La première impression 3D dans l’espace !

impression 3d espace

Crédit image : NASA

Pendant près d’un an, la NASA et la société Made in Space ont collaboré pour développer une imprimante 3D capable de fonctionner dans l’espace. Un partenariat ambitieux destiné à développer une machine à même de répondre aux contraintes de la gravité zéro. Si l’impression 3D intéresse autant la NASA, c’est qu’elle est d’une part très économique en matière première, et capable de produire à la demande des pièces de rechange lorsque les astronautes doivent réparer.  Le 21 septembre dernier cette imprimante 3D baptisée Zero-G (zéro gravité), était envoyée vers la Station Spatiale Internationale (ISS) pour finalement y arriver 2 jours plus tard. Hier matin, après plusieurs jours de tests et de calibrages, l’astronaute Barry Wilmore a fini par imprimer son premier objet. Imprimée avec les noms des deux protagonistes du projet ont été imprimés (voir photo), cette pièce représente la face avant du boitier de l’extrudeur.

« une imprimante 3D devra être en mesure d’imprimer une autre imprimante 3D »

Niki Werkheiser responsable de ce projet pour la NASA a expliqué ce choix: « Nous avons choisi d’imprimer cette partie, parce que si nos imprimantes se destinent à fabriquer des pièces détachées et de rechange lors de phases critiques dans l’espace, nous devons donc être aussi en mesure de fabriquer des pièces de rechange pour ces mêmes imprimantes. Une imprimante 3D doit être capable de pouvoir répliquer ses propres pièces, afin que les astronautes puissent continuer à travailler lors de longues missions telles que Mars. En fait une imprimante 3D devra être en mesure d’imprimer une autre imprimante 3D. »

zero g printer

L’imprimante 3D Zero-G

dan huot

Dan Huot

Contacté par Primante 3D, Dan Huot responsable des relations publiques à la NASA, a révélé que l’impression avait durée exactement 78 minutes. Mesurant 5,89 x 4,08  x 0,5 cm, la pièce a été imprimée sur un filament de type ABS. Si le volume d’impression de la Zero-G reste pour le moment faible (6 x 12 x 6 cm), selon Dan, la prochaine génération proposera un plus gros volume de fabrication. Celui-ci est limité du fait que la Zero-G doive fonctionner à l’intérieur du « Microgravity Science Glovebox » (un caisson hermétique muni de gants, habituellement destiné à manipuler des matériaux sensibles et des substances toxiques), car équipé des connexions nécessaires au fonctionnement de l’appareil. Par ailleurs la Zero-G est capable d’imprimer beaucoup plus vite. Mais pour le moment les ingénieurs en charge du projet préfèrent se concentrer en priorité sur le processus et assurer les impressions.

Après plus de 2 mois dans l’espace, la Zero-G a pu donc enfin imprimer ses premières pièces. Sa capacité à produire des objets personnalisés et sur commande, sera sans aucun doute un atout considérable, notamment les missions de longues durée telles que Mars, où les ravitaillements outre le fait d’être extrêmement coûteux, seraient quasi impossibles. Les objets imprimés dans l’espace seront ramenés sur terre en mai 2015, pour être ensuite comparés à des échantillons témoins imprimés au sol.

machine ZeroG

Articles relatifs à l’impression 3D dans l’espace

Majestic s’envole dans l’espace pour imprimer internet en 3D
Le 1er magasin à imprimer ses outils dans l’espace
Thales fabrique les plus grandes pièces jamais imprimées pour le spatial
L’Agence Spatiale Européenne veut développer une imprimante 3D pour circuits électriques