Bone 3D : Le spécialiste français de l’impression 3D médicale lève 1,4 million d’euros

crâne imprimé par Bone 3D

L’essor de la fabrication additive dans le secteur médical se traduit par l’arrivée de start-up innovantes qui ont recours à cette technologie pour créer des dispositifs sur-mesure. C’est le cas de Bone 3D, une jeune pousse française qui conçoit des simulateurs de chirurgie, des dispositifs médicaux et des modèles anatomiques personnalisés pour une meilleure prise en charge des patients.

L’entreprise parisienne vient de franchir un nouveau cap en réalisant sa première levée de fond pour un montant de 1,4 million d’euros auprès de Karot Capital et d’investisseurs privés. Cette opération devrait lui permettre d’investir dans de nouveaux équipements pour augmenter et améliorer ses capacités industrielles et commerciales, mais aussi dans les dispositifs implantables dès 2021. Les fonds récoltés vise également à financer le développement de l’entreprise à l’international.

Interviewé plus tôt cette année par Primante 3D, Jérémy Adam avait déclaré à ce sujet « Cela va peut-être paraître paradoxal, mais je souhaite aussi développer Bone 3D hors des frontières françaises, à ceci près que je souhaite toujours produire local. C’est possible avec l’impression 3D, même si les matières premières viennent de loin, cela générera toujours moins d’emballage et d’étapes intermédiaires que les pratiques actuelles. Cela permet en plus de réduire les temps de livraison, ce qui est crucial dans le milieu médical. » Son ambition est d’être présent sur les 5 continents d’ici 2024.

simulateur d'Hallux imprimé en 3D

Simulateur de soin de l’hallux fournit à l’institut Régional de Formation aux Métiers de Rééducation et de Réadaptation Pays de la Loire de Nantes

Fondée en 2018 par Jérémy Adam et Benoit Perrin, Bone 3D est née du constat de la difficulté des praticiens hospitaliers à trouver des solutions pour leurs patients. La qualité et le réalisme de ses dispositifs médicaux tiennent dans son expertise poussée en segmentation d’imagerie médicale, combinée à l’utilisation de systèmes d’impression 3D d’une grande précision. Pour fabriquer les dispositifs en résine, Bone 3D utilise des procédés de type SLA ou la technologie multicouleurs PolyJet de Stratasys. Pour sa gamme de dispositifs en silicone, Bone 3D a recourt à des moules imprimés en 3D.

La start-up propose aux hôpitaux, cliniques et médecins libéraux 4 types de dispositifs imprimés en 3D : des guides de chirurgie maxillo-faciale pour aider les chirurgiens durant leurs interventions, des attelles de nez sur-mesure pour la chirurgie esthétique et reconstructrice, des simulateurs de chirurgie destinés à la formation des étudiants ou l’entraînement des praticiens avant les opérations, et un conformateur narinaire qui permet de maintenir les résultats post-opératoires des chirurgies de fente labio-palatine.

La qualité des dispositifs proposés par Bone 3D s’explique aussi par son étroite collaboration avec le corps médical. L’entreprise qui compte 3 chirurgiens dans son pool d’actionnaires, a également noué plusieurs partenariats avec des hôpitaux français. À titre d’exemple l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) utilise ses conformateurs narinaires « BB-Rhino ». Bone 3D a fourni aussi plusieurs simulateurs à l’Université Paris Descartes et l’IFM3R de Nantes.

Jérémy Adam (président de Bone 3D) et Jonas Kosior (responsable de production). Crédit: Bone 3D.

Jérémy Adam (président de Bone 3D) et Jonas Kosior (responsable de production). Crédit: Bone 3D.