Une simulation 3D du futur San Francisco

exposée d'une maquette représentant la ville

Utilisée depuis plusieurs années déjà pour la conception de maquettes architecturales, l’impression 3D conforte encore un peu plus sa présence dans ce domaine. A l’image de cette tendance, Steelblue une grosse agence immobilière américaine et Autodesk un acteur majeur de la modélisation 3D ; se sont associés pour la réalisation d’un projet autour de San Francisco. Ces derniers ont présenté la plus grande maquette imprimée en 3D jamais réalisée sur la ville californienne. Un modèle créé pour le promoteur immobilier Tishman Speyer visant à matérialiser les travaux d’agrandissement du quartier de South of Market. Le promoteur en question travaille sur un projet de transports et de logements appelé Transbay Transit Center

Une maquette plus vraie que nature

Cette reproduction en trois dimensions plus efficace et réaliste que les modèles numériques, offre de nombreux avantages. Avec ce support il est possible de visualiser l’impact que les bâtiments et les infrastructures auront sur le paysage urbain et de planifier plus facilement les travaux. En effet, plusieurs bâtiments qui sont actuellement en construction sont représentés sous leur forme finale offrant ainsi une projection très fidèle de ce que sera San Francisco en 2017. Cette maquette à l’échelle 1/1000, recouvre 115 blocs y compris le fameux stade de baseball «AT&T Park», le Ferry Building et le musée d’art Moderne de San Francisco. Lors de sa présentation aux médias, un système de projection à permis de simuler les futures lignes de métro et de visualiser le nom des rues.

« Pour les architectes, les responsables de la ville et le grand public, il n’y a rien de mieux qu’une maquette pour se rendre vraiment compte des aménagements. L’impression 3D permet de faire du prototypage rapide. Nous pouvons échanger des bâtiments ou des pâtés de maisons entiers et explorer de nouveaux d’aménagement tout en gardant le modèle à jour car dans les quartiers évoluent rapidement » déclarait O’Brien Chalmers président de Steelblue.

Conception du modèle

Pour la réalisation de cette maquette, c’est l’agence Steelblue qui était en charge de sa modélisation, tandis qu’Autodesk était responsable de son impression. Ce modèle a nécessité l’utilisation de 2 imprimantes 3D Objet500 Connex pendant deux mois. Il s’agit d’une imprimante qui fonctionne par photopolymérisation, une technique appelée Polyjet et que l’on doit à son fabricant (Stratasys). De la matière photosensible déposée goutte par goutte est durcie avec rayon UV. Une technique qui permet de sortir des impressions de très bonne résolution, de l’ordre de 16 microns seulement.

Imprimante 3D professionnelle Objet500 Connex

Le projet a remporté un tel succès que Steelblue prévoit de revouveler l’expérience avec d’autres villes. Autodesk est déjà sur les rangs, en effet celui-ci a développé des modèles numériques d’autres villes et voudrait donc les proposer à l’agence. « Les modèles 3D sont des outils incroyables pour la planification urbaine, mais parfois l’expérience tactile d’un modèle physique fournit des idées et de la compréhension que vous ne pouvez pas obtenir à partir d’un écran » a déclaré Justin Lokitz responsable de la modélisation chez Autodesk.