèmes fantastique et jeux de guerre, la Model Color formulée pour respecter les plastiques et polyesters et Model Air, une gamme de couleurs acryliques liquides spécialement développée pour les aérographes. Le conditionnement en pot biberon de 17 ml permet de bien doser la peinture.

produit army painter

Pour la peinture en bombe, la marque Montana Color bien connue des graffeurs, à l’avantage d’être très couvrante tout en restant très fluide, ce qui évite de boucher les caps. Utilisée aussi en sous-couche, la marque allemande Molottow et le français Pebeo proposent une gamme très intéressante pour faire des effets métallisés ultra brillant en chrome, cuivre, ou or.

Bonne marque pour débuter, les pots acrylique d’Army Painter permet de trouver pas mal de couleurs, ou se rapprochant de votre modèle. Ses peintures sont particulièrement réputées pour ses métalliques qui ont l’avantage d’être bien liquides et très couvrants. Comme la marque propose aussi des bombes d’apprêt, sur certains pots est indiqué la mention “100% colour match”. Cela signifie que la couleur correspond parfaitement à celle de la bombe de sous-couche.

teinture textile

Si vous êtes lassés du blanc, pour les modèles en nylon (ou polyamide) il est possible de faire une teinture. Etant donné sa porosité, ce matériau accepte bien la couleur. Cette technique est particulièrement pertinente pour les formes complexes où certaines zones sont difficiles à atteindre avec un pinceau ou un spray. Elle permet aussi de colorer les pièces amovibles dont la friction peut entraîner un effritement de la peinture.

La méthode consiste à plonger les pièces dans un bain de teinture textile. Les marques Rit, nylon Dylon ou Ideal fonctionnent particulièrement bien. Elles se présentent sous la forme de poudre que l’on dissout dans de l’eau bouillante. Pour que la coloration soit uniforme et il est conseillé au préalable de laisser tremper les pièces une trentaine de minutes dans l’eau, idéalement toute une nuit. Cette opération a également pour effet d’enlever la poussière et poudre en surface qui pourraient affecter la couleur finale.

Les vernis et résines

vernis

Une fois la peinture sèche, si le résultat convient une dernière couche de vernis peut-être appliquée sur la pièce. Il permettra de protéger la pièce de l’usure du temps et de lui donner différents aspects, brillant, satiné ou mat. Pour le mat, la gamme vernis en bombe de Games Workshop donne de très bons résultat.

Pour le brillant, on utilisera plutôt les vernis en pot de Prince August ou de Pebeo. Ils offrent un film parfaitement tendu, souple et indélébile, ainsi qu’un brillance très uniforme. Bien connu des maquettistes, le satiné de Humbrol a lui aussi fait ses preuves. Ce vernis à base de solvant, applicable au pinceau ou à l’aérographe, devient clair et transparent au séchage. Il surmonte bien l’effet jaunissement associé au vernis traditionnels.

Les produits ménagers réservent aussi parfois de bonnes surprises. Les lustrants Klir de Johnson utilisés pour l’entretien des sols ne sont ni plus ni moins qu’un vernis acrylique brillant. Cette alternative bon marché a depuis longtemps prouvé son efficacité en modélisme. On peut aussi utiliser les bidons SOL PLUS ou PLIZ de chez JOHNSON qui sont plus faciles à trouver. Les avis divergent quant à savoir s’il s’agit du seul et même produit. On le retrouve aussi en Amérique sous la marque « Future » et « EMSOL » en Belgique.

Le liquide peut s’appliquer au pinceau ou en plongeant carrément les pièces dans un bain. En cas de traces ou d’accumulation, la pièce peut être récupérée en utilisant un décapant ménager, le Glanzer. Ce produit à base ammoniaquée peut aussi être utilisé pour dissoudre la peinture acrylique.

vernis ménagers

Bien connue des makers la fameuse technique de l’acétone pour lisser l’ABS, fait en même temps office de vernis. Pour les autres de filament comme le PLA, la résine XTC3D, en plus de lisser les stries et autres petites imperfections, permet aussi d’obtenir une bonne brillance. Attention toutefois car il a tendance à jaunir avec le temps, d’autant plus si les pièces sont exposées au soleil et de couleur claire. Si vous voulez personnaliser la couleur, de la poudre de Mica peut être ajoutée à la résine transparente pour obtenir la teinte voulue.

Une astuce consiste à utiliser du PVAc (colle vinylique) à séchage rapide. Les colles à bois résistante à l’eau de UHU (prise rapide D3) donnent de bons résultats ; avec des surfaces lisses et brillantes. Pour faire briller leur impressions métalliques certains makers enduisent aussi leurs pièces avec de la cire d’abeille.