L’US Air Force installe une pièce métallique imprimée en 3D sur un avion de chasse

avion de chasse F-22 Raptor

La fabrication additive n’épargne désormais plus aucun secteur, y compris celui de la défense où elle ne cesse de gagner du terrain. Sa capacité à réduire drastiquement les délais de réparation – enjeu crucial sur les théâtres d’opération – mais aussi les stocks énormes de pièces détachées, fait son chemin dans la réflexion de nombreuses armées.

La première incursion « sérieuse » a eu lieu en 2014, avec le premier vol de pièces métalliques imprimées en 3D sur un avion de chasse Tornado de l’armée de l’air britannique, la Royal Air Force.

Dernièrement, c’est une autre armée de l’air, l’US Air Force, qui s’est distinguée en installant pour la première fois un support en titane imprimé en 3D sur un F-22 Raptor. Selon Lockheed Martin, la société qui produit cet avion de chasse à 150 millions de dollars, la pièce a été montée par le 574e escadron de l’US Air Force sur la base aérienne Hill Air Force, dans l’Utah.

pièces en métal imprimée en 3D pour le F-22 Raptor

La production du F-22 Raptor ayant cessé en 2009, l’impression 3D a permis de fabriquer une pièce qui n’était plus produite. On apprend que la pièce imprimée sur une poudre de titane, a permis de remplacer un composant en aluminium situé au niveau du panneau de protection du poste de pilotage. Très sujet à la corrosion, celui-ci devait être changé 80% du temps lors de la maintenance.

« L’une des choses les plus difficiles à surmonter dans la communauté des F-22, en raison de la petite taille de la flotte, est la disponibilité de pièces pour assurer sa maintenance« , a expliqué Robert Lewin, directeur du 574e président d’AMXS, dans un communiqué. « Nous devions faire appel à l’ingénierie, modifier les impressions, passer par des tests de résistance pour nous assurer que la pièce pouvait supporter les charges auxquelles elle serait exposée – ce qui n’est pas si grave, c’est pourquoi nous avons choisi une pièce secondaire. » A expliqué Robert Blind, responsable des modifications chez Lockheed Martin. « Nous cherchons à aller un peu plus loin car cette partie fait ses preuves. »

Soulignant une fois de plus les gains de temps et d’argent possibles grâce à l’impression 3D, le support a été commandé et livré au dépôt de l’armée de l’air en l’espace de seulement trois jours. Bien sûr la pièce continuera d’être surveillée et inspectée par l’équipe de maintenance. Si tout se passe bien, elle sera validée et pourra être installée ultérieurement sur tous les F-22 Raptor lors de la maintenance. Cinq autres pièces métalliques pourraient connaître le même sort prochainement.

« Une fois que nous aurons abordé les parties les plus compliquées, le résultat pourrait être une réduction des délais de 60 à 70 jours pour que les aéronefs puissent subir un entretien », a conclu Lewin.