Un adolescent doté d’une prothèse 3D façon Dark Vador !

Ces trois dernières années, l’impression 3D s’est particulièrement illustrée dans le domaine du handicap et plus particulièrement de la prothèse. En effet, cette technologie s’est révélée comme étant un outil particulièrement performant pour la fabrication de prothèses des membres supérieurs (avants bras et mains) à bas prix. Not Impossible Lab, Robot Hand ou encore Bionico… Toutes sortes de programmes et de projets se sont déjà emparés de l’impression 3D pour faciliter la vie des personnes amputées ou atteints de malformations. Parmi les plus populaires il y a E-NABLE, une association américaine née de Robohand et fondée en 2013 par Jon Schull, chercheur au « Rochester Institute of Technology ».

L’organisation qui compte déjà plus de 600 membres à travers le monde (ingénieurs, bricoleurs, ergothérapeutes, médecins, professeurs d’université, amateurs d’impression 3D…) fournit des prothèses imprimées en 3D mais aussi leurs plans (open source) mis gratuitement à disposition sur leur plateforme en ligne. Ainsi les personnes en besoin, peuvent imprimer elles-mêmes leur prothèse ou être mises en relation avec des imprimeurs bénévoles via le réseau.

père fils

L’association qui jouit déjà d’une importante notoriété et de nombreux partenaires, s’est particulièrement fait connaitre pour ses prothèses personnalisées. Une personnalisation qui permet aux enfants de mieux accepter leur prothèse et aux valides de porter un autre regard sur le handicap.

Parmi les cas les plus illustres (voir photos ci-dessous), on se souvient notamment de Hayley Fraser… Une petite fille anglaise de 5 ans née sans doigts à la main gauche, qui grâce à E-NABLE avait reçu en octobre dernier une prothèse très « girly »  de couleur mauve et rose. On se souvient aussi de la prothèse très originale Wolverine mis au point par Aaron Brown un des bénévoles de l’association, reprenant les trois griffes du super Héros de Marvel.

« Joe fait des choses qu’il ne pouvait pas faire avant, parce ce que la prothèse est plus fiable »

Le dernier bénéficiaire à s’être particulièrement illustré est un certain Joe Oxenbury, un jeune britannique de 15 ans né sans doigts à la main gauche. Ce grand fan de la saga Star Wars a reçu il y a quelques jours une prothèse façon Dark Vador ! Un happy end pour ce jeune garçon qui portait déjà une autre prothèse mais qui outre son coût élevé (3000 $) fonctionnait très mal (cas récurrent).

Par chance son père Chris a pris connaissance de l’association en tombant sur la vidéo d’un enfant portant une prothèse imprimée en 3D. Après avoir contacté E-NABLE, celui-ci a alors été redirigé vers un bénévole de sa région du nom de James Holmes-Siedle. Sans est ensuite suivi plusieurs échanges de mails entre les deux hommes… Les mesures du bras de Joe une fois prises et le choix de design établi, James a alors commencé la modélisation de la prothèse. « Il ressemble à celui de Darth Vador dans Star Wars a expliqué Joe. «J’ai délibérément choisi ce style et cette couleur. J’étais très heureux quand il est arrivé, c’était mieux que ce que j’aurais espéré. »

« Joe fait des choses qu’il ne pouvait pas faire avant, parce ce que la prothèse est plus fiable car complètement mécanique, il n’y a rien pas du tout d’électronique », a expliqué M. Oxenbury. « Les cordes agissent comme le feraient des tendons. Quelques minutes après la réception de sa nouvelle main, Joe était en mesure de ramasser les oranges et les bananes, il peut aussi serrer les doigts d’une manière naturelle et intuitive. »

« Quand Joe grandira, nous pourrons imprimer de nouvelles pièces adaptées à sa taille »

L’impression des différentes pièces a duré 20 heures au total, la pose de la prothèse et les réglages n’ont pris que 10 minutes. Outre le fait d’être légère, confortable et très fonctionnelle, la prothèse n’a coûté que £ 30 soit un coût 60 fois moins élevé que sa prédécesseuse. « Cette nouvelle main fait comme partie de lui. Quand il tourne son poignet, ses doigts se referment», a expliqué Chris. « Quand Joe grandira, nous pourrons imprimer de nouvelles pièces adaptées à sa taille… Lorsque Joe est né, jamais je n’aurais pensé qu’une telle technologie serait capable de l’aider et 15 années plus tard, aujourd’hui nous en sommes là… »

Harley Fraser

Prothèse Wolverine

Articles relatifs aux prothèses imprimées en 3D

Des prothèses de hanches et de genoux imprimé en 3D
Ils retrouvent l’usage de leurs mains grâce à l’impression 3D
e-nable délivre sa première prothèse imprimée en 3D
My Human Kit bientôt récompensé par Google ?
Iron Man offre une prothèse de imprimée en 3D à un enfant

JE PARTAGE !
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn