Le français Biotech-dental réduit ses coûts de production de 78 % grâce à l’impression 3D

Biotech-dental utilise la technologie d'impression 3D de HP

En témoignent les derniers rapports publiés par les cabinets de conseil Smartech et QY Research, le marché de l’impression 3D dentaire connait une évolution fulgurante. Qu’il s’agisse des laboratoires, dentistes ou des prothésistes, ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers cette technologie pour produire plus efficacement leurs solutions en complément des méthodes soustractives. Cette tendance s’explique par les nombreuses possibilités de personnalisation offertes par l’impression 3D, mais aussi sa faculté à réduire drastiquement les coûts de production en raccourcissant les délais et en consommant la juste quantité de matière nécessaire.

En France, Biotech-dental, groupe français de référence dans le domaine de la santé et de l’implantologie dentaire, utilise l’impression 3D pour optimiser la modélisation et la production de ses prothèses dentaires. C’est en 2018 que le groupe a déployé les solutions 3D HP Jet Fusion 4210 et le PA 12 HP à haute réutilisabilité, pour relever un défi : industrialiser la production de prothèses sur-mesure. En 5 ans, Biotech Dental a totalement numérisé le processus de fabrication des prothèses dentaires.

Le processus classique de modélisation de prothèses amovibles présente en effet plusieurs défis, notamment l’incapacité pour les fabricants de produire les composants de matériaux différents sur les mêmes machines (résine, métal, composites, etc). De plus, la conception d’une prothèse dentaire pouvait prendre plusieurs semaines et obligeait les patients à multiplier les rendez-vous chez leur dentiste.

Une technologie synonyme de relocalisation de la production et de création d’emplois

modélisation d'un appareil dentaire

Aussi, pour rester productif, Biotech Dental s’est retrouvé contraint de s’adapter aux nouvelles évolutions des technologies et des appareils de fabrication. Dès lors, le groupe s’est penché sur la création et le brevetage d’un nouveau procédé en partie numérique, et s’est mis à utiliser l’impression 3D depuis plus de 10 ans.

« Au fil des années, l’impression 3D s’est imposée comme une philosophie chez Biotech Dental. Tous les produits sur-mesure, les traitements orthodontiques et prothèses sont entièrement conçus grâce à l’impression 3D » explique Robin Maisonneuve, Directeur Général de Biotech Dental. « Le déploiement de la technologie et des P&P solutions HP nous permet de réduire nos coûts et d’accélérer le processus de modélisation et de fabrication, mais aussi de relocaliser la production de prothèse en France, et donc de créer des emplois. »

En plus de la technologie d’impression 3D HP, c’est l’ensemble du processus de fabrication qui a été repensé et numérisé. A partir d’une empreinte 3D obtenue avec un scanner intra oral, les dentistes ont la possibilité de télécharger le fichier sur une plateforme dédiée pour commander les pièces nécessaires au laboratoire.

Une production multipliée par 4 et un temps de traitement divisé par 2

produit dentaire

C’est à partir de ce moment-là que le laboratoire modélise le châssis métallique en se basant sur les données issues de l’empreinte prise en cabinet dentaire. Depuis le déploiement de HP Multi Jet Fusion, Biotech Dental a multiplié ses capacités de production par 4 et a réduit ses coûts de 78 %.

Auparavant, l’entreprise fabriquait 42 moules par jour, pour un coût de biens vendus de 18 euros. Biotech Dental en fabrique aujourd’hui 180 par jour pour un coût de biens vendus de 4 euros. En plus de la réduction de coûts, Biotech Dental a divisé par 2 les temps de traitement, et observe une augmentation de la précision et du confort pour les patients.

En 2019, Biotech Dental prévoit d’accélérer la production en imprimant 250 moules dentaires par jour dans les 45 laboratoires situés en France et inscrits au programme de formation à la technologie HP Multi Jet Fusion. Avec un investissement de 100 millions d’euros, le groupe espère devenir l’unique producteur de moules dentaires sur un marché qui représente, en volume annuel, 60 millions de pièces.