Norsk Titanium va fournir à Boeing les premières pièces en titane imprimées en 3D certifiées !

premières pièces en titane fabriquées par impression 3d

Faisant écho au dernier rapport de SmarTech Markets Publishing évaluant le marché de l’impression 3D métal à 6,6 milliards à l’horizon 2026, le constructeur norvégien Norsk Titanium a annoncé ce lundi qu’elle allait fournir les premières pièces en titane imprimées en 3D certifiées par la FAA (Federal Aviation Administration) pour un avion commercial. Émanant du géant américain Boeing, la commande porte sur la fabrication de composants structurels en titane pour l’avion long courrier Boeing 787 Dreamliner.

« Nous sommes fiers de franchir cette étape historique aux côtés d’un innovateur aérospatial aussi important que Boeing »

« Nous sommes fiers de franchir cette étape historique aux côtés d’un innovateur aérospatial aussi important que Boeing », a déclaré Warren M. Boley, Jr CEO Norsk Titanium. »L’équipe de Norsk Titanium va continuer d’étendre le portefeuille de composants fournis à Boeing répondant à des exigences de certification strictes. C’est un honneur que d’obtenir l’approbation de la FAA pour ces éléments structurels. »

Technologie brevetée DPM®

L’avionneur américain pourra compter sur la technologie brevetée DPM® ( Rapid Plasma Deposition) développée par Norsk Titatium. Variante du procédé arc-fil WAAM (Wire Arc Additive Manufacturing ), cette technologie adaptée aux pièces de grandes dimensions et incarnée par l’imprimante 3D MERKE IV, consiste à déposer des filaments métalliques soudés à l’aide d’une torche plasma.

Boeing a conçu les composants en étroite collaboration avec Norsk Titanium tout au long du processus de développement. « Boeing et Norsk Titanium ont entrepris un programme de test rigoureux avec les produits de certification FAA achevés en février 2017. » Précise Norsk dans son communiqué.

« Nous sommes sans cesse à la recherche des dernières technologies nous permettant de réduire les coûts tout en améliorant les performances »

Outre la réduction de l’outillage et des stocks, Boeing entend exploiter la fabrication additive pour sa capacité à économiser la matière première, les pertes étant très importantes avec les techniques d’usinages classiques. Airbus pourrait ainsi économiser jusqu’à 3 millions $ par appareil.

« Nous sommes sans cesse à la recherche des dernières technologies nous permettant de réduire les coûts tout en améliorant les performances et en générant de la valeur pour nos clients, et la capacité RPD™ de Norsk Titanium répond à cette exigence de manière nouvelle et créative. » A déclaré John Byrne, vice-président de Boeing en charge des matériaux et structures d’avion, de la gestion des fournisseurs et des avions commerciaux.

Les pièces produites pour Dreamliner ainsi qu’une maquette à grande échelle de la MERKE IV seront exposées à l’occasion du Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace du Bourget, du 19 au 25 juin 2017, sur le stand de Norsk Titanium (Hall 1 – Espace H299).

En juillet 2016, Norsk Titanium annonçait la construction de la plus grande usine de fabrication additive métallique pour l’aérospatial au monde. Basé à Plattsburgh dans l’état de New-York, le site devrait être opérationnel fin 2017. Norsk prévoit d’investir 1 milliard de dollars dans l’installation au cours des 10 prochaines années, alors que l’État de New York a déjà investi 125 millions de dollars dont 20 machines MERKE IV. Ce premier parc permettra de produire jusqu’à 400 tonnes de pièces en titane par an pour l’aéronautique.