Le CHRU de Montpellier reproduit un embryon par impression 3D

embryon imprimé en 3D

Le Dr Mérigeaud de la société Tridilogy, le Dr Elodie Scalici et le professeur Hamamah du département de biologie de la reproduction au CHRU de Montpellier.

Ce lundi matin, Le Centre Hospitalier Régional de Montpellier a fait sensation en présentant le premier embryon humain en 3D. Une prouesse technique rendue possible grâce à l’impression 3D et au partenariat du CHRU, de l’Inserm, l’Université de Montpellier 1, et de la société Tridology. Une reproduction très fidèle à l’original qui pourrait permettre des progrès considérables pour les fécondations in vitro. En effet, dans le cadre d’une FIV les meilleurs embryons (de la taille d’un dixième de millimètres) sont sélectionnés selon plusieurs critères (taille, aspect des enveloppes,  zone pellucide…) par microscope. Une observation difficile qui a des conséquences importantes sur l’implantation des embryons dans l’utérus, le taux de réussite ne dépassant pas les 15%.

Cette réplique d’embryon préimplantatoire grossi 40 000 fois, d’une très grande qualité de finition (de l’ordre du micromètre), permet aux médecins d’observer le modèle sous tous les angles et ainsi d’apprécier plus facilement quel embryon à l’enveloppe (la zone pellucide) la plus fine. Un critère important car une paroi de faible épaisseur facilite son éclosion et son implantation dans l’utérus. « Jusqu’à présent dans le cas d’une AMP (assistance médicale à la procréation), on observait les embryons au microscope sur un seul plan. Avec cette avancée médicale, nous prenons plusieurs plans de l’embryon que nous plaçons dans un logiciel, ce qui permet de le reconstituer et de l’imprimer également en 3D », a expliqué le Pr Samir Hamamah. Un système qui outre le fait de faciliter le travail des biologistes et de diminuer les échecs de fécondation, va être un aussi outil pédagogique formidable pour les patients et les étudiants en médecine.