MH5 – une imprimante 3D à 5 têtes

une imprimante 3d à plusieurs têtes

Parmi les freins majeurs à l’expansion de l’impression 3D, il y a cette sempiternelle lenteur de fabrication qui empêche son adoption massive par les industriels. Si le frittage laser arrive à tirer son épingle du jeu, le FDM est quand à lui le plus souvent délaissé au profit de l’injection plastique plus rapide et moins cher. Forte de ce constat, une société franco-vietnamienne du nom de Digitrax, a développé une imprimante 3D dotée de 5 têtes d’extrusion. Baptisé MH5 ce nouveau modèle FDM a été conçu par Frédéric Lefevre et Philippe Maurel, deux ingénieurs français expatriés à Saïgon. « L’impression peut prendre des heures, voire des jours pour un seul élément. Pour éviter cela et accélérer votre production, Digitrax a conçu et construit la MH5, une imprimante multi-têtes. Elle permettra aux entreprises, R & D, FabLabs, clubs ou associations, designers, agences de publicité, sociétés de design et plus de multiplier leurs capacités de production par cinq « . ont-ils expliqué.


Si certains fabricants ont réussi a solutionné le problème en jouant sur la mécanique ou l’électronique, Digitrax a «tout simplement » divisé le temps de production en série en quintuplant la tête d’extrusion. Au sens propre du terme, la MH5 n’est donc pas plus rapide que l’existant, mais permet d’augmenter la capacité de production, via l’impression simultanée de 5 objets. Un concept malin donc mais qui a aussi ses faiblesses, car si le volume d’impression pour 1 extrudeur atteint les 15 680 cm3 (28 x 28 x 20 cm,), lorsque la machine fonctionne à plein, celui-ci n’est plus que de 5,6 x 5,6 x 4cm par pièce. Pour autant on peut quand même saluer la prouesse technique et soulever d’autres points positifs, comme le caractère indépendant et modulable des extrudeurs.

MH5 têtes
modularité

En effet vous avez la possibilité d’imprimer 5 objets différents, les têtes d’extrusion étant à même de fonctionner indépendamment les unes des autres. Ainsi l’utilisateur peut régler chacune d’entre elles à des températures différentes en fonction du filament utilisé, PLA pour une, ABS pour l’autre… Mais aussi les retirer ou les espacer en fonction du projet et du volume des pièces. Une souplesse d’utilisation et une modularité soulignée par la Digitrax « Vous pouvez facilement adapter l’imprimante pour répondre à vos besoins en activant le nombre de têtes nécessaires sans aucun démontage. »

Pour illustrer les capacités de son imprimante, Digitrax prend l’exemple d’un pot de fleur en PLA de 8cm. En temps normal, la durée d’impression pour une telle pièce s’élèverait à 1h et 4min. Avec la MH5, à raison de 15 pots soit 3 par extrudeurs, la fabrication atteind les 3h20. Reporté à l’unité, on descend alors à 13,4 minutes seulement…

vases 3d

Côté technique, l’appareil qui mesure 77x57x55 cm et pèse 40 kg, est équipé de 5 écrans LCD individuels correspondant aux 5 têtes d’extrusion. De diamètre standard (0,4mm), ces dernières sont compatibles avec des filaments PLA et ABS propriétaires de 1,75 mm, pour une résolution de 100 microns. Doté du Wifi, d’une connexion USB et carte SD, la MH5 est également équipée d’une caméra pour superviser les impressions à distance. Le prix reste par contre relativement élevé pour une imprimante FDM, celui ayant été fixé à 4600 $ (environ 3116 €). Pour autant, vous avez possibilité de vous la procurer au tarif préférentiel de 3600 $, pour toutes précommandes passées avant le 31 mars 2015. Pour le moment la société ne dispose pas de site internet mais vous pouvez la contacter sur sa page facebook.